PDA

Voir la version complète : PÉTROLE/Le baril frôle 49 dollars à Londres grâce aux efforts de l'Opep


nacer-eddine06
26/01/2009, 13h58
Londres (AWP/AFP) - Le marché pétrolier consolidait ses gains de la semaine dernière en voyant l'Opep appliquer concrètement les baisses de production décidées fin 2008 et le Brent de Londres frôlait les 49 dollars lundi en début d'échanges européens.
Vers 11H20 GMT (12H20 HEC), le Brent de la mer du Nord pour livraison en mars gagnaient 35 cents à 48,72 dollars par rapport à leur cours de clôture de vendredi, sur l'InterContinental Exchange de Londres.
A la même heure, le baril de "light sweet crude" pour livraison en mars grimpait de 27 cents à 46,74 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).
Les prix du brut consolidaient leurs gains de vendredi dernier: ils avaient achevé la semaine en hausse de près de 3 dollars de part et d'autre de l'Atlantique. Sur la semaine, les gains se sont chiffrés à 2 dollars environ à Londres et 3,50 dollars environ (pour le contrat de mars, devenu la référence mardi dernier) à New York.
"Les opérateurs ont sorti leurs revolvers vendredi, en spéculant sur le fait que des consommateurs industriels de gaz pourraient se trouver à court de gaz cette semaine en raison d'une vague de froid arctique, ce qui pourrait les contraindre à remplacer le gaz par du pétrole", expliquaient les analystes du cabinet américain Cameron Hanover.
"Les courtiers voient également dans les premières estimations sur la production de l'Opep le signe rassurant que le cartel a été très sérieux dans ses efforts de réduction de la production", ajoutaient-ils.
Selon le cabinet genevois Petro-Logistics, l'Opep 11 (les 11 pays soumis au système de quotas, excluant l'Irak, ndlr) a baissé de 1,55 mbj sa production en janvier par rapport à décembre, ce qui implique un respect à 75% de la réduction de production décidée à Oran (2,2 mbj).
"Jusqu'alors, le respect des quotas de production de l'Opep faisait l'objet de simples hypothèses, mais l'estimation de PetroLogistics va commencer à mettre les analystes d'accord", a souligné Olivier Jakob, du cabinet suisse Petromatrix.
"Les chiffres de PetroLogistics impliquent que l'Opep a respecté à 70% ses quotas en janvier, alors que des banques de Wall Street et le DoE avaient fondé leurs scénarios sur un respect de 50% seulement" des quotas de l'Organisation, observait-il.
"Le marché s'était auparavant montré sceptique quant à la discipline collective au sein de l'Opep, s'agissant de mettre en oeuvre les engagements pris l'an dernier", renchérissaient les analystes du cabinet britannique John Hall.
La bonne tenue des prix du brut a surpris de nombreux observateurs, car les réserves pétrolières américaines ont encore bondi (les stocks de brut et d'essence ont gagné plus de 6 millions de barils chacun) et les Bourses, qui influençaient directement les cours du pétrole au dernier trimestre 2008, ont dégringolé la semaine dernière.
"Malgré un rapport très baissier du Département américain de l'Energie (DoE) et les mauvaises performances des Bourses d'actions, le pétrole new-yorkais a réussi à grimper et limiter ses mouvements vers le bas toute la semaine dernière", soulignait ainsi M. Jakob.
jq
(AWP/26 janvier 2009 13h05)

Cookies