PDA

Voir la version complète : Bourse de Casablanca : Les indices de la cote touchent le fond


jawzia
07/12/2008, 23h15
Bourse de Casablanca : Les indices de la cote touchent le fond
Le Masi continuerait sa correction à 10.500 points
07.12.2008 | 11h54

Le Masi poursuit son mouvement baissier au cours du mois de novembre atteignant un plus bas à 10 742 points le 24 novembre avant de se ressaisir de 3,5% pour clôturer le mois sur une contre-performance de 7,17%.

Pour les analystes de BMCE Capital Bourse, eu égard à l'évolution du baromètre de référence sur les neuf derniers mois, le cycle baissier amorcé depuis mars 2008 semble être bien installé. Ainsi, à court terme, l'indice devrait continuer sa correction à 10.500 points avant de marquer un rebond technique vers les 11.350 points. Ce pronostic est étayé par la situation toujours négative des indicateurs mathématiques: le RSI à 23,7, le Momentum à 79,6, sont plus bas depuis 2002. Il faut dire que qualifié de « mauvais », le mois de novembre a été marqué par d'intenables pannes sèches des principaux indicateurs de la cote. A la Bourse de Casablanca, la perte de confiance a fini par s'installer pour entraîner le marché vers ses niveaux les plus bas durant l'année 2008. Ainsi et après avoir touché le fonds en date du 24 novembre respectivement à 10 969,06 points et à 9 009,37 points, le Masi et le Madex se redressent en fin de mois pour afficher finalement des pertes mensuelles de -7,17% pour l'indice de toutes les valeurs cotées à 11 119,28 points et de 7,05% pour le baromètre des blue chips à 9 147,28 points. Leur contre-performance annuelle s'en trouve dégradée à 12,41% pour le MASI et à 12,59% pour le Madex .

Dans ce contexte, la capitalisation boursière se déleste de 6,28% (moins de 36,4 MMDH) comparativement au mois précédent pour s'établir à 543 MMDH. A ce niveau de valorisation, la Bourse de Casablanca offre un rendement de dividende estimé à 3,5% en 2008. Brassé à 73% sur le marché central, le flux transactionnel du mois de novembre 2008 demeure faible, s'établissant à 10,4 MMDH contre 12,6 MMDH le mois précédent et 23,1 MMDH une année auparavant. Le compartiment de détails a été essentiellement dominé par les négoces sur Addoha, Maroc Telecom et la CGI qui ont accaparé conjointement 53,6% du chiffre d'affaires global avec des volumes respectifs de 1 733,1 MDH, de 1 289,2 MDH et de 1 045,5 MDH. Pour sa part, BMCE BANK polarise 8,1% des échanges réalisés avec 611,3 MDH, suivie d'Attijariwafa bank et de Ciments du Maroc qui ont drainé 7,2% et 5,2% du négoce avec respectivement 546,6 MDH et 396,6 MDH. De son côté, le marché de blocs a totalisé des échanges de 2 795,8 MDH, portés principalement par les transactions sur Attijariwafa bank pour 1 842,3 MDH et sur BMCE Bank pour 512,4 MDH.

Hormis la « Sylviculture & papier » (tiré par la bonne performance de Papelera de Tetuan, suite à l'annonce de sa fusion avec Safripac), l'ensemble des secteurs de la cote inscrivent leur performance mensuelle au rouge. Ainsi, les pertes les plus importantes ont été enregistrées par les Mines, les Transports et les Logiciels & Services Informatiques, lesquels s'effritent respectivement de 14,5%, de 14,1% et de 14,0% à 5 028,42 points, à 1 001,16 points et à 655,01 points. Pour leur part, les indices de l'industrie pharmaceutique et des équipements électroniques et électriques ressortent en quasi-stagnation à 1 350,75 points et à 7 800,0 points. Par valeur, Label Vie a signé la plus forte hausse mensuelle (+9,7%) à 1 272 DH. Non loin derrière, Crédit du Maroc s'est bonifié de 7,5% à 849 DH, réduisant ses pertes cumulées depuis le début de l'année à 12,5%. De son côté, Delta Holding a gagné 5,3% à 80 DH.

A ce niveau de cours, le groupe de Travaux Publics présente un dividend yield estimé à 1,6% en 2008. A contrario, Berliet Maroc s'est affaissé de 29,2% à 246 DH. Sur fonds de rumeurs défavorables suite notamment au départ surprise de son PDG, le représentant de Renault Trucks au Maroc offre un rendement de dividende estimé à 1,6% en 2008. En dépit de l'annonce de son acquisition de S2M, le cours de HPS se défait de 24,8% pour se fixer à 600 DH, probablement impacté par le spectre d'un retournement de ses marchés à l'export dans le sillage de la crise financière internationale. Enfin, Mediaco a régressé de 24,6% à 191,05 DH, creusant sa contre performance annuelle à 58,2%.

jawzia
07/12/2008, 23h57
Pour lui (Salaheddine Mezouar, ministre des finances), la brutalité de la baisse sur des volumes limités vient des :
«investisseurs qui se sont fait peur en discutant après le f’tour, en imaginant que la crise mondiale allant aussi débouler au Maroc»

Bennis
08/12/2008, 00h07
sachant que la finance marocaine est epargnée, si les investisseurs etrangers sont minoritaires (-5% sur la capitalisation)
quoi de plus que le facteur psychologique pourrait affecter la bourse ?
hein ? :)
met toi à la place d'un boursicoteur marocain sur Casa, que ferais tu au lendemain de l'annocée d'une crise internationale ? :)

jawzia
08/12/2008, 00h22
met toi à la place d'un boursicoteur marocain sur Casa, que ferais tu au lendemain de l'annocée d'une crise internationale ?
Les propos que j'ai cité ne sont pas ceux d'un boursicotier, ce sont celles du ministre des finances.

Il impute la crise aux "soirées ramadanesque". Maintenant que la crise s'installe
Pour les analystes de BMCE Capital Bourse, eu égard à l'évolution du baromètre de référence sur les neuf derniers mois, le cycle baissier amorcé depuis mars 2008 semble être bien installé

Les choses sérieuses commencent pour un pays où la richesse produite est détenue pour 2/3 par le capital (l'autre 1/3 étant par la rémunération du travail).

Geass
08/12/2008, 00h22
Les gens craquent complètement. Ils se font peur et vendent à perte...
Alors qu'ils achetaient sans se soucier de l'état des entreprises chez qui ils mettaient de l'argent, là alors que les entreprises ont une santé solide, ils enlèvent leur argent...
Heureusement que le ministre a autorisé l'autorachat d'action à 60%, ca permettra de limiter la casse.
En tout cas ceux qui auront les moyens d'acheter maintenant et d'attendre, deviendront très riches d'ici un an.

Bennis
08/12/2008, 00h33
Les propos que j'ai cité ne sont pas ceux d'un boursicotier, ce sont celles du ministre des finances.
il a simplement expliqué, une maniere de faire pour lui, qui est si ecouté, pour qu'il abaisse de la frayeur qui s'est instalée, une frayeur de nature illogique, mais on sait bien que quand il s'agit de fric, on prefere plutot ne pas etre logique et garder son poingon au chaud :mrgreen:

jawzia
08/12/2008, 00h42
La bulle boursière est entrain de se dégonfler et la tendance s'inscrit dans la durée. Son impact est multidimensionnel au vu de la part du capital dans la richesse du Maroc.

ça commence à clignoter !

ayoub7
08/12/2008, 01h05
Now is the time to buy! :mrgreen:

Geass
08/12/2008, 01h52
Et tant mieux Jawzia. Nos amis boursicoteurs comprendront alors que la bourse ce n'est pas le tiercé. Et sauront ce que veut dire PER.
Les autres se feront de l'argent pendant que tout ça se remette en place.

Cookies