PDA

Voir la version complète : 43 milliards de DH pour faire du Nord une plateforme industrielle de niveau mondial


diablo-colorado
26/01/2009, 03h49
L’agence TMSA vient d’acquérir 3 000 ha de terrains publics qu’elle aménagera en zones industrielles entre Tanger et Tétouan. 2 000 autres hectares en cours d’acquisition

22 milliards investis de DH à Tanger Med et 21 milliards pour les infrastructures

Principale activité : l’équipementerie automobile et ses filières.

http://img220.imageshack.us/img220/6785/91422540zw5.jpg

Le nord du Maroc est ces jours-ci au centre de grandes annonces. Lancement de la troisième tranche de la zone franche de Tanger (80 ha supplémentaires), acquisition du foncier pour l’une des plus grandes plateformes industrielles du continent, un grand parc d’offshoring à Tétouan, début des travaux pour le port Tanger Med II... Bref, la région clame haut et fort sa vocation industrielle. Et les chiffres sont là pour le confirmer : le montant global des investissements réalisés à Tanger Med a atteint 22 milliards de DH entre 2003 et 2008. Mieux, ce montant sera pratiquement doublé à l’horizon 2013 puisque les infrastructures programmées coûteront 21 milliards de DH.

300 000 emplois prévus en 20 ans

En fait, cette ambition s’est beaucoup développée avec le port Tanger Med : le trafic des conteneurs devrait passer de 3 à 8 millions d’unités EVP (équivalent 20 pieds) à l’horizon 2015, soit la taille du port de Rotterdam. «Au regard des ambitions affichées, le parc de zones industrielles dont dispose la région aujourd’hui reste en deçà des attentes en matière de foncier disponible et de standards de gestion et de services», a souligné Ahmed Réda Chami, ministre de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies, lors de la présentation au Souverain du projet de création de nouvelles zones industrielles, le 7 janvier.

Il faut dire qu’après la mise en œuvre du port Tanger Med en 2003, la région a amorcé une dynamique industrielle encourageante. «Ce port a en effet constitué un élément central dans la naissance d’une infrastructure logistique compétitive dans la région, qui a accéléré l’émergence d’un tissu industriel», ajoute M. Chami. Allusion est faite aux projets industriels d’envergure telles l’usine Renault-Nissan, dans la région de Melloussa, ou encore la zone franche de Tanger, qui a déjà accueilli plusieurs groupes internationaux opérant dans divers secteurs d’activité industrielle. C’est le cas notamment de Yazaki, spécialisé dans le câblage automobile, Wolkswagen (câblage électrique), Coficab (câblage automobile) et Polydesign, spécialisé dans les produits textiles pour automobile.

L’aménagement de la première zone commence cette année

La diversité de ces projets industriels a poussé le gouvernement à repenser l’aménagement de la région. C’est ainsi que l’idée d’une plateforme industrielle à plus large échelle, permettant de capitaliser à long terme sur l’avantage compétitif acquis grâce àTanger Med, est née. «La plateforme industrielle du détroit se développera de manière prioritaire dans le secteur de l’équipementerie automobile et ses filières telles que le textile et l’électronique, en support à l’usine Renault-Nissan et aux autres unités industrielles similaires en Europe», explique le ministre.

Pour réaliser cette plateforme, l’Agence spéciale Tanger méditerranée (TMSA) vient de signer une convention avec le ministère des finances pour l’acquisition de 3 000 ha de terrains publics qui s’ajouteront à 2 000 autres ha en cours d’acquisition. Une première partie des terrains, objet de la convention, hébergera des activités essentiellement industrielles le long du corridor autoroutier atlantique démarrant à partir du port Tanger Med. La deuxième partie sera réservée aux activités logistiques et à l’offshoring. D’ailleurs, TMSA a signé une seconde convention avec le ministère des finances pour l’aménagement d’une zone dédiée dans la périphérie de Tétouan.

«Au courant de cette année, l’agence effectuera les études technico-économiques d’aménagement des zones ; elle finalisera le schéma directeur de développement des zones en concertation avec les départements de l’industrie, du transport et celui de l’urbanisme, et devra lancer les travaux d’aménagement de la première zone», explique Saïd El Hadi, président du directoire de TMSA.

Plus de 400 entreprises sont déjà installées dans la zone franche de Tanger

Avec tous ces projets, la région du Nord pourrait bien se hisser au rang de premier pôle industriel du Royaume. Signalons que la zone franche de Tanger compte déjà plus de 400 entreprises employant près de 40 000 personnes. La zone de Melloussa, qui héberge le projet de l’alliance Renault-Nissan, devrait également engendrer plus de 15 milliards de DH d’investissements privés et proposer plus de 36 000 postes d’emploi. Ces chiffres seront dopés par la mise en œuvre de la grande plateforme industrielle qui permettra la création de 300 000 postes dans les 20 prochaines années.

Rappelons enfin que la zone libre de Tanger abrite des industries agroalimentaires, le textile et cuir, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques, l’industrie chimique et para-chimique et les hautes technologies.
Plusieurs activités de services y sont également autorisées comme la maintenance et l’entretien, l’assistance technique et la formation des entreprises, des activités immobilières, ingénierie et bureaux d’études techniques, des services d’informatique et bureautique, des laboratoires d’essais et des entreprises d’import et d’export.

Infrastructures :Autoroutes, voies express, TGV... le Nord sera hyper connecté

La plateforme industrielle devrait pouvoir s’appuyer sur une infrastructure routière, ferroviaire et aérienne colossale. Selon Karim Ghellab, ministre du transport et de l’équipement, pas moins de deux autoroutes, deux voies express et une ligne ferroviaire permettront l’intégration de la plateforme industrielle avec le reste des réseaux routier et ferroviaire. Il s’agit notamment de l’autoroute Tanger-Tanger Med, longue de 54 km, celle de Tétouan- Fnideq, de 28 km ainsi que la voie express Fnideq-Tanger Med, de 18 km.

Une deuxième voie express reliant Tanger à Tétouan sur 46 km est quant à elle en cours de réalisation. L’achèvement est prévu pour cette année. De plus, le ministère de l’équipement compte lancer fin 2009 les travaux de ligne du train grande vitesse (320 km/h) qui devrait relier la ville du détroit à Casablanca en moins de 2h30 (actuellement, le trajet en train dure 5h30).

lavieeco.com

Cookies