PDA

Voir la version complète : Russie : nouvelle dévaluation du rouble, aides aux entreprises stratégiques


gdesmon
26/12/2008, 11h03
La Tribune.fr - 25/12/2008 à 14:24 -

La Russie représente le R des fameuses BRIC, Brésil, Russie, Inde et Chine, les grands pays en plein développement qui devaient assurer la croissance mondiale pour les prochaines année. Mais aujourd'hui, la Russie est elle aussi rattrapée par la crise économique et financière qui a vu longer ses Bourses et fondre le prix des matières premières sur lequel elle avait assis le plus gros de sa croissance.

Du coup, le Kremlin a annoné mercredi que la Russie va connaître en 2009 son premier déficit budgétaire en dix ans. Elle pourrait même être amenée à emprunter sur le marché financier international alors que ces dernières années, elle a au contraire remboursé sa dette. Moscou a précisé jeudi que ce déficit selon les hypothèses pourrait atteindre 3% à 5% du PIB (produit intérieur brut).

Moscou met en garde contre une possible montée des contestations en raison de salaires non payés et de menaces de licenciement. Avec une inquiétude particulière concernant les travailleurs étrangers et plus encore les immigrés clandestins.

Le gouvernement russe a en revanche publié une liste de 295 entreprises considérées comme stratégiques dont les géants de l'énergie Gazprom, Rosneft ou Loukoïl. Cette liste pourrait être élargie. Ces entreprises pourraient bénéficier d'aides du Kremlin face à la crise économique et financière actuelle.

Signe de cette moindre richesse, la presse russe rapportait ces derniers jours que les fameux oligarques, milliardaires enrichis avec la privatisation des fleurons de l'industrie russe, notamment dans l'énergie, et qui se sont illustrés ces dernières années en achetant les plus beaux yachts et les plus belles villas du monde, voire des clubs de football britanniques, ont vu fondre leurs fortunes, souvent assises sur la valeur des actions de leurs sociétés, avec la crise boursière.

Nouvelle dévaluation du rouble

La Banque centrale de Russie (BCR) a encore élargi vendredi la marge de fluctuation dans laquelle elle fait évoluer le rouble par rapport au panier dollar-euro qui lui sert de référence, ce qui correspond de fait à une nouvelle dévaluation. Il s'agit de la onzième dévaluation de ce type depuis le 11 novembre, et la troisième cette semaine. L'agence russe Ria Novosti avait auparavant rapporté que le panier (composé à 55% de dollars et 45% d'euros) avait atteint vendredi matin la valeur de 34,15 roubles, soit 30 kopecks de plus que jeudi.
Les autorités russes se sont engagées à ce que le rouble ne subisse pas de mouvement brusque et interviennent régulièrement sur les marchés des changes pour maîtriser au mieux sa baisse, de façon à ce qu'elle soit graduée. Des analystes s'attendent à ce que la devise russe continue de se déprécier dans les semaines à venir. Pour sa part, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a assuré que le gouvernement ferait le nécessaire pour éviter une chute drastique du rouble, comme ce fut le cas pendant la crise financière de 1998

Cookies