PDA

Voir la version complète : Il a affirmé avoir travaillé pour la DST:6 ans de prison


myra21
22/01/2009, 16h59
Il a affirmé avoir travaillé pour la DST : six ans de prison pour un Franco-Algérien lié au GSPC


Par AFP , le 22/01/2009 |

Un Franco-Algérien de 35 ans a été condamné jeudi à six ans d'emprisonnement par le tribunal correctionnel de Paris pour des liens avec la branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (ex-GSPC). Pour sa défense, Kamel Bouchentouf avait affirmé avoir travaillé pour la Direction de la surveillance du territoire (DST), ce que contestait le service de contre-espionnage français.

De sept à huit ans de prison avaient été requis le 18 décembre 2008 à l'encontre de ce chauffeur routier de Nancy poursuivi devant la 14e chambre correctionnelle pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme". Il avait été arrêté le 2 mai 2007 à la suite d'un signalement de la DST faisant état d'un courriel adressé par le prévenu à un membre du GSPC. Le courriel comportait une vidéo dans laquelle le prévenu évoquait le projet d'une "conception d'une petite bombe artisanale" visant à "montrer et prouver à la France" l'aptitude du groupe terroriste à frapper "à tout moment".

Lors d'une perquisition au domicile de M. Bouchentouf ont été retrouvées deux bonbonnes de gaz vides, 499 cartouches de calibre 22 long rifle et de la documentation sur la fabrication d'explosifs.

Après avoir avoué en garde à vue sa volonté de servir la cause jihadiste, le prévenu s'était rétracté devant le juge d'instruction en évoquant des "pressions et menaces" ainsi qu'un "recrutement forcé" par la DST pour infiltrer les milieux islamistes. "La DST me connaissait depuis six ans", a affirmé lors du procès Kamel Bouchentouf. L'enquête a en tout cas permis d'établir 26 contacts en 2006-2007
entre le prévenu et deux numéros de téléphone correspondant au bureau de la DST à Metz.

Dans une note au juge d'instruction, la DST avait reconnu un "suivi" et des "entretiens plus ou moins réguliers" avec le prévenu dans le cadre de son activité de renseignement sur les "milieux dits sensibles (islamistes)". "Cette procédure ne peut en aucun cas être assimilée à une procédure de
recrutement", poursuivait la note.

Les juges ont reconnu M. Bouchentouf coupable d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et ordonné son maintien en détention. "Je m'y attendais", a simplement commenté le prévenu, dont le transfert depuis la prison a pris du retard, ce qui a contraint le tribunal à rendre son jugement à 17H00 au lieu de 13H30.

Lounes7
22/01/2009, 17h27
Le gouvernement Français a toujours soutenu les dictatures dans le monde entier et donc il est possible que ce monsieur dise la vérité :22:

Cookies