PDA

Voir la version complète : Le président du groupe Accor fait le tour d'Algérie en vélo pour découvrir le pays


mendz
26/11/2008, 22h57
Il a fièrement affirmé, à l’issue de cette randonnée, qu’elle a été pour lui l’occasion de découvrir non seulement le Sud algérien, mais aussi toute l’Algérie.

L’initiative du président du groupe Accor reste inédite dans les annales des investisseurs étrangers qui ont visité jusque-là l’Algérie. En effet, le président et fondateur du groupe Accor, M. Jean-Paul Dubrule, a confirmé à la faveur d’une longue randonnée à vélo, à travers le Sud algérien, que notre pays recèle d’énormes potentialités touristiques et économiques, et que l’Algérie est un pays stable en matière de sécurité, ce qui constitue un atout supplémentaire pour convaincre des opérateurs économiques étrangers à venir investir dans le domaine du tourisme.

Le périple à vélo a débuté les premiers jours du mois d’octobre dernier. En dépit du poids de ses 76 ans, le patron du groupe Accor a su garder la vitalité de sa jeunesse. Il a réussi à sillonner, en solo, 4 320 km en Algérie. Le randonneur a pris le départ de la ville tunisienne Touzeur, en passant par Oued Souf, Touggourt, El-Goléa, In-Salah et enfin à Tamanrasset, avant de retourner depuis l’Extrême-Sud jusqu’à Oued Souf.

Arrivé lundi au coucher du soleil, M. Jean-Paul Dubrule a été chaleureusement accueilli par l’homme d’affaires Djilali Mehri dans sa résidence hôtelière Daouia, érigée au milieu des dunes de sable et des palmeraies. Cette résidence sera transformée très prochainement en village touristique qui fera désormais partie de la chaîne d’hôtels de Djilali Mehri. La chaîne hôtelière de Mehri compte 36 hôtels, dont 26 sont en cours de réalisation par le groupe Accor et le groupe Mehri. L’enveloppe financière dégagée par les deux groupes (50% chacun), à cet effet, oscille entre 25 et 30 milliards de dinars.

À son arrivée, le patron d’Accor a fièrement affirmé que cette randonnée était pour lui une découverte non seulement du Sud algérien, mais de toute l’Algérie où, selon lui, des méga-chantiers sont lancés tels que le projet de transfert d’eau potable, sur 800 km, de In-Salah à Tamanrasset, ainsi que l’autoroute Est-Ouest qui avance à pas de géant. Plus loin, le P-DG du groupe Accor a évoqué certaines questions remarquées durant son périple. Il a notamment relevé le déficit flagrant en matière
d’infrastructures hôtelières, ainsi que le problème de l’environnement. Concernant le volet partenariat entre le groupe Mehri et le groupe Accor,
M. Jean-Paul Dubrule a souligné que c’est la première fois dans l’histoire que le groupe Accor s’implique directement dans l’investissement financier en partenariat avec le groupe Mehri dans le domaine de l’hôtellerie.

Le patron du groupe français a tenu à mettre en valeur les efforts déployés par le groupe Mehri, qui a su convaincre cette chaîne internationale de venir investir non seulement dans le domaine de gestion, mais également dans le domaine de la réalisation des hôtels et des villages touristiques, ainsi que dans la réalisation des écoles de formation dans le tourisme et l’hôtellerie prévues à Alger, en Kabylie et à Oued Souf.

“La randonnée de Jean-Paul Dubrule mérite d’être inscrite dans le Guinness”

Pour M. Djilali Mehri, président du groupe portant son nom, Jean-Paul Dubrule vient de réaliser un exploit mondial en parcourant à vélo plus de 4 000 km : “C’est une performance qui mérite d’être inscrite dans le Guinness Book.” Et d’ajouter que “cette initiative ne vise en réalité qu’un seul objectif : celui de découvrir les fabuleux paysages de notre région sans agresser la nature”. Pour cela, a-t-il expliqué, “le grand amoureux de la nature a décidé d’utiliser le moyen de transport le plus propre qu’est le vélo, pour effectuer cette randonnée”.

Par ailleurs, avec un énorme investissement à parts égales de 30 milliards de dinars, les groupes Mehri et Accor ont déjà arrêté un programme aussi riche que diversifié pour réaliser de grands projets hôtellerie, à savoir des villages touristiques et une chaîne d’hôtels pouvant atteindre les 50 hôtels d’Ibis, et ce, en trouvant des solutions aux problèmes, notamment le foncier. Selon M. Mehri, il n’est pas du tout facile de trouver un terrain puisque les démarches administratives sont lourdes et compliquées. Les investisseurs dans le domaine du tourisme, a-t-il précisé, doivent être soutenus et aidés par l’État. Selon M. Mehri, les lois ne sont pas stables, ce qui décourage les investisseurs de venir investir en Algérie.

M. Mehri a précisé encore que “bien qu’on soit aidé par le ministère du Tourisme, la lourdeur administrative dans le traitement des dossiers reste encore posée. L’investissement touristique doit être soutenu par les pouvoirs publics, avec des mesures d’accompagnement concrètes et l’assouplissement des procédures de délivrance de visas pour les étrangers. À Dubaï, par exemple, une simple demande envoyée par fax permet d’avoir le lendemain le visa”. Malgré ces contraintes, les groupes Accor et Mehri ont lancé déjà leurs projets, dont 26 hôtels Ibis de 4 étoiles sont en cours de réalisation. L’hôtel de Bab-Ezzouar sera ouvert au mois de janvier prochain et celui de Constantine durant l’année 2009. Les travaux d’hôtels d’Oran et de Tlemcen ont démarré, a-t-il fait savoir. Il est également prévu de construire des hôtels à Sétif, Annaba, Skikda et Jijel. Cette chaîne hôtelière va créer 5 000 emplois.

Aussi, le groupe Mehri a prévu également la réalisation de deux villages touristiques, l’un dans la wilaya de Tlemcen (composé de 5 hôtels et 400 villas), alors que le deuxième est en cours de réalisation à Oued Souf. Enfin, il faut signaler que M. Thierry de Jaham, directeur général du groupe Accor-Maghreb regroupant l’Algérie, la Tunisie et l’Égypte, qui est venu d’Italie par avion pour rejoindre le P-DG d’Accor à Oued Souf, a affirmé que Accor-Maghreb va réaliser entre 5 et 8 Novotel, une gamme supérieure Ibis dans la chaîne d’hôtels Mehri-Accor et plus de 550 emplois seront créés.

S. MOHAMED (Liberté)

shadok
27/11/2008, 07h31
Très belle performance pour le président du groupe Accor. L'Etat doit faciliter les démarches administratives aux investisseurs qui croient aux potentialités touristiques de l’Algérie. Mehri se plaint de la bureaucratie :

Selon M. Mehri, il n’est pas du tout facile de trouver un terrain puisque les démarches administratives sont lourdes et compliquées. Les investisseurs dans le domaine du tourisme, a-t-il précisé, doivent être soutenus et aidés par l’État. Selon M. Mehri, les lois ne sont pas stables, ce qui décourage les investisseurs de venir investir en Algérie.

oujdi
27/11/2008, 08h18
si seulement, il y avait des maghrébins comme ce monsieur. chapeau

DZmes Bond
27/11/2008, 14h34
Bonjour Oujdi :
Comme le PDG d'Accor ? Tu veux les mettre tous à vélo pour l'aventure ? On pourra en faire un film comique. :mrgreen:

Cookies