PDA

Voir la version complète : Prix du pétrole : Moscou veut coordonner sa stratégie avec l’OPEP


carlos
26/11/2008, 16h05
La Russie pourrait réduire sa production de brut pour soutenir les cours
La Russie a affirmé hier que la forte baisse des cours du brut portait préjudice aux pays producteurs et a indiqué qu'elle allait coordonner sa stratégie avec les treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).
Le ministre russe de l'énergie Sergei Shmatko, en visite en Inde pour une conférence des Républiques d'Asie centrale, a affirmé à New Delhi que son pays n'excluait pas une réduction de la production pour soutenir les prix. "L'OPEP examine des mesures destinées à protéger le marché du pétrole", a relevé M. Shmatko, en ajoutant que "la Russie coordonnera avec l'OPEP pour défendre ses intérêts... et pour élaborer des mesures de sauvegarde". L'intervention de M. Shmatko intervient alors que les cours du brut oscillent autour des 50 dollars le baril. Face à l'effondrement des prix du pétrole, qui ont été divisés par trois en cinq mois, l'Opep tiendra samedi une réunion "consultative" au Caire (Egypte) -au cours de laquelle pourrait être décidée une réduction de la production- deux semaines avant sa réunion extraordinaire prévue à Oran le 17 décembre.
Le baril à 51,78 dollars
Les cours du pétrole ont cédé hier la moitié de leurs gains de la veille, affectés par les sombres prévisions économiques de l'OCDE qui ont dissipé l'optimisme suscité par le sauvetage de la banque américaine Citigroup. En début d'échanges européens, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 51,78 dollars, perdant 2,14 dollars par rapport à la clôture de lundi, alors que le baril de "light sweet crude" pour la même échéance, coté sur le marché new-yorkais Nymex, s'échangeait à 52,22 dollars, en baisse de 2,28 dollars. Selon les analystes, le marché, qui attendait depuis longtemps un rebond des prix du brut, a été inondé de nouvelles prévisions économiques négatives.
Gaz russe pour l’Ukraine
Nouvelles tensions
Le gaz est de nouveau au centre de tensions entre la Russie et l’Ukraine, important pays de transit du gaz russe vers l'Europe, après l’annonce par le géant gazier russe Gazprom de suspendre ses livraisons de gaz à l’Ukraine à compter du 1er janvier si cette dernière n’aura pas réglé d’ici là ses dettes, préalable à la conclusion d’un nouveau contrat. Dans un communiqué publié à l’issue d’une rencontre hier à Moscou entre le PDG de Gazprom Alexeï Miller et le directeur de la compagnie ukrainienne Naftogaz, Oleg Doubina, le holding russe a indiqué que la partie ukrainienne réglera sa dette d’ci le 1er décembre. Selon Gazprom, les deux parties sont parvenues à un accord en vertu duquel ''la compagnie publique Naftogaz Ukraine réglera d’ici le 1er décembre la dette pour le gaz livré en septembre et pour une partie du gaz livré en octobre 2008''.



el moudjahid

Cookies