PDA

Voir la version complète : Le projet Renault au Maroc tombe à l'eau.


rachid75
25/12/2008, 06h25
La récession économique vient à bout de la logique commercialeLe projet Renault au Maroc tombe à l’eau
Par Mahmoud Tadjer
L’ambitieux programme d’investissement au Maroc du constructeur français Renault tombe à l’eau. La firme automobile française, après avoir fait le choix de Tanger-Med, a décidé d’«ajourner son projet», selon le très sérieux magazine industriel l’Usine nouvelle.
Ainsi donc, la fameuse usine qui devrait monter 200 000 véhicules à partir de fin 2010 et 400 000 véhicules dans un second temps «ne verra pas le jour», tant que cette récession perdure.
Le projet de l’usine de Tanger est donc sérieusement menacé ainsi que les 6 000 emplois directs et les 30 000 emplois de la sous-traitance qui étaient prévus.
Or, la crise ne fait que commencer. L’ajournement du projet Renault à Tanger fait suite aux 4 autres projets Renault renvoyés aux calendes grecques.
Renault, via Tanger-Med, s’apprêtait à investir au Maroc près de 1 milliard d’euros d’ici à 2015. Les Marocains avaient misé sur les «arguments politiques» et ont fait entendre (à la partie algérienne) que les «nationalistes ont peu de place dans des logiques économiques d’entreprises privées, qui plus est multinationales». A leurs yeux, seule la «logique financière et industrielle compte». En donnant l’exemple du secteur aéronautique, ils avancent que beaucoup de sociétés dans le domaine aéronautique mettent en concurrence la Tunisie et le Maroc : « On n’a pas vu l’un des deux pays demander des comptes aux opérateurs privés ayant choisi l’un ou l’autre. L’émulation internationale consiste justement à faire son autocritique afin d’améliorer l’attractivité du pays pour les investisseurs étrangers.»
Aujourd’hui et selon un scénario optimiste qui s’appuie sur une logique financière, si Renault maintient son projet, elle pourrait produire peut-être 100 000 véhicules au Maroc, mais pas avant 2015, et si la récession prend une tournure plus sévère, le scénario pessimiste donnerait carrément l’annulation de ce projet au profit des pays de l’Est, notamment la Pologne.
En effet, Renault a désormais une contrainte supplémentaire qui s’ajoute à la récession économique. Cette contrainte n’a pas été prise en compte, semble-t-il, par Renault quand elle avait décidé le lancement de son projet à Tanger.
Elle est de type concurrentiel et qui a pris forme depuis l’annonce de la production de la voiture chinoise en Algérie.
Fini donc le temps où le ministre marocain s’extasiait devant les caméras en disant «le projet Renault-Nissan a mis le Maroc sur la carte automobile mondiale». Renault a annoncé l’abaissement de ses objectifs commerciaux, prenant en compte la dégradation du marché automobile mondial.
En Bourse, l’action souffre alors que l’automobile est un secteur particulièrement touché. Le constructeur français va réduire d’environ 25 % sa production dans le monde au 4e trimestre, selon son P-DG.
Interrogé dernièrement sur l’avenir des constructeurs français en Algérie dont Renault, Abdelhamid Temmar, le ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, a regretté le choix du constructeur Renault d’implanter son usine au Maroc. Diplomate, le ministre n’a pas souhaité commenter la décision du constructeur français. Il a toutefois confirmé que l’Algérie était intéressée par le projet et a proposé des conditions avantageuses à Renault.
Le ministre a lancé un ultime appel aux équipementiers automobiles à venir s’implanter en Algérie.
Lors de la foire iranienne de l’industrie, le ministre du Commerce, El-Hachemi Djaâboub, avait affirmé que son département «est en discussion avec la partie iranienne sur la possibilité de mettre en place un partenariat algéro-iranien dans le secteur automobile». Le but étant de lancer une véritable industrie automobile en Algérie. Son homologue iranien, Massoud Mirkazemi, a clairement affiché la disponibilité de son pays à aider l’Algérie à rattraper le retard dans ce domaine : «Les firmes iraniennes activant dans ce secteur sont cotées en Bourse (…) Il a été convenu, a-t-il dit, de dépêcher une délégation algérienne en Iran pour rencontrer l’entreprise qui sera en mesure de développer un tel projet en Algérie.» Le constructeur automobile Iran Khodro semble le mieux placé pour mener à bien l’installation d’une usine automobile en Algérie. Les Chinois, de leur côté, s’intéressent également et de très près à ce secteur.
Une importante caravane automobile avait sillonné le territoire le mois dernier et les échos parvenus laissent à penser que la Chine, qui compte plus de 140 groupes automobiles et produit près de 9 millions de véhicules par an, serait le partenaire idéal pour accompagner la jeune industrie automobile algérienne à se lancer. Trois usines chinoises verront le jour en 2009 en Algérie, en partenariat avec des sociétés privées locales. Ces trois usines devraient produire 100 000 véhicules de divers types (berlines, 4x4...) et des dizaines de milliers de bus et de camions.

rachid75
25/12/2008, 06h34
Cette contrainte n’a pas été prise en compte, semble-t-il, par Renault quand elle avait décidé le lancement de son projet à Tanger.
Elle est de type concurrentiel et qui a pris forme depuis l’annonce de la production de la voiture chinoise en Algérie.
Fini donc le temps où le ministre marocain s’extasiait devant les caméras en disant «le projet Renault-Nissan a mis le Maroc sur la carte automobile mondiale».

Coté Algerie il ne faut pas s'extasiait non plus, il faut aider et surtout imposer une taxe sur les voitures importées, pour encourager et protéger ces industriels nationaux.

aurassien
25/12/2008, 06h52
avec un pétrole à 30 dollars il faut carrément suspendre l'importation des véhicule .mais l'état algérien pourrait il tenir tete à la mafia de l'importation qui va mener le pays à la ruine?

rachid75
25/12/2008, 08h38
mais l'état algérien pourrait il tenir tete à la mafia de l'importation qui va mener le pays à la ruine?

Elle est là la question !!

ayoub7
25/12/2008, 08h44
je me demande combien d'ulceres cette decision d'implantation de Renault au Maroc a créé coté algérien...

diabolo005
25/12/2008, 10h51
Ayoub: je me demande combien d'ulceres cette decision d'implantation de Renault au Maroc a créé coté algérien..

il y a les forumistes algériens de FA, Bouteflika 3, les membres de son gouvernement les FLNistes, les généraux, les "élus" de l' APN, les élus locaux..... Ca fait déjà beaucoup de monde
Une bonne affaire pour les médecins Gastro-endo du pays :lol:

ballZ
25/12/2008, 11h23
il y a les forumistes algériens de FA

Ca vaut mieux qu'une obsession compulsive qui pousse les forumeurs Marocains a squatter Forum ALGERIE !! (mise à part Pihman,freesoda et gaess)

auscasa
25/12/2008, 11h45
article plein d'emotion :mrgreen: .

j'ai rien compris dans cette article, il dit que le projet tombe a l'eau, apres il dit qu'il est envoye au calendre grec et enfin il dit s'il y a usine il sera en 2015 et produira seulement 100 000 voiture, alors que juste l'usine de casa produira 100 000 voiture l'anne prochaine :mrgreen: .

iwamachngoulek
25/12/2008, 11h47
wallah ghir had les occidentaux ils sont pas serieux, trop frileux

il y a les forumistes algériens de FA, Bouteflika 3, les membres de son gouvernement les FLNistes, les généraux, les "élus" de l' APN, les élus locaux..... Ca fait déjà beaucoup de monde
Une bonne affaire pour les médecins Gastro-endo du pays :lol:ah ouais ct pas possible de mettre cet article sans qu'on parle de l'Algérie lah ihdikom bouteflika hada rja3kom obsédé il vous hante partout a chaque instant :lol:

diablo-colorado
25/12/2008, 12h21
Si le projet est tombé vraiment a l'eau, plutôt les premiers a le savoir, c'est la Tribune, le Figaro, le Monde,un communiquer officiel de Renault,dans les journaux tv français !

Mais pas un journal algérien qui seul au monde a eu ce scoop! a un peu de sérieux, cette article entre dans le branche" propagande anti marocaine" ! c'est pas sérieux, pas crédible manque de tout professionnalisme, complètement amateur !

Aprés l'article de el watan sur Oujda, j'aurais cru que la presse algérienne c'est transformer par miracle de noël , mais bon dommage :sad:.

Tanger: Renault maintient son projet

6000 emplois directs et 30 000 indirects seront crées.
(AFP)


Grosse frayeur le week-end dernier pour le gouvernement El Fassi. Le site français www.usinenouvelle.com (http://www.usinenouvelle.com) a annoncé un éventuel report de l’implantation du constructeur français au Maroc. Baptisé “Hercule”, le mégaprojet de Renault revêt une importance primordiale pour le Maroc.

D’une superficie de 300 hectares, cet investissement de 600 millions d’euros créera 6000 emplois directs (et 30 000 emplois indirects) et aura une capacité de production qui devrait atteindre à terme les 400 000 véhicules. Le ministère de l’Industrie et du Commerce aurait donc demandé des explications au constructeur français. Mais Ahmed Reda Chami a affirmé, lundi 15 décembre, qu’il s’agissait juste d’une rumeur à laquelle il ne fallait pas porter foi.

Même son de cloche du côté du groupe Renault-Nissan qui a déclaré maintenir son plan d'investissement à Tanger. Contacté par TelQuel, le département communication du groupe confirme : “Ni le projet industriel, ni le planning de l’outil industriel ne sont remis en question”. Hercule représente la fierté de deux gouvernements successifs : celui de Driss Jettou qui a signé le protocole d’accord et celui d’El Fassi qui en verrala concrétisation.

Car ce projet est un enjeu économique important pour le port Tanger Med, et revêt une importance stratégique. Dans les milieux économiques internationaux, on parle d’un véritable tournant, qui scelle définitivement le destin du port tangérois comme pôle économique majeur du pourtour méditerranéen.

Source : Telquel

http://www.telquel-online.com/352/semaine_economie_352.shtmlMaroc: Crise ou pas, les équipementiers automobile continuent de s'installer à Tanger

Tanger va supplanter Casablanca en terme d'usines de sous-traitance automobile.

En ces temps de crise, ces derniers n'oublient pas que 2010, 2011 c'est pour bientôt avec le fonctionnement à plein régime de Tanger-Med. L'Europe n'est pas loin sans y ajouter des grands projets industriels tel la nouvelle usine de l'alliance Renault-Nissan, cette dernière drainera d'autres sous-traitants automobile.

Après le géant américain Delphi qui a renforcé ses effectifs en 2008, c'est un grand européen de la sous-traitance, l’équipementier automobile portugais Inapal Metal qui, après le Brésil et l’Allemagne, annonce l’ouverture d’une unité de production au Maroc. Ses effectifs se montent à 250 salariés et son capital social s’établit à 25 millions d’euros.
Aloisio Leao, son PDG, explique que la décision d’investir au Maroc est justifiée par les incitatifs qu’offre le pays aux investisseurs étrangers et par sa proximité géographique avec le Portugal.

L'axe Tanger-Tétouan deviendra un pôle industriel qui,espérant, concurrencera celui de Casablanca.

http://***********************.************************** *******/archive/2008/12/23/maroc-crise-ou-pas-les-equipentiers-automobiles-continuent-a.html

....

Renault Nissan se chargera de la formation

"Le centre qui se trouve sur un site d’1,5 ha sera opérationnel en mars 2010. Les personnes qui suivront la formation seront essentiellement des techniciens qui bénéficieront de deux mois de formation et d’adaptation à l’outil de production. Nous allons démarrer le chantier au premier semestre 2009. Nous avons signé un contrat de concession avec Renault Nissan qui se charge des équipements et de la formation. L’Etat marocain a investi 8 M€ dans ce centre », indique El Hassane Benmoussa.

Interrogée ce jeudi, la direction du constructeur automobile a indiqué que "le projet industriel de l'alliance Renault Nissan n'était pas remis en question. Par contre il est possible que la production de certains véhicules, de type Logan, soit retardée de quelques mois". La mise en production avait été annoncée pour fin 2010, début 2011.


Jeudi 18 Décembre 2008

Nathalie Bureau du Colombier

http://www.econostrum.info/Renault-Coup-de-frein-sur-Tanger_a468.html

Mister1979
25/12/2008, 14h45
What a nonsense from Algerian media..
The Renault factory is allready under construction in Tanger..

Only in Algerian media you read this ridicilous propaganda nonsense.

Beidawi II
25/12/2008, 17h50
C'est minable ce genre de presse, il est même affirmé au début de l'article que l'usine "ne verra pas le jour" et à la fin de l'article qu'elle produira 100 000 voiture mais pas avant 2015.

C'est tout simplement un article anti-marocain, et électoraliste le but étant d'opposer l'échec du frileux voisin, par rapport à la force de la prévoyanace gouvernementale juste de l'Algérie qui parvient à s'en tirer et à créer une nouvelle industrie automobile.

Pendant ce temps, dans la réalité, il y'a toujours aucune voiture fabriquée en Algérie, alors qu'au Maroc les équipementiers s'installent de plus en plus, la SOMACA exporte des dizaines de milliers de voitures...
J'aurai souhaité que cet article rappel ça, sans sombrer dans l'anti-marocanisme primaire.

mnani
26/12/2008, 09h43
lol de la desinformation a l'etat pur ton article, ya meme pas de sources, c'est juste les speculations d'un pigiste chauvin qui n'y connait rien. son scenario ne tient pas la route parceque les capacités de production en europe de l'est sont presque saturés et qu'avec la crise, le projet de Tanger est encore plus necessaire pour Renault...
voici l'info (de la vraie)

Renault-Nissan - Le projet d'usine à Tanger toujours d'actualité PARIS, 18 décembre (Reuters) - L'alliance Renault-Nissan poursuit son projet d'usine de fabrication de véhicules à bas coût à Tanger au Maroc malgré la crise que traverse l'industrie automobile, a déclaré à Reuters une porte-parole de Renault.
"Ce projet industriel n'a pas été remis en cause", a-t-elle fait savoir.
Il est toutefois possible que certains projets de véhicules que Renault avait projeté de fabriquer soient retardés de quelques mois, a précisé cette porte-parole, soulignant que Renault n'avait pas encore annoncé les modèles que le constructeur français souhaitait créer sur ce site de Tanger.
Elle a par ailleurs fait savoir que les fortes pluies dans la région de Tanger ont un peu ralenti les travaux sur le site, mais que ces derniers se poursuivaient.
Le site de Tanger doit commencer sa production d'ici fin 2010.
Ce projet, annoncé en septembre dernier avec le gouvernement marocain, représente un investissement global de 600 millions d'euros./HMB
(Helen Massy-Beresford, version française par Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot)

Cookies