PDA

Voir la version complète : Démantèlement d’un réseau de proxénétisme à Mohammédia


Hugo-
24/01/2009, 21h43
Quatre jeunes femmes et deux Egyptiens ont été traduits dernièrement devant la justice à Mohammédia pour constitution d’un réseau de proxénétisme.


Lassée d’être au chômage ou d’être exploitée par des employeurs qui ne lui remettent qu’un salaire dérisoire, elle a décidé de fuir la misère par n’importe quel moyen. Et l’opportunité est arrivée. Une femme lui a appris que : «Une certaine Fatima aidait les jeunes filles à émigrer au Sultanat d’Oman». C’est une occasion qu’elle ne devait pas rater. Elle a rencontré Fatima qui allait se charger de l’embaucher au Sultanat d’Oman. Cette dernière lui a expliqué : «Tu vas travailler comme serveuse dans un hôtel classé».
Le plus important pour cette jeune femme est que l’emploi ne porte pas atteinte à sa personnalité. Elles se sont mises d’accord sur une somme de 50 mille dirhams. Elle lui a versé une partie de la somme et a gardé le reste jusqu’à l’obtention du visa. Fatima lui a alors révélé que l’homme qui l’accueillera et qui l’aidera pour avoir sa carte de séjour n’est autre que son beau-frère, de nationalité égyptienne. Toute joyeuse, elle a épargné de l’argent et a commencé à préparer ses valises pour le voyage.
Le jour du voyage est arrivé. Elle a fait les adieux à sa famille et est montée dans l’avion. Destination? Le Sultanat d’Oman. Malheureusement quand elle y est arrivée, elle n’a trouvé personne pour l’accueillir. Tout d’un coup, son téléphone portable a sonné. C’est le beau-frère de Fatima, qui lui a téléphoné. Il l’a sollicitée de le rejoindre à l’hôtel où elle va travailler. Là, elle ne l’a pas trouvé. Elle a été accueillie par un autre homme qui s’est présenté comme le gérant. Ce dernier lui a retiré son passeport et les documents puis l’a conduite au bar de l’hôtel. Il l’a obligée à s’enivrer avec les clients et de les servir sans abstention. Mais, elle a refusé. Elle lui a demandé de la conduire à l’aéroport afin de retourner chez elle. Cependant, il l’a livrée à ses employeurs qui l’ont maltraitée jusqu’au moment où elle leur a cédé. Quelques mois plus tard, elle s’est révoltée.
La jeune femme est retournée chez sa famille à Mohammédia. Elle a porté plainte contre Fatima. La police de la cité des fleurs a effectué une descente dans son appartement. Elle a été arrêtée en compagnie de trois autres femmes et deux Egyptiens. Soumise aux interrogatoires, elle a nié avoir rencontré la plaignante, ni avoir aidé des jeunes filles à émigrer vers plusieurs pays du Golfe notamment le Sultanat d’Oman. Mais les investigations entreprises par la police judiciaire ont révélé que Fatima faisait d’abord l’objet d’une plainte pour escroquerie. Elles ont divulgué également que Fatima prétendait aux rêveuses d’emploi dans les pays du Golfe que son beau-frère égyptien se chargeait de les recruter dans le secteur de l’hôtellerie. Mais elles se sont toutes retrouvées confronter à un réseau de proxénétisme.
Les quatre femmes et les deux Égyptiens ont été traduits devant le tribunal de première instance de Mohammédia.


Le 23-1-2009
Par : Abderrafii ALOUMLIKI

Aujourd'hui.ma

Cookies