PDA

Voir la version complète : Medicament: plus de 400 produits interdits à l’importation


DZone
08/12/2008, 10h16
En pleine effervescence, consécutivement à l’audacieuse décision des pouvoirs publics portant interdiction d’importation de tout produit pharmaceutique fabriqué en Algérie, le marché du médicament, trop longtemps surfacturé et surdimensionné, est en train de livrer certaines vérités aux allures d’effets secondaires économiquement dangereuses qui ont fait du malade algérien, un argument d’affaires et de l’Algérie, un terrain de pur business.

Dans ce numéro du supplément économique de Liberté, il est fait état de ce retour “à la raison” après la mesure du gouvernement qui a fait l’effet d’une bombe dans les rangs des “traders” du médicament, des barons et autres pseudo-labos dont l’intervention sur ce segment ne s’est pas toujours faite dans la transparence. Piégée dans son élan après avoir été “sommée” d’investir, la jeune communauté d’industriels algériens a frôlé les périls de la faillite, pour avoir été exposée à une féroce concurrence de la part des multinationales soutenues dans leur œuvre par une réglementation à la limite de la complicité et au mode d’emploi tourné essentiellement vers le profit.

L’enjeu aujourd’hui, qui consiste à extirper la caisse des cotisations sociales de cette tendance à financer malgré elles le développement des multinationales, au détriment d’un véritable envol de l’industrie nationale, revêt une triple dimension ; algérianiser le médicament par un transfert de savoir-faire, accompagner les producteurs domestiques et économiser sur les dépenses tant à l’import qu’au niveau du remboursement. Au plan politique, cette mesure signe la naissance d’un acte de souveraineté qui porte sur la garantie des meilleures conditions de santé des citoyens en optant pour la limitation de cette dépendance trop chèrement payée.

Et partant plus que jamais, les producteurs nationaux sont appelés à relever le défi et mis devant leurs responsabilités, en termes d’assurance de la qualité et de la disponibilité des médicaments. Si l’importation est ainsi salutairement réglementée, il reste à espérer que la pénurie sera totalement interdite.

© Copyright Liberté

Cookies