PDA

Voir la version complète : L’Oréal : un maquillage pour l’Apartheid


DZone
25/12/2008, 19h01
BDS Campaign

Dans cette période de fêtes, le Comité national palestinien pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions [Palestinian Boycott, Divestment and Sanctions National Committee - BNC], invite les gens de conscience partout dans le monde à boycotter tous les produits du géant français des cosmétiques, L’Oréal, à cause de ses importantes relations d’affaires avec Israël, malgré les politiques permanentes d’occupation et de ségrégation de ce dernier contre le peuple palestinien autochtone.

Les opérations de L’Oréal en Israël ont commencé au milieu des années 90, motivées en partie par des considérations politiques. Depuis lors, L’Oréal Israël, la filiale de la compagnie en Israël, a mis en service une usine dans la ville israélienne de Migdal Ha’emek en Galilée. La colonie de Migdal Ha’emek a été établie en 1952 sur des terres appartenant au village palestinien ethniquement-nettoyé d’Al-Mujaydil, dont les habitants d’origine se voient toujours niés le droit de retourner à leurs maisons. Comme presque toutes les autres colonies juives établies au milieu des villages palestiniens en Galilée, à l’intérieur d’Israël, la municipalité de Migdal Ha’emek discrimine les citoyens palestiniens d’Israël, leur refusant le droit d’acheter, louer ou vivre sur n’importe quelle partie de la ville, simplement parce qu’ils sont « non-juifs. »

L’Oréal Israël fabrique une ligne des produits employant des minerais de la mer morte sous le nom « Natural Sea Beauty » qui sont exportés dans 22 pays. Il convient de noter qu’un tiers des rives occidentales de la mer morte se situe en Cisjordanie sous occupation israélienne. Tandis que le rivage entier et ses ressources sont systématiquement interdits aux Palestiniens par l’occupation militaire et les pratiques ségrégationnistes, Israël exploite la mer morte pour le tourisme international, l’exploitation minière, et pour améliorer son image.

Les activités de L’Oréal en Israël ne sont pas cependant limitées à L’Oréal Israël. Tandis que les universitaires et les étudiants palestiniens des territoires occupés et en Israël sont systématiquement empêchés, par les barrages de route de l’occupation israélienne et d’autres mesures oppressives, de mener normalement une vie scolaire et des travaux de recherche, L’Oréal a attribué une récompense « de réussite de toute une vie » de 100000 $ à un scientifique de l’institut Weizmann des Sciences en Israël en juillet 2008.

L’institut Weizmann, depuis sa fondation, a été un centre important pour la recherche et le développement clandestin des armes nucléaires, chimiques et biologiques pour le compte de l’armée israélienne avec laquelle cet institut entretient d’étroites relations. Il est par conséquent l’un des nombreux établissements d’enseignement en Israël qui sont de connivence avec les violations du droit international et des droits humains des Palestiniens, et qui sont visés pour le boycott universitaire par la campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël [Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel - PACBI].

Le Président de L’Oréal Israël est Gad Propper qui est le président de la chambre de commerce entre Israël et l’Union Européenne, et qui a également été fortement impliqué dans le développement des échanges entre Israël, l’Australie et la Nouvelle Zélande. Le gouvernement français a reconnu le rôle important que les opérations israéliennes de L’Oréal jouent dans les affaires générales de la compagnie en attribuant plus tôt ce mois la décoration la plus élevée pour les civils en France, la légion d’honneur. « Cette récompense est en reconnaissance de la contribution de Propper à la ’success story’ » de L’Oréal, selon un communiqué paru dans le Jerusalem Post.

En 1994, L’Oréal a acheté 30% des parts de la compagnie Interbeauty appartenant à Propper, à partir de laquelle L’Oréal Israël a été créé. Depuis lors Israël est devenu le centre d’affaires de L’Oréal pour tout le Moyen-Orient.

Des investissements motivés politiquement

En 1995, L’Oréal a accepté de verser 1,4 million $ au gouvernement américain pour qu’il abandonne ses poursuites pour avoir coopéré avec le bureau de la Ligue Arabe pour le boycott officiel d’Israël. La compagnie a été accusée d’avoir fourni des informations dans les années 80 au sujet des liens avec ses filiales américaines en Israël, au bureau officiel de boycott de la ligue arabe — aujourd’hui inactif. La compagnie a nié avoir contourné les lois américaines mises en place pour empêcher les sociétés américaines de coopérer avec le bureau officiel du boycott Arabe d’Israël, et a organisé une campagne pour calmer les critiques sionistes en mettant en avant son souhait d’investir en Israël.

Après que l’accord ait été conclu, le président de L’Oréal, Lindsay Owen-Jones, a présenté des excuses pour les activités de la compagnie dans une lettre au groupe pro-israélien basé aux Etats-Unis : la Ligue Anti-Diffamation (ADL).

Selon l’ADL, Owen-Jones a remercié le groupe pro-israélien « pour son appui en faveur des activités de L’Oréal en Israël, » et a assuré l’ADL que « l’approche progressiste que vous avez adoptée est un encouragement pour L’Oréal et d’autres compagnies qui sont déjà impliquées en Israël pour y augmenter leurs investissements. »

Une des marques les plus connues de L’Oréal, « Body Shop », prétend qu’une de ses valeurs de base est « nous n’avons jamais eu peur de soutenir le faible et l’opprimé, et nous continuerons à faire campagne pour la justice sociale et les droits de l’homme. » Pourtant la participation politiquement-motivée et à caractère lucratif de la maison mère avec la ségrégation israélienne met en évidence une flagrante négligence à l’égard des droits humains des Palestiniens comme à l’égard de la justice et de la paix.

Il ne doit plus être possible de continuer à faire des affaires avec un état qui non seulement pratique la ségrégation et la domination coloniale contre une population indigène depuis des décennies, mais qui aujourd’hui commet des crimes de guerre graves et permanents décrits comme « prélude à un génocide » par Richard Falk, professeur de Droit international de Princeton et rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme dans les Territoires Palestiniens sous Occupation [TPO].

Dans ces circonstances le profond investissement de L’Oréal en Israël relève de la complicité avec de graves abus à l’encontre des droits de l’homme, pour ne pas dire plus. Cet investissement devrait cesser immédiatement.

Consultez également : Site du BDS Global Movement (http://www.bds-palestine.net/)

23 décembre 2008 - BDS Campaign -

Vous pouvez consulter cet appel à :
http://www.bdsmovement.net/?q=node/231 (http://www.bdsmovement.net/?q=node/231)

[Traduction : Info-Palestine .net]

Cookies