PDA

Voir la version complète : Le Karakou Algérois


Thirga.ounevdhou
31/12/2008, 20h15
Le karakou est un vêtement qui exprime le raffinement des sublimes algéroises.
http://img178.imageshack.us/img178/6126/karakougv1.jpg (http://imageshack.us)

Le karakou algérois est composé d'une veste brodée de différentes manières, avec un sarouel cherka ou mdaouar.Le tissus est en velours. Il existe une version du karakou avec une matière plus légère et plus souple que le velours, telle la soie, on l'appelle le "Kat". C'est le nom donné par les algéroises et les blidéennes. En plus de la g’nidra, la gent féminine portait un ample pantalon de toile blanche descendant jusqu’aux chevilles sur lequel tombait la ghlila, une longue veste de satin ou en velours qui tombe à mi-jambe avec des manches sans coude et un col prolongé jusqu’en dessous de la poitrine décoré de boutons d’or ou d’argent. L’algéroise se chaussait de babouches en velours richement brodées d’or.

La tête était coiffée d’un foulard multicolore ou blanc appelé manharma. Les riches et les officiels de l’époque optaient pour le caftan et le karakou qui étaient élaborés dans des étoffes très onéreuses sans oublier que l’or ou l’argent (travail de felta et medjboud) ouvragés de broderies restaient hors de prix. Le caraco, ce vêtement traditionnel prisé notamment par la jeune mariée, a un riche passé. Au début du siècle, la ghlila djabadouli abandonne au début du siècle ses décorations triangulaires et ovoïdes, trop coûteuses et difficiles à acquérir après la fermeture de la plupart des ateliers d’artisans algérois. Le décolleté décoré de passementerie disparaît suite à la raréfaction des colliers de perles. Les manches brodées qui distinguent la ghlila djabadouli de la ghlila simple se maintiennent longtemps.

Ce vêtement, désormais cintré à la taille et dépourvu de son décolleté, n’a plus la forme d’une ghlila, on le baptise caraco algérois. On lui a conféré à l’époque le statut de costume cérémoniel. Il se portait avec les manches de la ghlila djabadouli et de petits boutons de passementerie sur toute la longueur de sa devanture et présentant de nouvelles formes de broderie. Si les Européennes se plaisaient à reprendre des motifs d’inspiration baroque, les Algéroises sont restées fidèles aux lignes, aux motifs géométriques et aux représentations de végétaux. La devanture de certains caracos sont brodés de beaux paons. Il va sans dire que le motif le plus répandu à cette époque-là reste le modèle décoratif caractéristique d’une veste masculine appelée kabbut (caban). Ce dernier est agrémenté de rosaces. Les Algéroises relèvent ce motif circulaire sur le caban pour ses décorations brodées au fil d’or.

A cette époque, le velours est indissociable de la veste de cérémonie algéroise, car moins coûteux que le brocart et il résiste mieux sur le textile européen. Ainsi, le caraco des années 1930 du XXe siècle « associe un buste dont la coupe est inspirée de la casaque à basques européenne à des manches issues de la ghlila djabadouli algéroise et une ornementation inspirée de celle des cabans masculins ». Cent ans après la conquête d’Alger, la veste de cérémonie a subi des transformations. Elle est de moins en moins répandue mais perdure tout de même. Le caraco de cérémonie devient une pièce rare, et vers le milieu du XXe siècle, les décorations circulaires brodées sont troquées contre de simples broderies avec de petites boutons lignés sur la devanture.

Cependant, le caraco conserve sa forme cintrée qui s’évase à partir de la taille. On assiste durant ces années-là, à l’apparition d’un modèle droit et court, nécessitant moins de velours. Il s’agit d’un boléro sans manches qui remplace parfois le caraco. Entre le XIXe siècle et le milieu du XXe siècle, la société algéroise a subi des mutations profondes. Le costume algérois a, lui aussi, subi des métamorphoses. Le caraco, descendant du costume ouvert, fait de brèves apparitions durant la guerre de Libération nationale. Après l’indépendance, l’amélioration du niveau de vie de la population s’accompagne d’un renouveau du caraco algérois.

Des variations de formes s’opèrent, présentant ainsi des manches courtes, des décolletés divers, des décorations aux motifs de fleurs, de papillons et d’oiseaux ainsi que de paillettes et de petites perles de couleur claire.
Les débuts des années quatre-vingt sont ponctués d’un modèle de caraco printanier, plus classique et plus imposant. Le caraco retrouve sa coupe originale, cintrée, évasée à partir de la taille et aux manches longues. Les broderies, réalisées à la technique de fetla ou de medjboud, sont axées sur des motifs végétaux. Des spécialistes reconnaissent aujourd’hui que la qualité de certaines broderies faites à la main a toutefois perdu de sa finesse et la précision des ancêtres des siècles précédents.

En effet, plus que Tlemcen ou Constantine, Alger a enregistré la disparition partielle de son artisanat local durant la période coloniale, ajouter à cela la qualité des velours et des fils dorés ou argentés. Incontestablement, l’Algérie conserve son costume traditionnel bien qu’il soit enrichi d’un certain nombre d’éléments nouveaux. Il est aujourd’hui réservé pour les grandes occasions.

- **********

elfamilia
31/12/2008, 20h23
El hemma w'echène !

Ce sujet me fait penser à une ancienne faiste. Elle adore cette tenue. J'espère qu'elle la portera bientôt ;)

kikoz
31/12/2008, 20h29
J'adore cette tenue!

bibete
31/12/2008, 21h17
C'est chic :10: :57: :)

Merci Thirga.ounevdhou pour ce rappel:25: :menani: :25:

Chahrazad_19
01/01/2009, 00h54
Magnifique :5:

KHALOTA
12/01/2009, 18h36
je suis tjrs une faiste mon cher elfamilia meme si mes apparitions se font plus rares allah ghalab elwakt makach ya khouya laaziz
Pour le karakou effectivement c une tenue ke j'aime bcp ki evoque plein de choses pour l'algeroise que je suis et a titre de rectification on dit seroual chelka a cause de la façon dont il est cousu(chelka= fente en arabe dardja) et non pas cherka ;) a bientot tout le monde

Cookies