PDA

Voir la version complète : La Chaîne de l'Espoir veut évacuer des blessés de Gaza vers la France


icosium
08/01/2009, 23h07
Les Palestiniens blessés dans l'offensive militaire israélienne contre la bande de Gaza et ne pouvant être opérés sur place doivent être évacués vers la France et l'Europe, a estimé jeudi dans un entretien à l'AFP un responsable de l'ONG la Chaîne de l'Espoir.

"Le seuil de l'intolérable a déjà été franchi, il faut évacuer ces patients, des enfants mais aussi des adultes et notamment des femmes, si possible depuis l'Egypte vers des hôpitaux français et européens qui doivent se mobiliser", expliqué Eric Cheysson, vice-président de la Chaîne de l'espoir.

"La Chaîne de l'Espoir a une expertise en la matière et nous sommes en train de monter un projet baptisé +un avion pour Gaza+", a-t-il ajouté.

"Les structures médicales palestiniennes sont déjà dépassées pour les chirurgies d'urgence, elles n'ont plus de matériel, plus d'électricité, etc., et ne sont donc pas en mesure d'effectuer les chirurgies secondaires - viscérales, orthopédiques, vasculaire pour sauver une vie, un membre ou éviter un handicap grave", fait valoir ce chirurgien vasculaire et thoracique de l'hôpital de Pontoise (Val-d'Oise).

Il doit se rendre vendredi à Jérusalem espérant pouvoir ensuite entrer dans Gaza pour évaluer avec des collègues palestiniens la possibilité de mettre en place une évacuation de patients gazaouites par avion vers la France à l'image d'autres opérations menées par cette ONG depuis 15 ans dans des zones de conflit comme la Bosnie, le Rwanda ou le Kosovo.

"Des chirurgiens et anesthésistes palestiniens nous ont appelés, ils sont bien formés mais ne disposent pas des plateaux techniques nécessaires par exemple pour reprendre des fracas de membres ou pour faire de la neurochirurgie sur environ 30% des 3.000 patients victimes des bombardements israéliens", a souligné M. Cheysson.

"Nous avons déjà le financement" pour l'opération et nous pouvons avoir un avion dans les 48H00, une pression diplomatique doit désormais être exercée pour qu'on laisse passer les ambulances", a souligné Eric Cheysson, précisant que l'ONG était "en contact très étroit" avec le ministère français des Affaires étrangères.

L'évidence sanitaire et chirurgicale est là: il faut transférer ces patients, avoir accès aux blessés et les soigner, c'est une idée qui en temps de conflit a toujours existé", a-t-il martelé.

Israël, qui a lancé le 27 décembre une opération meurtrière (au moins 763 morts et plus de 3.200 blessés) contre la bande de Gaza, petit territoire peuplé de 1,5 million de Palestiniens, n'a consenti pour le moment depuis mercredi qu'à interrompre ses bombardements pendant trois heures par jour.

Jeudi, après qu'un de ses convois eut été touché par des obus israéliens, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a suspendu l'ensemble de ses activités humanitaires dans la bande de Gaza, où, selon l'Onu, la crise humanitaire empire "d'heure en heure".

Le Monde
08.01.09

Cookies