PDA

Voir la version complète : 2025, le péril jeune vu par le renseignement américain


DZone
17/12/2008, 16h46
« Global Trends 2025 : A Transformed World ». C’est un document d’une centaine de pages offert à la lecture attentive de Barack Obama, par le National Intelligence Council (NIC) américain. C’est déjà, dit-on, son livre de chevet.

Par Saïd Djaafer, Alger

La simulation de ce que sera le monde en 2025 faite par les analystes du renseignement américain n’est ni catastrophiste, ni exagérément optimiste. Les tendances mises en exergue confirment plutôt les constats déjà actuels de l’émergence de nouveaux pôles de puissance. Les Etats-Unis ne seront plus la puissance unique. La Chine, qui deviendra la seconde économie du monde, disposera aussi de capacités militaires et scientifiques qui en feront le principal challenger de l’Amérique. Le monde sera confronté à des multiples défis : changements climatiques induisant de graves pénuries en aliments et en eau dans des dizaines de pays et croissance démographique (1,4 milliard d’individus de plus) vont créer des tensions internationales pouvant dégénérer en conflits armés. « Dans un proche avenir, le monde sera menacé par un risque de conflit accru pour le contrôle des ressources comme l’eau et l’alimentation et continuera à être hanté par des Etats voyous et des terroristes qui auront plus facilement accès à l’arme nucléaire ». L’héritage de Bush continuera à hanter longtemps l’Amérique. Les auteurs du rapport estiment que les troubles persisteront en 2025 en Irak, en Afghanistan et au Pakistan. Et si Al-Qaeda disparaîtra probablement en raison du caractère irréaliste de ses objectifs et de l’absence de projet suscitant l’adhésion populaire, le recours au terrorisme restera un « problème potentiel » et pourrait être plus dévastateur, en raison de l’accès plus facile aux substances nocives et au caractère plus meurtrier des armes conventionnelles.
Ils soulignent que le « facteur qui risque de rendre les choses plus complexes est qu’une grande partie de la population soit en plein bouleversement hormonal, et d’un âge où les défis à l’autorité sont la norme »

L’arc de toutes les instabilités

Le Moyen-Orient, notion moins géographique que politico-religieuse, allant de l’Atlantique à l’Asie centrale, sera « l’arc d’instabilité » où, selon Thomas Fingar, directeur adjoint du NIC « presque tous les problèmes qui poseront un défi aux dirigeants politiques à travers la planète peuvent être trouvés, et souvent avec une plus grande gravité ou intensité » . Pour cet arc « géoculturel » instable, les analystes américains, formulent des considérations sur le « péril jeune ». Ils soulignent que le « facteur qui risque de rendre les choses plus complexes est qu’une grande partie de la population soit en plein bouleversement hormonal, et d’un âge où les défis à l’autorité sont la norme ». La jeunesse est autant un facteur de prospérité économique qu’un potentiel de déséquilibres majeurs. Dans l’hypothèse d’une bonne gouvernance économique, d’une réduction du chômage et d’une ouverture politique, l’attractivité du terrorisme baisserait de manière substantielle et il ne serait le fait que de ceux qui sont animés d’un « désir de vengeance » ou d’une envie de devenir martyrs.

Qu’en fera Obama ?

Il reste la projection pessimiste, la plus probable au regard de la persistance des régimes autoritaires dans ce « grand arc d’instabilité ». L’absence d’ouverture politique, couplée à une chute des revenus pétroliers – selon le rapport, en 2025, le pétrole pourrait déjà être remplacé ou en passe de l’être – crée les conditions d’une désaffection plus grande à l’égard des ordres établis, d’un attrait plus grand du radicalisme et des possibilités étendues de recrutement des jeunes dans les groupes terroristes. Le terrorisme de 2025 sera probablement, selon le rapport, une combinaison de l’héritage des structures organisationnelles actuelles avec l’apport de nouvelles recrues qui s’autoradicalisent. Les troubles et perturbations sociales générés par la rareté des ressources, la mauvaise gouvernance la dégradation de l’environnement resteront « favorables à la propagation du radicalisme et des insurrections » au Moyen-Orient. Sans compter que l’interconnexion va permettre aux individus de s’unir, par delà les frontières, autour de causes communes, et de créer de « nouvelles cohortes » de gens « en colère, opprimés et marginalisés ».

Global Trends 2025 n’est pas une prédiction inéluctable, mais une simulation destinée aux décideurs pour élaborer des politiques. Ces projections ne sont pas nouvelles et elles sont en porte-à-faux avec le soutien déterminé des Etats-Unis aux régimes autoritaires arabes. Les espions seraient-ils en avance sur les politiques ? L’équipe de George W. Bush a lancé l’idée du « Grand Moyen-Orient », mais la démocratisation qu’elle défendait n’était qu’un discours creux destiné à donner de la « valeur » à un militarisme brutal. Il reste que le rapport 2025 ne s’adresse plus à Bush, mais à Obama, implicitement incité à faire de la démocratisation l’antidote de l’instabilité.

© Copyright Les Afriques

BeeHive
18/12/2008, 10h01
... Les auteurs du rapport estiment que les troubles persisteront en 2025 en Irak, en Afghanistan et au Pakistan.

C'est malheureux qu'ils planifient de faire soufrir ce pays pendant encore 15ans. La guerre est la meilleur souce de revenu pour les financiers.

Le Moyen-Orient, notion moins géographique que politico-religieuse, allant de l’Atlantique à l’Asie centrale, sera « l’arc d’instabilité » où, selon Thomas Fingar, directeur adjoint du NIC « presque tous les problèmes qui poseront un défi aux dirigeants politiques à travers la planète peuvent être trouvés, et souvent avec une plus grande gravité ou intensité » .

Le maghreb est inclu dans les plans d'instablite. Le chao dans cette rigion politico-religieuse est proportionnelle a la paix dans l'occident telle est la premiere lecon de l'inteligencia americaine au nouveau president.

Cookies