PDA

Voir la version complète : Tsahal, ou quand la propagande transforme une armée de criminels en force de défense


mendz
07/01/2009, 10h07
Pour tous les médias occidentaux, c'est «Tsahal». Certains médias arabes et même algériens, sans doute par méconnaissance de l'histoire, utilisent aussi ce terme pour parler de l'armée israélienne. Tsahal est en effet un mot hébreu qui signifie : Force de défense d'Israël. Depuis le début de la guerre contre Gaza, les porte-paroles militaires israéliens utilisent systématiquement ce mot pour désigner leur armée. Et la presse occidentale, participant volontairement à cette propagande, le reprend à son compte.

Or, tout dans l'histoire de cette armée plaide pour le contraire. Créée en 1948 et issue d'organisations terroristes qui ont participé à l'épuration ethnique des Palestiniens ayant précédé la création de l'Etat hébreu, « Tsahal » est tout sauf une armée de défense. Elle est bien au contraire une armée offensive qui a déclenché de nombreuses guerres dans la région et participé à des opérations d'épuration ethnique contre des populations arabes. Elle est responsable de carnages dignes de la seconde Guerre mondiale. Elle est aussi responsable de la déportation de plusieurs millions de Palestiniens, avant et après 1948. Elle a perpétré les massacres de Sabra et Chatila en septembre 1982 qui ont fait des milliers de morts dans les camps palestiniens au Liban.

Plus récemment, en 2006, lors de sa guerre perdue contre le Hezbollah, elle a détruit en partie le Liban et tué des milliers de civils dans ce pays. La même année, les soldats israéliens ont tué près de 1000 palestiniens dont 145 enfants. Sur Internet, des centaines de photos et de vidéos circulent, qui prouvent la sauvagerie de l'armée israélienne.

Depuis le début de la guerre à Gaza, « Tsahal » se comporte comme une armée de mercenaires, ciblant sans distinction des habitations, des hôpitaux, des écoles, des mosquées...En 10 jours, elle a tué près de 600 palestiniens, essentiellement des femmes et des enfants, parfois des bébés. Et ce n'est pas un hasard, si, pour la première fois depuis très longtemps, une guerre se déroule sans la présence d'un seul journaliste. Une guerre à huis clos menée par une force de défense ?

TSA

El-NiNo
07/01/2009, 10h19
Voici, en exclusivité, les règles que tout le monde doit avoir à l'esprit lorsqu'il regarde le JT (journal télévisé) le soir, ou quand il lit son journal le matin.

Tout deviendra simple :

Règle numéro 1 : Au Proche Orient, ce sont toujours les arabes qui attaquent les premiers et c'est toujours Israël qui se défend. Cela s'appelle des représailles.

Règle numéro 2 : Les arabes, Palestiniens ou Libanais n'ont pas le droit de tuer des civils de l'autre camp. Cela s'appelle du terrorisme.

Règle numéro 3 : Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s'appelle de la légitime défense.

Règle numéro 4 : Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l'appellent à la retenue. Cela s'appelle la réaction de la communauté internationale.

Règle numéro 5 : Les Palestiniens et les Libanais n'ont pas le droit de capturer des militaires (DES MILITAIRES ) israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépasse pas un soldat.

Règle numéro 6 : Les israéliens ont le droit d'enlever autant de Palestiniens qu'ils le souhaitent (environ 12,000 prisonniers à ce jour). Il n'y a aucune limite et n'ont besoin d'apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le mot magique "terroriste".

Règle numéro 7 : Quand vous dites "Résistance", il faut toujours rajouter l'expression « soutenu par la Syrie et l'Iran ».

Règle numéro 8 : Quand vous dites "Israël", Il ne faut surtout pas rajouter après: « soutenu par les États-Unis, la France et l'Europe », car on pourrait croire qu'il s'agit d'un conflit déséquilibré.

Règle numéro 9 : Ne jamais parler de "Territoires occupés ", ni de résolutions de l'ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l'auditeur de France Info.

Règle numéro 10 : Les israéliens parlent mieux le français que les arabes(?). C'est ce qui explique qu'on leur donne, ainsi qu'à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s'appelle de la neutralité journalistique.

Règle numéro 11 : Si vous n'êtes pas d'accord avec ses règles ou si vous trouvez qu'elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c'est que Vous êtes un dangereux antisémite.

kaiser
07/01/2009, 10h23
c'est triste , mais c'est tellement vrai .

djamal 2008
07/01/2009, 10h32
Tu ne fais que conforter ce que nous avons longtemps pensé de l'ennemi, pas la peine de nous lasser de cette propagande sioniste. Basée sur ces critères-là, tu donnerais raison à Hitler et ses idées.

Cookies