PDA

Voir la version complète : Algérie : Situation favorable pour la réalisation d'importants projets


jawzia
25/11/2008, 23h34
situation favorable pour la réalisation d'importants projets

Les réserves de change de l'Algérie ont atteint 136,705 milliards de dollars à la fin juillet 2008, contre 110,18 milliards à fin 2007. En l'espace de sept mois, les réserves de l'Algérie en devises ont augmenté de plus de 26 milliards de dollars. Ces données sont communiquées par l'organisateur du Salon international des investissements et réalisations, en l'occurrence Symbiose environnement. Le document de cet organisme, parvenu hier à notre rédaction, établit les données macroéconomiques de l'Algérie.

Ainsi donc, le prix de référence du baril de pétrole, dans le calcul de la loi de finances, a été basé sur 37 dollars au lieu de 19, une inflation revue à 3,5%. Et un taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) revu à 3,5%, bien que, hors hydrocarbures, cette croissance soit revue à 6,5%. Le document en question souligne qu'en recettes, le budget enregistrera, pour 2008, une hausse de près de 44% (2 763 milliards de dinars au lieu de 1 924 milliards de dinars), due essentiellement à la révision du prix du baril de pétrole, pris comme référence, entraînant un surcroît de 745 milliards de dinars de fiscalité pétrolière. En dépenses, la loi de finances complémentaire pour 2008 enregistrera une augmentation de près de 13%. Les crédits totaux alloués pour l'année sont ainsi arrêtés à 4 882 milliards de dinars (contre 4 323 milliards de dinars).

Dans ce cadre, le budget de fonctionnement connaîtra une hausse de plus de 17%, soit 345,2 milliards de dinars, passant de 2 018 milliards de dinars à 2 363,2 milliards de dinars. Pour sa part, le budget d'équipement augmentera de plus de 9% pour atteindre plus de 2 519 milliards de dinars. Cette évolution recouvre plus de 73 milliards de dinars supplémentaires alloués aux programmes d'investissements publics dans différents secteurs. Elle englobe également 141 milliards de dinars additionnels pour les dépenses en capital, notamment pour le soutien du prix du lait, du soutien au développement de l'accès des populations et régions à l'électricité, des programmes complémentaires des wilayas, ainsi que pour l'augmentation des fonds propres des banques publiques afin de leur permettre de mieux répondre aux demandes de crédits à l'investissement économique. Au total, le déficit budgétaire pour 2008 s'élèvera à 2 119 milliards de dinars (soit 26,6%), alors que le déficit du Trésor sera ramené à 1 402 milliards de dinars (au lieu de 1 767 milliards de dinars), tout en précisant que, conformément à la loi, ce déficit sera, pour l'essentiel, couvert par les ressources du Fonds de régulation des recettes.

Pour illustrer l'importance de l'effort actuel en matière de développement du pays, il suffit de rappeler que le budget d'équipement est passé de 263 milliards de dinars en 1998 à 669 milliards de dinars en 2003 pour atteindre 2 598 milliards de dinars en 2009, soit une multiplication par dix en une décennie. Rappelons, à cet effet, que les crédits de fonctionnement alloués à certains secteurs sont importants.

Des projets d'envergure pour les travaux publics

Le portefeuille des projets d'envergure nationale et régionale lancés ou en voie de l'être, tels le mégaprojet de l'autoroute Est-Ouest, la Transsaharienne, la rocade des Hauts-Plateaux, les rocades, les évitements et les aménagements urbains, les infrastructures portuaires et aéroportuaires, indique que le secteur des travaux publics est entré dans une phase charnière de son développement.

En matière de livraison du programme quinquennal 2005/2009, l'on a enregistré la réception de 51 252 km de travaux de routes, soit autant de routes créées durant la période 1962/1999, et 1 050 ouvrages d'art en construction et en entretien. En terme d'infrastructures maritimes, il est question de la réalisation de 10 ports et abris de pêche, le confortement et la mise à niveau de 27 ouvrages au niveau des différents ports de commerce, hydrocarbures et de pêche, la protection de 33 sites de rivages, le dragage de 12 ports de commerce, hydrocarbures et de pêche. Dans le domaine des infrastructures aéroportuaires, le bilan fait ressortir l'engagement de 25 projets inscrits, dont 10 ont déjà été livrés. Les efforts engagés dans le secteur des travaux publics représentent, à eux seuls, près de 20% du financement mobilisé pour l'ensemble des équipements au titre du programme quinquennal en cours.

Promotion des économies d'énergie dans la consommation locale

Pour ce qui est du secteur de l'Energie et des Mines, on indique que le réseau national de transport et de distribution de gaz s'est développé de manière significative. Les programmes de distribution publique de gaz à réaliser à l'horizon 2011, se présentent ainsi : 11 008 km de réseau de transport, 33 935 km de réseau de distribution et 4 stations propanes à réaliser. Le réseau en service, à l'horizon 2011, sera de 15 869 km pour le réseau de transport, 56 716 pour le réseau distribution et 1 666 stations de distribution publique de gaz, le taux de pénétration du gaz sera porté à 50%. L'objectif global des programmes, arrêtés pour 2011, concerne près de 21 000 km de réseau de distribution de moyenne et basse tension, et plus de 370 000 foyers à raccorder, ainsi que la réalisation de 16 villages et 50 centres solaires. Les estimations financières sont de l'ordre de 57 milliards de dinars, alors que le nombre des abonnés au réseau est passé de 4,6 millions en 2000, à 6 millions en 2008. Le taux de raccordement passe de 88,6% en 2000 à près de 98% en 2008.

Un constat positif pour les finances

La dette publique extérieure est estimée à près de 623 millions de dollars US vers la fin juin 2008, suite au désendettement anticipé décidé par le chef de l'Etat en 2005. Pour rappel, la dette extérieure publique avait atteint un pic de 33 milliards de dollars US en 1997. Les dépenses publiques sont en progression constante, Ainsi, le budget de fonctionnement, qui sera de l'ordre de 2 500 milliards de dinars pour 2009 (soit 223% de la fiscalité ordinaire), atteindra, sous peu, 3 300 milliards de dinars, du fait de la prise en charge des frais de fonctionnement des diverses nouvelles réalisations administratives et socioculturelles, mais aussi de l'importance de l'intervention de l'Etat au titre de l'action sociale, dont le montant a déjà dépassé 1 000 milliards de dinars durant l'année 2008.

La réforme fiscale se poursuit et enregistre l'amélioration des réalisations avec les contribuables grâce au traitement de 91% des contentieux fiscaux en 2007, à la simplification des procédures et à l'allégement de la pression fiscale, au traitement plus fluide de la fiscalité des grandes entreprises qui représentent 50% des recettes fiscales et à l'ouverture prochaine de 70 centres des impôts réservés aux petites et moyennes entreprises, et aux professions libérales. Pour l'année 2007, les contrôles fiscaux ont permis le recouvrement de 45 milliards de dinars.

Un souffle nouveau pour le secteur de l'habitat

L'exécution du programme quinquennal du logement - y compris tous les programmes complémentaires, totalise, désormais, plus de 1 400 000 unités. Actuellement, plus de 700 000 unités ont été réalisées en quatre ans. Le total des logements en chantier depuis 2005 est de 1 055 000 unités, dont 583 000 sont réceptionnées. Quant aux logements en instance de lancement, ils sont de l'ordre de 342 000. Beaucoup de ces logements ont été inscrits en 2006 et 2007 au titre des programmes complémentaires. En outre, le non-lancement de ces logements est également le fait du manque d'assiettes foncières ainsi que de la saturation de l'outil de réalisation. Pour l'habitat précaire, il a été procédé, au niveau national - hormis la capitale - à l'inscription de plus de 164 000 logements sociaux locatifs (dont 70 000 ont été notifiés cette année seulement).

16 800 unités ont déjà été lancées, alors que plus de 73 000 logements sont en phase de préparation de lancement. En revanche, près de 4 000 unités demeurent en instance de choix d'assiettes foncières devant les accueillir. En matière d'amélioration urbaine, l'on a enregistré, durant la période 2005-2008, l'inscription de 300 milliards de dinars pour combler les lacunes constatées au niveau de près de 7 500 sites. Environ 200 milliards de dinars sont destinés à la résorption des déficits en matière de voiries et réseaux divers.
Synthèse Nassima Bensalem

azouz75
25/11/2008, 23h41
cette fois ci et avec l'opportunité de la crise actuelle, ils n'ont plus droit à l'erreur .

jawzia
25/11/2008, 23h49
Pour sa part, le budget d'équipement augmentera de plus de 9% pour atteindre plus de 2 519 milliards de dinars.
C'est 35 milliards de $ ... un presque PIB.

azouz75
26/11/2008, 00h40
C'est 35 milliards de $ ... un presque PIB.

tu peux le dire , nous avons le luxe de fonctionner avec l'équivalent d'un PIB d'un pays moyen ;)

Cookies