PDA

Voir la version complète : En pleine crise économique la Chine ferme son marché aux entreprises occidentales


mendz
26/01/2009, 11h48
La Chine va-t-elle favoriser ses "champions nationaux" en période de crise ? Dans un entretien au Financial Times (http://www.lemonde.fr/sujet/d155/financial-times.html), le patron d'Alstom Transport (http://www.lemonde.fr/sujet/963a/alstom-transport.html), Philippe Mellier (http://www.lemonde.fr/sujet/a47a/philippe-mellier.html), a déploré que la ligne à grande vitesse Pékin-Shanghaï soit attribuée en exclusivité à des fournisseurs chinois : "Comme on s'y attendait, le marché se ferme graduellement pour laisser les entreprises chinoises prospérer."

Dans les télécommunications, les quelque 40 milliards de dollars (31 milliards d'euros) d'investissements sur deux ans prévus pour le passage à la technologie 3G devraient échoir en grande partie aux géants chinois du secteur, notamment Huawei et ZTE, alors que les fournisseurs étrangers avaient été les principaux maîtres d'oeuvre du réseau 2G.

Les acquisitions de sociétés chinoises par des groupes étrangers sont aussi regardées de plus près. Le rachat de Huiyan Juice (http://www.lemonde.fr/sujet/8fc8/huiyan-juice.html) par Coca-Cola en 2008 - l'acquisition la plus importante jamais réalisée en Chine - est suspendu à l'accord des régulateurs, qui statueront d'ici mi-2009, en conformité avec la nouvelle loi antimonopole. Cette dernière, censée remettre en question les nombreux monopoles d'Etat, est soupçonnée de pouvoir aussi être utilisée contre les appétits étrangers. Le cas Coca-Cola aura ainsi valeur de test.

En 2007 et 2008, plusieurs conflits entre partenaires étrangers et chinois (comme Danone et Wahaha) avaient déjà montré un durcissement du climat vis-à-vis des investisseurs occidentaux, à mesure que les groupes chinois s'émancipaient de ces alliés ou actionnaires. Pékin excelle aussi à souffler le chaud et le froid en matière de réglementation, imposant souvent, dans certains secteurs, des droits d'entrée exorbitants ou des règles arbitraires qui pénalisent les acteurs étrangers.

Enfin, le gouvernement a procédé, depuis août 2008, à trois relèvements des exemptions de taxes à l'exportation, pour soulager les industries manufacturières exportatrices de ses régions côtières, comme le textile, qui emploient des millions de travailleurs dont l'avenir est menacé.
Il serait cependant injuste de reprocher aux Chinois de faire jouer la concurrence entre tous ceux qui convoitent leur marché tout en protégeant leurs propres entreprises : les gouvernements occidentaux font de même, et la Chine, à niveau de développement égal, argue que son économie est plus ouverte que l'Europe ou les Etats-Unis dans bien des secteurs.


CONSOMMATION INTÉRIEURE


Le fléchissement de la demande américaine et européenne a généré d'immenses surcapacités de production dans l'industrie chinoise. Dans un essai récent publié par la Far Eastern (http://www.lemonde.fr/sujet/2050/far-eastern.html)Economic Review (http://www.lemonde.fr/sujet/835e/economic-review.html) et intitulé "Le grand défi de la demande pour la Chine", Michael Pettis (http://www.lemonde.fr/sujet/4b20/michael-pettis.html), professeur de finance à l'université de Pékin, estime que la Chine ne doit pas s'engager, pour gérer cette crise de surcapacité, dans la voie du maintien à tout prix de ses exportations, ce qui pourrait déclencher une guerre commerciale avec les pays occidentaux. Il faudrait au contraire qu'elle développe une demande intérieure suffisante pour absorber ses surcapacités, et organiser la transition d'une économie dépendante des exportations de biens manufacturés vers une croissance davantage basée sur la consommation intérieure.

Mais cette reconversion n'est pas chose aisée, et elle prendra du temps. M. Pettis estime que, "pour éviter un conflit commercial, les dirigeants des principales économies de la planète doivent mettre au point un programme concerté d'expansion budgétaire" qui privilégierait la demande des pays excédentaires comme la Chine, afin de rééquilibrer l'économie mondiale. Il faudra, estime-t-il, trois ou quatre ans pour obtenir ce résultat.

Mais "si les grands pays se concentrent seulement sur la relance de leur propre économie, écrit-il, la Chine choisira la voie de la protection de ses capacités d'exportation". Ce qui conduirait la Chine et le reste du monde au désastre économique.

Brice Pedroletti (Le Monde)

zek
26/01/2009, 12h07
La Chine ne fait que rendre la monnaie de sa pièce au USA, donner le marché aux entreprises nationale chinoise, c'est pareille que subventionner Géneral Motor ou les banques en faillite.

Cookies