PDA

Voir la version complète : Le crash des trois géants de l'automobile menace la présidence Obama


freesoda
06/12/2008, 11h11
Le spectacle aura duré 6 heures, mais il a été fascinant à plus d'un titre. On donnait jeudi dans la salle 106 de l'immeuble Dirksen du Sénat la première scène du second acte d'une pièce qui pourrait avoir pour titre Il faut sauver le soldat Detroit . Les personnages centraux du drame, les pdg des trois principaux constructeurs automobiles américains - General Motors, Ford et Chrysler - sont venus à Washington quémander auprès du Congrès une aide urgente de 34 milliards de dollars, sans laquelle leurs compagnies sont condamnées à la faillite d'ici le 31 décembre. C'est la version big business de la célèbre chanson folk de la Grande Dépression - Brother can you spare a dime ? (T'as pas cent balles ?).

Une industrie qui depuis plus d'un siècle a été l'emblème et le pilier du rêve américain est bel et bien menacée d'extinction. En suivant les dépositions des dirigeants de Detroit convoqués devant les sénateurs, on avait l'impression de regarder un film au ralenti montrant une belle Américaine lancée à pleine vitesse vers un mur contre lequel le crash paraît inévitable. Les trois constructeurs perdent plus de 5 milliards de dollars par mois. En novembre, les ventes d'automobiles aux États-Unis ont chuté de 37 % en moyenne, et elles sont à leur plus bas niveau en un quart de siècle. La part des "trois géants de Detroit" sur ce marché en chute libre n'est en outre plus que de 51 % - le reste ayant été conquis par les constructeurs japonais, coréens et européens.

"Ça en est fini de l'industrie automobile américaine"

Et le crash annoncé de Detroit fait peser une lourde menace sur la présidence Obama avant même qu'elle n'ait commencé. "La triste réalité", constate l'hebdomadaire Newsweek, est que "ça en est fini de l'industrie automobile américaine". Les causes du naufrage sont multiples et connues. Il y a eu des erreurs stratégiques (le pari sur les SUV et autres véhicules avaleurs d'essence), des retards technologiques (en particulier sur les moteurs hybrides et à faible consommation de carburant), la qualité médiocre des produits, le surendettement écrasant, l'hypertrophie des réseaux de vente.

Et le surcoût d'une main-d'oeuvre dont le puissant syndicat UAW (United Auto Workers) a fait une aristocratie ouvrière bien mieux protégée et mieux rémunérée que les employés des usines implantées aux États-Unis par les concurrents étrangers. Mais cette crise est surtout une crise de surproduction. Les Américains ont cessé de changer de voiture tous les deux ou trois ans, en particulier quand ils ont vu le prix de l'essence s'envoler. "Notre attitude a trop longtemps été qu'il n'y avait qu'à construire des voitures et qu'il y aurait toujours des gens pour les acheter", a reconnu jeudi le pdg de Ford, Alan Mulally, qui s'est soumis avec ses collègues Rick Wagoner (GM) et Robert Nardelli (Chrysler) à une séance d'autocritique rare. Les géants de Detroit sont depuis des années en difficulté, et la crise du crédit et de la consommation dans laquelle le pays a plongé n'a fait que précipiter une échéance jugée inévitable par la plupart des experts.

Il faut sauver le soldat Detroit

Il y a quinze jours, lors de leur première déposition devant le Congrès, les trois pdg s'étaient pris une volée de bois vert dans les médias en débarquant à Washington à bord de leurs jets privés. Cette fois, tels les bourgeois de Calais, ils sont venus de Detroit (et y rentreront vendredi après avoir comparu devant la Chambre des représentants) au volant de véhicules à moteur hybride, prototypes sortis de leurs usines et censés symboliser l'avenir de leur industrie. Ils ont aussi fait savoir qu'ils avaient rejoint le "club des salariés à 1 dollar par an" (dont font déjà partie les pdg d'Apple, Yahoo!, Google et quelques autres chefs d'entreprise richissimes qui ont renoncé à percevoir un salaire).

Ces gestes symboliques, et l'humilité nouvelle dont les "trois géants" font preuve, se sont accompagnés de la présentation de plans de restructuration, avec réduction des coûts, fermeture d'usines, licenciements et réduction des réseaux de distribution, ventes de marques, destinés à convaincre les parlementaires que l'aide sollicitée ne sera pas faite à fonds perdu pour le contribuable. Les trois pdg étaient flanqués du président de l'UAW, Ron Gettlinger, qui avait annoncé la veille accepter désormais de prononcer le mot qu'il se refusait jusqu'alors : "concessions". Convaincu que la survie des trois sociétés est bel et bien en jeu, le syndicat se dit prêt à accepter la remise en cause de nombreux avantages garantis par la convention collective.

La récession est paradoxalement la meilleure chance de survie des trois constructeurs américains. Elle oblige les politiques à voler à leur secours. Les conséquences de la mise en liquidation d'une ou de plusieurs des trois grandes sociétés de Detroit seraient "catastrophiques" sur l'économie, a mis en garde Mark Zandi, économiste et directeur de Moody's.com, qui témoignait lui aussi devant le Sénat. Plusieurs millions d'emplois seraient menacés, des régions entières dévastées bien au-delà de l'État du Michigan où se trouve Detroit. La crise économique en serait automatiquement aggravée. Le coût de la faillite serait au final bien supérieur à celui du maintien en survie de l'industrie par une aide publique. Abandonner à leur sort GM, Ford et Chrysler, a prévenu le sénateur (démocrate) Chris Dodd, "serait jouer à la roulette russe avec toute l'économie américaine". Tout le monde à Washington estime par conséquent qu'il faut sauver le soldat Detroit. Le président élu Barack Obama a déclaré lui-même que "l'industrie automobile [était] la colonne vertébrale de l'industrie américaine", et qu'il fallait trouver le moyen de la préserver.

"Rien de tel qu'une condamnation à mort pour contraindre à réfléchir"

Mais personne ne veut prendre la responsabilité de ce sauvetage auquel personne ne croit vraiment. Mark Zandi prévient qu'il reviendra certainement au final à beaucoup plus que les 34 milliards demandés jeudi (il estime l'addition entre 75 et 125 milliards de dollars, sans garantie que cela suffise à rendre les constructeurs viables), sans assurer pour autant la viabilité de l'industrie. L'idée d'un sauvetage du secteur automobile, après celui de l'industrie financière, est de surcroît fort impopulaire dans l'opinion.

Un sondage CNN vient de montrer que 61 % des Américains y sont opposés. Du coup, les trois géants se retrouvent pris au beau milieu d'une bagarre politique qu'exacerbe la période de transition entre les présidences Bush et Obama. La majorité démocrate du Congrès estime que l'argent du sauvetage doit être prélevé par l'administration sur les 700 milliards de dollars déjà votés (en octobre) pour le plan de stabilisation économique. La Maison-Blanche et le secrétaire au Trésor Henry Paulson ne veulent pas en entendre parler. Ils proposent d'utiliser plutôt une subvention de 25 milliards de dollars déjà accordée par le Congrès aux constructeurs automobiles pour les aider à mettre au point des moteurs "propres".

Il est douteux cependant que la Maison-Blanche et le Congrès poussent leur bras de fer jusqu'à laisser les trois géants de Detroit aller au "Chapitre 11", c'est-à-dire à la faillite. "Rien de tel qu'une condamnation à mort pour contraindre à réfléchir, et c'est bien à une condamnation à mort que nous sommes confrontés", a avoué le sénateur Dodd en concluant la séance d'enquête de jeudi. Le plus probable est par conséquent que le Congrès et la Maison-Blanche trouvent le moyen d'accorder aux constructeurs les quelques milliards de dollars dont ils ont besoin pour éviter de devoir mettre la clé sous la porte avant l'investiture du président Obama, le 20 janvier. Le dossier Detroit se retrouvera de la sorte sur le sommet de la pile des dossiers urgents et explosifs qui s'entasseront sur le bureau d'Obama dès son premier jour dans le Bureau ovale.

absente
06/12/2008, 12h26
Les personnages centraux du drame, les pdg des trois principaux constructeurs automobiles américains - General Motors, Ford et Chrysler - sont venus à Washington quémander auprès du Congrès une aide urgente de 34 milliards de dollars, sans laquelle leurs compagnies sont condamnées à la faillite d'ici le 31 décembre.

Cette fois ils sont venus tous trois en voiture (des nouveaux modèles fabriqués par leur entreprise respective) alors que ça fait deux semaines ils sont venus chacun avec son propre avion:mrgreen:

Ce Dodd a l'air bien d'accord pour les accorder finalement cette aide..:rolleyes:

BeeHive
06/12/2008, 13h03
Apres les banques c'est au tour des constructeur d'automobiles .... ils veulent tous du socialisme, un systeme qu'ils ont combatu toute leur vie.

absente
06/12/2008, 13h19
Robert Nardelli, le PDG du constructeur automobile américain Chrysler, a indiqué mardi 18 novembre qu'il serait prêt à se contenter d'un salaire annuel d'un dollar, dans le cadre d'un effort pour redresser sa société à court de liquidités.
"Je serais prêt à accepter cela", a déclaré Robert Nardelli lors d'une audition au Sénat américain, où il était venu plaider pour que le Congrès autorise un crédit relais de 25 milliards de dollars pour sauver les trois grands constructeurs automobiles de Detroit.


Hahaha... j'ai aimé cette phrase:mrgreen:

Geass
06/12/2008, 16h19
Ils ne veulent pas du socialisme. Ils veulent seulement le fric pour se restructurer, mais pour que ça ne choque pas l'opinion publique, on fait semblant de se plier au dictat de l'état.

ballZ
06/12/2008, 16h35
Il suffit juste que l'armée us réduise ses dépenses pour que tout aille mieux, 500 milliards de budget c'est énorme !

absente
06/12/2008, 17h13
En tout cas Obama a interet de revoir toutes les dépenses, son plan de relance pour recréer 2,5 millions d'emploi.

Et c'est pas facile, c'est des investissements et bcp d'argent!!! Il compte rénover les infrastructures scolaires hospitalières et routières, dans l'énergie et le développement de l'internet à haut débit.

Quand j'ai lu ça, je me suis demandé si Obama est conscient du défis qu'il a lancé, et la réalité de la crise financière...

zek
06/12/2008, 19h56
Ah! Ah! Ah!, lorsqu'on ne s'adapte pas, on meurt, cette loi naturelle s'applique aussi à l'économie, vous vous imaginez si la France des années 1970 avait continué d'investir l'argent publique dans les aciéries ou le charbon, en en serez ou ? Savez vous combien de constructeurs automobile ont fermé la porte depuis le début du 20 siècles, des dizaines...

Ismail2005
06/12/2008, 20h08
Robert Nardelli, le PDG du constructeur automobile américain Chrysler, a indiqué mardi 18 novembre qu'il serait prêt à se contenter d'un salaire annuel d'un dollar, dans le cadre d'un effort pour redresser sa société à court de liquidités.
"Je serais prêt à accepter cela", a déclaré Robert Nardelli lors d'une audition au Sénat américain, où il était venu plaider pour que le Congrès autorise un crédit relais de 25 milliards de dollars pour sauver les trois grands constructeurs automobiles de Detroit.

ca fait pleurer tant de dévouement et de sacrifice,franchement c'est trop,il va étre obligé de sacrifier son maseratti pour une vulgaire BMW;)

zek
06/12/2008, 20h31
Moi je voudrais bien être payé 1 dollars par mois, si on me vire $25 milliards sur mon compte. :mrgreen:

Hamza
06/12/2008, 20h38
Je suis vraiment fasciné par ce que les 3 PDG font pour leur entreprise, et les sacrifices qu'ils font pour les maintenir en vie. Les USA restent la plus grande nation que le monde ait connu ! :)

zek
06/12/2008, 20h44
Il ont pris trop de retard par rapport à la concurrence étrangère sur les nouvelles normes, et de toute manière ils seront toujours trop chère, il vaut mieux qu'ils mettent la clef sous la porte ou qu'ils revendent leurs usines automobiles aux concurrents, c'est ce qu'a fait avec courage le Royaume Uni.

ayoub7
06/12/2008, 21h04
Les amis, les 3 PDG ont un ramassis de stock options, leur salaire a cote c'est des cacahuetes, a partir de lundi, si le Bailout se confirme, les actions GM et F risquent de monter considerablement a partir de Lundi, le portfolio de ces gens se garnira automatiquement, surement l'equivalent de leur salaire sur 4 ans... Ce qu'ils perdent d'un cote, ils le recuperent plusieurs fois plus de l'autre...

zek
06/12/2008, 21h25
Les amis, les 3 PDG ont un ramassis de stock options, leur salaire a cote c'est des cacahuetes, a partir de lundi, si le Bailout se confirme, les actions GM et F risquent de monter considerablement a partir de Lundi, le portfolio de ces gens se garnira automatiquement, surement l'equivalent de leur salaire sur 4 ans... Ce qu'ils perdent d'un cote, ils le recuperent plusieurs fois plus de l'autre...

Sortir de l'eau 3 constructeurs automobiles, c'est trop. Il me paraît plus raisonnable, qu'un seul sera élu, une entreprise en faillite, ne peut pas remonter du jour au lendemain et ne pourra pas rattraper 20 ans de retard, même s'il y a un apport d'argent frais ou de crédit à 0 %, rien ne dit que l'action montera.

Geass
06/12/2008, 21h27
Il va y avoir de la fusion dans l'air là.

nacer-eddine06
06/12/2008, 21h35
hamza et le fashion


les gars qui te fascinent
sont milliardaires
et ils peuvent supporter un salaire de misere pour mille ans

ayoub voit juste

et geas
de meme

jolie casse en perspective

en ligne droite de ce que prevoit celent

http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=105103

freesoda
06/12/2008, 21h43
Les Américains ont cessé de changer de voiture tous les deux ou trois ans, en particulier quand ils ont vu le prix de l'essence s'envoler

Les américains surconsomment, la famille américaine possède plus de voitures que de membres de famille ayant un permis. C'est un peuple de consommateurs, ça a des avantages mais cela montre aussi ses limites.

Les voitures aussi consomment beaucoup plus qu'en Europe. Ils les changent plus souvent, avec cette crise et sûrement un début de changement de mentalité, il y aura sûrement un constructeur en moins, donc soit au moins une faillite, ou peut être une fusion de 2 grands constructeurs mais avec une baisse de la production et une forte réduction des effectifs.

Hamza
06/12/2008, 21h43
Y a ni fashion ni sidi zekri, je parle pas de leurs salaires, mais des plans de restructurations accompagnés, ils font tout pour que l'industrie automobile américain ne tombe dans les mains des entreprises étrangères. Tu crois réellement que Washington laissera les 3 empires de l'automobile américaine faire faillite, tu reves trop mon ami..ils feront tout, voire même l'impossible.

nacer-eddine06
06/12/2008, 21h53
donne moi une planche a billet et je te change le monde
tant qu on y ait


mais on atteint les limites du liberticismes

le marche est roi disaient les omc fmi bm

je pense qu il faut laisser ces capitalistes boire la calice jusqu a la lie

ayoub7
06/12/2008, 21h59
Sortir de l'eau 3 constructeurs automobiles, c'est trop. Il me paraît plus raisonnable, qu'un seul sera élu, une entreprise en faillite, ne peut pas remonter du jour au lendemain et ne pourra pas rattraper 20 ans de retard, même s'il y a un apport d'argent frais ou de crédit à 0 %, rien ne dit que l'action montera.

Vrai, ce scenario est possible aussi, j'ai mis plus dans F que dans GM en prenant cela en compte. F a encore du cash et peut tenir jusqu'en 2009 meme sans bailout, c'est la plus saine des 3. Par contre, sur le deuxieme point je ne suis pas d'accord, si ces entreprises ont le bailout, elles DEVRONT radicalement chaner leur business model, c'est la condition du gouvernement,c'est a dire qu'elles auront entre 5-10 ans pour revolutionner l'industrie automobile avec des voitures plus economes, plus petites, plus vertes etc... Il faudra s'attenre a voir les Volt comme produit phare par exemple ou d'autres voitures hybrides. Ils n'ont plus le choix, et c'est tant mieux! C'est ce qui pourait ressortir de positif de tout ca.

ayoub7
06/12/2008, 22h06
le marche est roi disaient les omc fmi bm

Le marche n'est pas roi, le mache est ministre :)

zek
06/12/2008, 22h16
c'est a dire qu'elles auront entre 5-10 ans pour revolutionner l'industrie automobile avec des voitures plus economes, plus petites, plus vertes etc...

5 ou 10 ans, ils auront le temps de couler 10 fois, la concurrence ne leur laissera pas de répit.

ça va être très dur de remonter la pente, que fais-tu de Toyota, Honda, Nissan, je crois bien qu'ils ont des usines aux USA, non ? Et même s'ils en ont pas, ils continuent d'en exporter, n'est-ce pas ? Moi, je crois, qu'ils sont foutu pour de bon.

Avec 71% des consommateurs américains qui affirment être intéressés par l’achat d’un véhicule hybride, Toyota a de plus en plus de mal à répondre à la demande pour ses modèles de voitures écologiques telles que la Prius et enregistre une baisse de ses ventes aux Etats-Unis à cause d’une pénurie de stocks.

nacer-eddine06
06/12/2008, 22h21
ou sont vos vertues du liberalisme

vous qui combattez l interventionisme de l etat dans les affaires privees

le on socialise les pertes et on capitalise les profits

les peuples ne sont plus naifs

c une couleuvre difficile a avaler par les temps qui court

le mot "socialisme" arrive en tete dans les requetes de recherches google

paradoxe de l histoire

auscasa
06/12/2008, 22h29
le stock de ford et de 2$ l'action :mrgreen:
si tu as un peus d'argent a cote acheter 10 000 action c'est une bonne affaire.
les constructeurs ne vont pas fermer boutique, c'est un peus impossible.

l'us a les meilleurs chercheur au monde et il y a de l'argent pour sauver ces groupes il reste plus que le changement de politique et hop ces groupes devienderons encore une fois les plus grand groupe d'automobile au monde en hybred ou n'importe quel autre technology.

et pour ce qui est de la crise au usa, vraiment parfois je me demande si le record de 6% de chomage est vraiment une catastrophe pour un pays comme l'usa :mrgreen: alors qu'on europe ceux qui ont 6% de chomage sont parmis les meilleur pays qui ont evite la crise.

absent
07/12/2008, 00h54
l'us a les meilleurs chercheur au monde et il y a de l'argent pour sauver ces groupes

c'est vrai auscara, seulement les etats-unis ont un très gros defaut : ils ont des secteurs economiques et technologiques totalement abondonnés ! vraiment, totalement abondonnés... tu prends le secteur automobile, pendant que les japonais eux faisaient de la recherche pour ameliorer la consommation de leur voiture, les rendre plus fiable, standardiser certains process.. les americains eux continuaient à faire des pacquebots roulant qui consomment 25L/100 !!! tant que les etats-unis n'aurons pas compris que le petrole n'est pas eternel et qu'il faut economiser le precieux bien, ils n'y aura pas de recherche dans ce secteur, qui continuera alors à prendre du retard sur des pays d'europe et le japon. les etats-unis conjugent des secteurs tres dynamiques et fort evoluées avec des secteurs vraiment en retard et qui donne pas l'image d'une grande puissance à recherche tres avancée...

ayoub7
07/12/2008, 01h59
e stock de ford et de 2$ l'action
si tu as un peus d'argent a cote acheter 10 000 action c'est une bonne affaire.
les constructeurs ne vont pas fermer boutique, c'est un peus impossible.

J'ai achete F a 1.86, GM a 3.24 et je pense que meme a 2 F est sous-evaluée..

Pihman
07/12/2008, 07h47
C'est pas la faute à GM, Ford et Chrysler

Mais c'est la faute au consommateur client qui a changé brutalement

en boudant les modeles carburivore

absent
07/12/2008, 09h32
si c'est de leur faute, ils pouvaient prevoir...
puis ils pouvaient lncer sur le marché des autos à la pointe au niveau moteur et consommation. bon le consommateur lui est un juge et c'est lui qui fait tout mais les geants pouvaient prevoir au moins...

Pihman
07/12/2008, 22h01
J'ai dit cela par ironie

mais le consommateur US a tellement habitué les 3 majors à prendre tous leurs modeles pour les induire en erreur fatale

la crise devrait durer plus longtemps pour ramener ces américains a reconsidérer leur amnière de consommer comme le reste de l'humanité

chauffer les terrasse des café restaurant et les devanture d'hôtels
surchuffer en hiver les centre commerciaux pour permettre aux personnel de mettre des polos
Climatiser à outrance en été
Abandonner le train (au profit de l'aerien et l'auto) comme moyen de transport, le TGV aurait été un reel succè aux USA pays tellement vaste
Se passionner pour les Pickup monstres et autres 4x4 au lioeu de bérline plus econmique
maintenir des prix de carburant très bas comparé aux autyres pays développés
Même les industries investissent peu dans l'économie d'énérgie comparé à l'europe et le japon

Pour tous cela je leur souhaitent un crise un peu plus longue
das leur intérêt et l'intérêt de la planète

Cookies