PDA

Voir la version complète : L'essor de la voiture électrique en France nécessiterait la construction d'un EPR


gdesmon
26/12/2008, 09h02
Selon une étude réalisée par Sia Conseil, le développement de la voiture électrique dans l'Hexagone - qui devrait être intégré dans le nouveau plan d'aide à l'industrie automobile promis par le chef de l'Etat - pourrait entraîner, d'ici à 2020, un besoin annuel en énergie correspondant à la production de un à deux réacteurs EPR, selon les modes de rechargement des véhicules.
Cliquez ici

Le développement de la voiture électrique, qui devrait être intégré dans le nouveau plan d'aide à l'industrie automobile promis par Nicolas Sarkozy attendu pour fin janvier, représentera une pression supplémentaire sur la production d'électricité française. Un élément parfois sous-estimé par les décideurs. Selon une étude de Sia Conseil, il pourrait entraîner d'ici à 2020 un besoin annuel en énergie de l'ordre d'un réacteur EPR, soit près de 12 terawattheures.

Le cabinet part, il est vrai, d'hypothèses très optimistes sur le succès de la voiture électrique, après des débuts marqués par la prudence à la fois des consommateurs et des constructeurs. Il estime que les flottes d'entreprises, dites captives, et le « car sharing » (location très courte durée) vont rentabiliser le développement de cette filière, pour atteindre 3 à 4 % du parc de véhicules en 2020 en France, soit 1,1 à 1,4 million de véhicules.

Ce scénario se rapproche des projections internes de Renault, qui parle d'une « rupture rapide » dans le déploiement des véhicules électriques et table sur un parc de plus de 100.000 véhicules de ce type dans l'Hexagone en 2015 et de plus de 1 million en 2020, contre moins de 10.000 actuellement.

Les projections de demande de courant sont cependant compliquées car elles dépendent à la fois de la vitesse de rechargement des batteries - entre deux et huit heures - et des heures de charge - si elle a lieu la nuit, c'est moins pesant pour le système électrique. Compte tenu de ces éléments, Sia estime que les besoins en infrastructures nucléaires pourraient aller jusqu'à deux EPR !

De quoi répondre aux objectifs de réduction d'émission de gaz à effet de serre. « L'économie en CO2 serait alors d'environ 6 millions de tonnes », estiment en effet Matthieu Courtecuisse et Jean-Pierre Corniou, chez Sia. Mais les associations environnementales estiment que ces voitures ne seront réellement propres que si elles sont rechargées à partir d'énergies renouvelables.

Actuellement, seules des entreprises comme La Poste ou EDF utilisent des véhicules électriques d'ancienne génération, pour des déplacements urbains. Les constructeurs français sont déjà présents sur le créneau avec la Peugeot 106, la Citroën Saxo, la Citroën Berlingo, la Renault Kangoo. Mais leurs performances et leur autonomie sont limitées : moins de 100 km/h en pointe, et surtout moins de 100 km d'autonomie.

baddaz
26/12/2008, 09h19
Malheureusement la voiture électrique ne résoudra pas le problème de l'écologie, on transfert juste la source d'alimentation de la pompe au reseau électrique, qui lui va continuer à produire son énergie grâce à des sources non renouvlables.:rolleyes:

gdesmon
26/12/2008, 10h03
Le nucléaire est une solution pour produire de l'électricité assez bon marché (relativement à l'épuisement des ressources en pétrole) avec le risque que cela comporte en matière de fonctionnement et également de stockage de déchets.
Reste que pour la voiture électrique le problème le plus important concerne surtout le recyclage des batteries, très polluantes, mais de celà on n'en parle pas.

Geass
26/12/2008, 15h26
Le nucléaire ne produit pas ou peu de C02 et l'énergie électrique est plus propre que l'énergie tirée des E fossiles.
On peut toujours produire de l'E avec du vent ou autre pour faire tourner une voiture électrique.
Il faudrait de plus grosses incitations fiscales pour installer des mini éoliennes dans les jardins de plus de plus de 500m²

gdesmon
26/12/2008, 16h42
Des éoliennes dans les jardins de plus de 5000 m2 !

Dis GEASS tu veux m'empecher de dormir cette nuit ?
Les Eoliennes ?
- ça dégrade le paysage (une éolienne près de chez toi et c'est ta maison qui se déprécie de 30 à 40 %)
- ça fait du bruit,
- ça a une durée de vie de 15 ans,
- ça fonctionne par à coup (de vent) il faut donc prévoir des moyens de production alternatifs (thermique ? ça pollue et ça va devenir de plus en plus cher, nucléaire ?)
- surtout, mais ça le lobby éolien ne le dis pas ça coute 500.000 € pour les démolir au bout de 15 ans.

L'éolien c'est surtout fait pour plaire aux écologiste, EDF rachète l'électricité produite par l'éolien plus du double du prix du KLW produit par le nucléaire, c'est un petit joujou écolo qui coute des milliard aux contribuables français.

Quand au solaire tout juste bon pour un chauffage domestique, à grande échelle (dans le désert par exemple) cela demanderait des surfaces énorme et l'on butte tout simplement sur le problème de nettoyage des capteurs).

Alors non GEASS je préfère encore le nucléaire.

PS : j'avais cru lire jardins de plus de 5000 m2 et je viens de voir sur ton post jardins de plus de 500 m2 !!!!! dis GEASS en toute amitié, tu as déjà vu une éolienne en vrai ?

Geass
26/12/2008, 16h53
Je parle de mini eolienne l'ami :)
Elles sont très petites du genre:
http://www.zephyreco.co.jp/en/products/product/air-dolphin/index.html

Au japon, Zephyreco (http://zephyreco.co.jp/en/index.htm) fabrique des éoliennes de puissance maximum de 1,5kW (à 12,5m/s) pesant moins de 16kg et ayant des pales de 1,8m de diamètre. Elle peut produire 138W (à 6m/s).

Un dispositif permet une production continue d'électricité même par faible brise. Le prix est de 2200 euros (contrôleur électronique compris).

ou
:
http://blog.bmykey.com/immobilier/la-mini-eolienne-high-tech-de-starck-accessible-aux-particuliers/2008/395/

absent
26/12/2008, 17h36
L'éolien c'est surtout fait pour plaire aux écologiste, EDF rachète l'électricité produite par l'éolien plus du double du prix du KLW produit par le nucléaire, c'est un petit joujou écolo qui coute des milliard aux contribuables français.

Quand au solaire tout juste bon pour un chauffage domestique, à grande échelle (dans le désert par exemple) cela demanderait des surfaces énorme et l'on butte tout simplement sur le problème de nettoyage des capteurs).

Alors non GEASS je préfère encore le nucléaire.
sauf que le combustibe nucleaire (U ou autre) n'est pas renouvelable, si on se tourne vers le nucléaire les reserves mondiales risquent de s'épuiser dans pas plus d'un siecle, on fait quoi après.

Il faut revenir à a source, au solaire à grande échelle, cette étoile est le plus gigantesque réservoir d'énergie et la source de pratiquement toutes les autres formes d'énergie sur terre.

absent
26/12/2008, 17h39
..............

absent
26/12/2008, 17h43
..............

ballZ
26/12/2008, 17h46
Tu radotes Far ! :mrgreen:

absent
26/12/2008, 17h56
c'est la connexion qui me joue de mauvais roles :22:

absent
26/12/2008, 18h16
dans 10 ans le pétrole sera inutile sauf pour les voitures de collections.
un autre prophete des temps moderne
En 2100 la sonatrak ou sonelgaz seront de PME-PMI et l'agérie comme la mauritania sauf si elle fait la paix avec son voisin ambitieux et rusé
faut grandir petit

Merinide2009
26/12/2008, 18h24
je bosse chez areva je sais de quoi de parle.

quand à toi arrete de rever avec le pétrole et le gaz et retrouche tes manches pour construire une algerie prospere et debarasse toi du club des pins qui vous lobotomise la cervelle

absent
26/12/2008, 19h15
je bosse chez areva
a hummmm ... c'est donc pour ca que tu nous fait cette déclaration fracassante : dans 10 ans le pétrole sera inutile sauf pour les voitures de collections.
t'es une vrai visionnaire toi ... lol
même si tu ne sais meme pas lire
Le cabinet part, il est vrai, d'hypothèses très optimistes sur le succès de la voiture électrique, après des débuts marqués par la prudence à la fois des consommateurs et des constructeurs. Il estime que les flottes d'entreprises, dites captives, et le « car sharing » (location très courte durée) vont rentabiliser le développement de cette filière,pour atteindre 3 à 4 % du parc de véhicules en 2020 en France, soit 1,1 à 1,4 million de véhicules.
biensur les 96% restante de voitures on va les faire fonctionner avec ? le moteur à eau du marocain ? ahhahahaha

quand à toi arrete de rever avec le pétrole et le gaz et retrouche tes manches pour construire une algerie prospere et debarasse toi du club des pins qui vous lobotomise la cervelle
Boooooooooou ... et c un ptit technicien qui va m'apprendre à raisonner.

gdesmon
26/12/2008, 23h24
Le Figaro 26/12/2008 |
.
Les deux groupes ont sélectionné des sites pour accueillir le réacteur.

C'est l'une des décisions industrielles les plus attendues du début de l'année 2009. Certes, il n'y pas d'échéance officielle, mais depuis que Nicolas Sarkozy, fin juillet, s'est prononcé en faveur de la construction d'un 2e EPR, le réacteur de nouvelle génération, le nom du lauréat peut surgir à tout instant.

De source bien informée, dans ce dossier ultrapolitique, l'Élysée n'a pas encore tranché. Les deux groupes en lice, EDF et GDF Suez, mènent donc campagne avec vigueur. Faut-il confier cet EPR à EDF, qui construit actuellement le prototype de Flamanville et qui gère depuis toujours le parc français et ses 58 réacteurs ? Ou doit-on donner un signal fort en faveur de la concurrence en choisissant GDF Suez, qui lui aussi possède une expertise dans l'atome civil à travers les réacteurs qu'il exploite en Belgique ? Au sein même du gouvernement, les tenants de chaque camp s'affrontent.

Volet social

Dans l'attente de la décision, les deux groupes cultivent la prudence. Ainsi chez GDF Suez, il est prévu « d'arrêter les choix en matière de développement nucléaire en France début 2009 au plus tard » . Mais en réalité, le président, Gérard Mestrallet, a déjà mis son entreprise en ordre de bataille, au cas où. Cela concerne notamment les sites susceptibles d'accueillir un tel chantier : Tricastin (Drôme) et Marcoule (Gard), où le groupe possède des terrains, rentrent parfaitement dans ce cadre. Par ailleurs, GDF Suez procède à un certain nombre de recrutements pour le développement de sa filière nucléaire.

Chez EDF, le site de Penly (Seine-Maritime), qui possède déjà une centrale, pourrait accueillir le deuxième EPR. Le même Penly qui avait déjà été évoqué pour accueillir le prototype du réacteur, avant que Flamanville soit finalement retenu.

En marge de la dimension politique, le volet social du dossier ne doit pas être occulté : « Depuis longtemps, le nucléaire est l'un des bastions de la CGT, ce qui peut faire pencher la balance en faveur d'EDF, le gouvernement n'ayant aucune envie d'un foyer d'agitation supplémentaire » , commente un spécialiste du secteur. Le seul finalement qui peut attendre le verdict avec tranquillité, c'est Areva, assuré d'être associé au lauréat pour lui fournir la chaudière nucléaire.

Cookies