PDA

Voir la version complète : La réalité est là, avec sa cruauté et sa vérité.


sacov
09/04/2004, 21h27
Et la vérité, très souvent, ne s’encombre que de frustrations et de rêves colportés par des états d’âmes.
Les résultats des dernières présidentielles reflètent la profondeur abyssale et ténébreuse de notre mal.
Plus d’une centaine d’observateurs étrangers ont apposé le sceau de la régularité au bas de la carence manifeste d’une classe politique qui n’a de classe que le banc de la compromission. L’alternance au pouvoir, encore plus la rupture avec le régime en Algérie, ne peuvent se décider, s’ériger en programme, ni se matérialiser et s’ancrer comme culture politique de masse (car c’est de masse, de nombre, qu’il s’agit), qu’à travers une action de proximité et ce, tous les jours que Dieu fait.
Le blanc-seing que s’est autorisé le système, béni par le taux effarant que l’on sait, découle de la source même de la nature du régime qui a encore de beaux jours devant lui. Notre hargne à nous bousculer au portillon de la démocratie, les mains nues, les yeux hagards, la bouche ouverte et les jambes chancelantes, à chaque fois ou le portillon s’est entre baillé a fait de nous d’éternels mauvais élèves.
Chacun parmi nous, dans le cas de Boutef aurait fait comme Boutef, convaincu qu’il est, d’être la quintessence de la sincérité politique. Il n’y a jamais eu dans l’histoire d’une démocratie, l’abandon du pouvoir par son détenteur par le seul fait qu’il se soit converti au principe de l’alternance. Il n’y a jamais eu de par le monde l’abandon du pouvoir par un régime totalitaire du seul fait de l’auto émancipation politique. Il y a toujours eu des luttes, des résistances et surtout, surtout un travail de fond et de longue haleine pour s’assurer la maîtrise du levier principal du pouvoir : la majorité des suffrages.
Or, que constatons –nous ?
Les cinq candidats, censés cristalliser en gros l’espoir de ruptures avec la république bananière, traînent pour le premier d’entre eux, les tares de l’arrivisme sur les décombres d’un ordre honni, maquillé d’un renouveau, loin d’effacer la collaboration d’un passé récent et d’actes répréhensibles auxquels la rédemption d’un pardon public et tardif ne saurait apporter l’absolution.
La principale qualité d’un peuple, quelque soit son niveau de politisation est sa mémoire. Pour le deuxième, sa chéchia, sa barbe autant que son verbe sont les indicateurs de la résurgence du sinistre fantôme d’une ère que tout le monde espère révolue.
Le troisième candidat, le plus prometteur, est confiné malgré lui, de par la source première de son action politique, à un régionalisme savamment entretenu et pernicieusement distillé dans la vie quotidienne de la plèbe.
L’insignifiance des deux derniers candidats, lièvres de leurs états, ne s’est manifestée que pour donner le dernier coup de pinceau à une aquarelle que les « décideurs » accrochent aux murs des salons et les faire admirer aux chantres de la démocratie occidentale.
Le principal acteur et les bénéficiaires de cet acte de viol eux, connaissent la société algérienne dans ses tréfonds. Le fait accompli est une de leur technique imparable eu égard à l’insignifiance des moyens adverses. Compte tenu aussi de la capacité mortelle des peuples du tiers-monde à cristalliser leurs projets terriblement diffus dans l’identification de leurs espoirs aux espoirs perdus.

:wink:

ben
09/04/2004, 22h04
:D :cry:

Tabarnouche! Boutef vient de te sortir de ton hiberNATION... hi hi hi

I Have a Dream. :P

MontrealLabass...

Sioux foughali
09/04/2004, 22h12
Sacov , quel bon texte !!!!!!!!!

quand même ; c'est affolant et une honte , ce score.......83 %!

yarena
09/04/2004, 23h16
Sacov
Merci pour le texte
Helas chez nous le médiocre est une valeur nationale

Safy
10/04/2004, 00h28
saha sacov,

j'ai quelleques reserves sur le jugement que tu porte sur les ex. candidats.

Les cinq candidats, censés cristalliser en gros l’espoir de ruptures avec la république bananière, traînent :

pour le premier d’entre eux, les tares de l’arrivisme
Participer,meme deriger un gouvernement , ne fait pas d'un politicien un arriviste.
De Klerk en Frique du Sud, Gorbatchev on pu influer sur un systeme de
l'interieur.Hamrouche , a pu realiser des reformes positives.

Pour le deuxième, sa chéchia et sa barbe .... moi je vois un
politicien representant une sensibiltée populaire, qui n'a jamais profite des
rapport de force et alliance conjonctuelle.Un des ares politiciens qui crois
a la legalite constitutionnelle.Sur que sa position sur le code de la famille
doit serieusement evoluer , mais son projet de faire controler le pouvoir
presidential est vraiment progressiste.

Le troisième candidat, le plus prometteur .. , je ne vois ce que
promet de meraculeux apart le retour au week-end dimanche dans un
pays aux le week-end est a 7 jours, et tirer la barbichette aux immans .
la source première de son action politique, est loin d'etre un régionalisme
savamment entretenu. La Region ,l'a bien comprise a preuve le
vote kabyle qui le place 3e apres boutef et Benflis.

L’insignifiance des deux derniers candidats, lièvres , ... est
aréthmetiquement egale a celle du troisime.
Elle coure depuis toujours la Hannoun dans le pays des Machos.entre
barbus qui ont fini par s'y faire a sa presence et les democrates imbus
d'eux meme elle est la pour rester.



...!@$#$$#%$&*\)....

.

Cookies