PDA

Voir la version complète : Chrysler menace de fermer deux usines au Canada s'il n'obtient pas d'aide


mendz
09/12/2008, 19h02
Le constructeur automobile (http://fr*****.yahoo.com/finance/secteurs-industriels/automobile/actualites.html) Chrysler menace de délocaliser aux Etats-Unis la production (http://fr*****.yahoo.com/glos/p.html) de deux de ses usines au Canada, qui emploient plus de 8.000 personnes, s'il n'obtient pas une aide gouvernementale rapide, affirme mardi le quotidien The Globe and Mail.


Le journal cite des personnes qui ont été informées du plan de restructuration que la filiale (http://fr*****.yahoo.com/glos/f.html) canadienne de Chrysler a présenté la semaine dernière au gouvernement du Canada et à celui de la province de l'Ontario.

Chrysler Canada Inc avait demandé vendredi dernier une aide de 1,6 milliard de dollars canadiens (1,27 milliard de dollars) aux gouvernements d'Ottawa et de Toronto, sous forme d'"un prêt temporaire et remboursable en entier".


Dans son plan de restructuration, la filiale (http://fr*****.yahoo.com/glos/f.html) canadienne compare deux usines d'Ontario où elle assemble des véhicules avec d'autres aux Etats-Unis qui pourraient en assumer la production (http://fr*****.yahoo.com/glos/p.html), indique The Globe and Mail.

La production (http://fr*****.yahoo.com/glos/p.html) de "minivans", actuellement assemblés à Windsor, en Ontario, pourrait être transférée vers une usine de Saint-Louis (Missouri), qui a fermé cet automne, tandis que celle de berlines de l'usine de Brampton, dans la même province, pourrait être délocalisée à Detroit, dit Chrysler.


Le constructeur insiste sur le défi que représente pour lui le maintien "d'une présence" au Canada, alors qu'il a le "même genre d'usines" de part et d'autre de la frontière entre les deux pays.


Les filiales de Chrysler, Ford et General Motors réclament aux gouvernements du Canada et de l'Ontario au moins 6 milliard de dollars (4,8 milliards USD) d'aide sous forme de prêts et de lignes de crédit. Le Congrès des Etats-Unis et la Maison Blanche négociaient mardi pour tenter d'aplanir leurs ultimes divergences sur un projet de loi pour le déblocage de 15 milliards de dollars en prêts relais aux constructeurs automobiles américains en déroute.

AFP

zek
09/12/2008, 19h21
Quoi, ils font du chantage, et bien ils n'auront rien.

Cookies