PDA

Voir la version complète : Medelci appelle les pays arabes à rompre leurs relations avec Israël


DZone
08/01/2009, 20h56
Estimant qu’un sommet arabe doit être consacré à la Palestine:

Medelci appelle les pays arabes à rompre leurs relations avec Israël

Lors de son passage à la radio internationale d’Alger, le chef de la diplomatie, Mourad Medelici, a balisé l’action de l’Algérie en cas de tenue d’un sommet arabe extraordinaire auquel a appelé l’émir du Qatar.

«Au cas où ce sommet serait retenu, l’Algérie aura d’abord à consolider l’unité des rangs entre les Palestiniens», a assuré le ministre qui a ajouté que «l’Algérie constitue un exemple au sein de la Ligue arabe en ce qui concerne les rapports avec l’Etat hébreu». «Je pense qu’au sein des pays arabes, nous représentons un exemple dans la mesure où nous n’avons jamais accepté d’établir des relations économiques ou commerciales avec l’Etat hébreu», a-t-il soutenu. «L’Algérie n’a jamais eu de relations avec Israël parce qu’elle croit en ses principes et qu’elle les défend», a-t-il affirmé.

Interrogé sur la participation de l’Algérie à un éventuel sommet arabe, le ministre a indiqué que «l’Algérie n’est pas contre cette idée. Un sommet arabe pourrait prendre des décisions et ces décisions il faut d’abord en parler», a-t-il dit, ajoutant que «ces décisions consistent à souligner que, dans une situation de guerre, les pays arabes, qui ont des relations avec Israël, puissent suspendre ou même rompre leurs relations avec cet Etat».

«Il appartient à ces pays arabes de prendre ces décisions [rompre les relations avec Israël]», a-t-il dit, rappelant que «lorsque ces pays ont pris la décision de nouer des relations avec Israël, ils ne l’ont pas fait dans le cadre de la Ligue arabe, mais à titre individuel». Le chef de la diplomatie algérienne a, cependant, ajouté que «ce n’est pas cela qui peut motiver essentiellement la réunion d’un sommet arabe», ajoutant que ce qui peut la motiver «ce sont les étapes pour rebâtir la cohésion entre Palestiniens et voir quel est le chemin qui peut nous conduire de nouveau à des processus plus sérieux permettant aux Palestiniens d’aller vers la paix», a-t-il poursuivi.

Il a, par ailleurs, qualifié les massacres commis par l’armée israélienne à Ghaza d’«événements graves», rappelant que le monde entier considère comme absolument «urgent et prioritaire» l’arrêt des agressions militaires. «Nous constatons que des enfants, des vieillards et des femmes ainsi que des mosquées sont ciblés et qu’aucun secours substantiel n’est apporté à la population de Ghaza», a-t-il déploré «Il y a un consensus quasi indiscutable pour que nous puissions arrêter les opérations militaires et, pourtant, nous n’arrivons pas à obtenir une résolution du Conseil de sécurité», a-t-il constaté.

«Le Conseil de sécurité fonctionne sur des schémas que nous connaissons tous et nous appelons depuis longtemps de nos vœux la réforme du système des Nations unies et, en particulier, la réforme du Conseil de sécurité», a-t-il rappelé, soulignant que «les événements de Ghaza sont venus nous donner raison, une fois de plus, pour l’urgence de cette réforme». Il a indiqué qu’au Caire (Egypte), «les ministres arabes ont décidé d’aller au Conseil de sécurité, alors qu’ils avaient conscience de la difficulté d’obtenir une décision».

«Nous avons décidé de fonder notre action sur le droit international et de faire en sorte que, dans les prochaines heures, nous l’espérons, le Conseil de sécurité, enfin réuni, puisse dégager un consensus». «A l’heure actuelle, les consultations sont en cours entre les ministres arabes et les responsables des Nations unies ainsi que ceux des pays membres du Conseil de sécurité pour que demain il y ait une réunion de ce Conseil». «La réunion du Conseil de sécurité aura pour objectif d’arrêter les opérations militaires et de discuter des conditions dans lesquelles, dans les prochaines semaines, nous puissions garantir un environnement propice à une normalisation de la situation dans la région», a-t-il relevé, précisant que l’arrêt du blocus sur Ghaza figure parmi les éléments de normalisation de la situation.

«Aujourd’hui, qu’il s’agisse d’être un Arabe, un catholique, ou un Israélien, l’histoire retiendra que Ghaza a vécu ces derniers jours l’holocauste qu’ont vécu les Juifs à l’époque et qu’ils sont en train d’imposer au peuple palestinien», a-t-il affirmé. Concernant l’aide humanitaire en faveur des Palestiniens, il a annoncé que deux autres avions algériens transportant des aides humanitaires seront acheminés vers Ghaza via l’Egypte portant ainsi à quatre le nombre d’avions transportant les aides envoyés à la population palestinienne.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères a annoncé que les ambassadeurs des pays membres permanents et non permanents du Conseil de sécurité de l’ONU ont été reçus, dimanche dernier, par le ministre des Affaires étrangères pour exprimer la position arabe et algérienne sur la situation à Ghaza. «Nous avons exprimé, à chacun des ambassadeurs des pays membres du Conseil de sécurité, permanents et non permanents, la position arabe adoptée à l’issue de la conférence des MAE réunis au Caire», a indiqué, lundi, le ministre à la radio internationale algérienne.

«Nous avons livré à nos interlocuteurs des commentaires sur la position algérienne, qui est celle des pays arabes, ainsi qu’un certain nombre de points sur lesquels nous avons attiré spécialement leur attention», a-t-il ajouté. Le ministre a encore indiqué «attendre des actes à travers une décision du Conseil de sécurité».



Par Abdelkrim Ghezali

© Copyright La Tribune d'Algerie

Geass
08/01/2009, 21h07
Les seules qui leurs feraient mal, ce sont les Egyptiens s'ils coupaient le Gaz. Pour le reste c'est insignifiant.

nacer-eddine06
08/01/2009, 21h13
l algerie n a qu un geste a faire
si elle veut se montrer solidaire avec la palestine

couper le robinet du petrole et du gaz

ou etablir des relations diplomatiques avec israel a la seule condition qu il retourne aux frontieres de 67

LE RESTE C DU BLABLA

El-NiNo
08/01/2009, 21h13
Et la Jordanie. Beaucoup de produits sionistes sont écoulés sur le marché local.
Mais faut qu'ils coupent leurs relations ces arabes, qu'est ce qu'ils attendent ? Qu'Hugo vienne le faire à leur place ?

Geass
08/01/2009, 21h16
Bof les israéliens ont bien d'autres marchés. Ce serait dur pour certains d'entre eux, mais ils recevront des subventions comme d'habitude.
Seule un blocus maritime et aérien d'Israel pourrait les faire changer d'avis.
Si tous les bateaux arabes civiles allaient bloquer l'approvisionnement des ports israéliens, et qu'on interdisait aux vols en direction d'israel de passer par notre ciel.

Cookies