PDA

Voir la version complète : Gaza: le Hamas, un "mouvement terroriste" responsable de la guerre, selon l'UE


icosium
26/01/2009, 14h51
JABALIYA (AFP) — Le commissaire européen au Développement, Louis Michel, a affirmé lundi à Gaza que le Hamas avait une "responsabilité écrasante" dans la guerre qui a ravagé le territoire palestinien, parlant d'un "mouvement terroriste qu'il faut dénoncer comme tel".

"Maintenant, il faut aussi rappeler quand même la responsabilité écrasante du Hamas. Je le dis ici à dessein, le Hamas est un mouvement terroriste et il faut le dénoncer comme tel", a déclaré M. Michel à la presse lors d'une visite à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, où il a pu prendre la mesure des destructions causées par l'offensive israélienne.

"Si on veut que l'UE puisse relancer un dialogue politique un peu minimal avec des chances d'apaisement et des chances d'aller vers la paix, il faut aussi que le Hamas accepte les deux petites conditions qu'on a formulées: un le droit à l'existence d'Israël et deux qu'il abandonne la lutte armée, la dimension terroriste de sa démarche", a-t-il ajouté.

"Pour l'opinion publique (européenne), il y a un ras-le-bol de voir que nous payons à plusieurs reprises, soit à la Commission, soit les Etats membres, soit les grands donateurs, pour des infrastructures qui seront systématiquement détruites", a encore dit M. Michel, qui s'illustre d'habitude par des critiques fermes envers la politique israélienne.

L'Union européenne est le principal donateur de l'Autorité palestinienne.

M. Michel a annoncé en marge de sa visite l'octroi d'une nouvelle aide européenne de 60 millions d'euros aux Palestiniens.

"C'est assez abominable, c'est indescriptible. Ca va bien au-delà de ce que j'imaginais. Je me doutais bien que ce serait grave. Cela va être extrêmement difficile pour reconstruire et ça va coûter certainement énormément d'argent pour ramener les gens dans des conditions de vie décente", a affirmé le commissaire européen.

Il a appelé Israël a rouvrir d'une manière régulière les points de passage de la bande de Gaza pour permettre l'acheminement de l'aide et les matériaux nécessaires à la reconstruction.

"On essaye de mettre en oeuvre toute une politique d'aide humanitaire. Il faut d'ailleurs un accès, et j'en parlerai avec les autorités israéliennes", a-t-il dit.

"Il faut vraiment que les accès soient totaux, et pas seulement des médicaments et de la nourriture, il faut aussi tous les biens qui permettent à une activité minimale de reprendre, que ce soit du fioul, des pièces de rechange, du ciment, tout ce qui permet de recréer un tout petit peu et petit à petit des conditions de réhabilitation minimales", a-t-il ajouté.

Il a souligné que depuis 2.000, l'Europe "a dépensé en Palestine 3 milliards d'euros" et "tous les ans nous dépensons de 600 à 700 millions d'euros".

"On vient aujourd'hui de décider une tranche supplémentaire de 60 millions d'euros. On n'arrête pas de payer. Vous êtes parfaitement informés que de temps en temps on paye plusieurs fois la même infrastructure puisque elles sont régulièrement démolies", a-t-il encore dit.

M. Michel a accusé Israël à la mi-janvier de ne "pas respecter" le droit humanitaire international à Gaza en ne protégeant pas suffisamment les populations civiles lors de son offensive contre le Hamas.

Plus de 1.330 Palestiniens, dont près de la moitié des civils, ont été tués dans l'offensive israélienne à Gaza, lancée le 27 décembre avec l'objectif affiché de contraindre le Hamas à mettre fin aux tirs de roquettes sur le territoire israélien.

icosium
26/01/2009, 14h53
Au lieu de qualifier les auteurs du massacre de terroristes « Israël » c’est le Hamas qui est mis en cause. :confused: Certainement, il y a du Sarkozy derrière.

La politique de deux poids deux mesures.

chicha51
26/01/2009, 16h33
Au lieu de qualifier les auteurs du massacre de terroristes « Israël » c’est le Hamas qui est mis en cause. :confused: Certainement, il y a du Sarkozy derrière.

La politique de deux poids deux mesures.

Icosium

.......................................

Quels deux poids deux mesures ?

Enlève tes oreillers et réfléchit de temps en temps

L'UE dit qu'elle en a marre de payer des démolitions provoqués par la légèreté du Hamas et la brutalité de l'État sioniste qui s'appuie sur ces âneries "hamassiennes" pour s'en donner à coeur joie.

Le Hamas par ses bombinettes INEFFICACES donne l'occasion aux sionistes de tout raser .

Meme Louis Michel ( le ministre belge), d'habitude severe envers Israel s'insurge.

"Pour l'opinion publique (européenne), il y a un ras-le-bol de voir que nous payons à plusieurs reprises, soit à la Commission, soit les Etats membres, soit les grands donateurs, pour des infrastructures qui seront systématiquement détruites", a encore dit M. Michel, qui s'illustre d'habitude par des critiques fermes envers la politique israélienne.

myra21
26/01/2009, 16h49
Mince ?
Je savais pas que le hamas avait des armes de destruction massives?
Comment ont-ils faient pour faire tous dégats ?
C'est vrai les Us les ont armées de F16 et autre armes (interdites par l'onu).
Et puis tout peuple à le droit de se defendre sauf les Palestiniens:22: :22:
Israel est état de droit ils ne colonises pas ,ils rembourses les taxes aux palestiniens en temps et en heures,les palestiniens circulents librement d'un village à l'autre, Israel n'a pas mis des Chek-points a tous les carrefours des territoires palestiniens.
Oui israel est la plus grande démo-khra du monde:22:
Allez les siono ont vous a assez lu comme ça
j'ai envie de vo....:22:

moreno
26/01/2009, 17h02
Le cynisme de l'UE est nauséabond. On ne reproche jamais son idéologie à celui qui résiste à une occupation.Ceci dit, ces salauds surfent sur l'ostracisme des islamistes qui plastronnent et croient plus qu'ils ont une mission divine que la tâche bien réelle et douloureuse de libérer leur peuple.
Il y a urgence que le Hamas cesse de faire cavalier seul.

NB: Parmi les autres factions de la résistance FPLP, Fath ont eu plus beaucoup plus de morts que le Hamas

northcarolina
26/01/2009, 17h03
Depuis le debut ,on vous dit que le hamass est un mouvement terroriste,l occident tout entier le dit,les états arabes eux meme ne veulent pas le soutenir.
Bon c est une question de temps,les retournements de veste vont avoir lieu quand l aide occidentalle arrivera et sera soumis a certaines conditions.
Le hamass n as pas choisi la bonne voie,il s est fait avoir comme le hezbollah(les toutous revenu au bercail)
Par contre Abbas,le modéré ,avec les occidentaux ,vas avoir des soutiens et les choses vont avancer pour que le peuple palestinien ait une terre a eux.
A certains,pro hamass a l extrème,essayez d etre construtif,laissez votre haine de coté,il faut batir la paix dans cette région avec le peuple israelien.

moreno
26/01/2009, 17h15
Le Hamas n'aura pas un cent. L'argent est contrôlé par les banques et les ordonnateurs sont l'UE et l'Autorité palestinienne.

aurassien
26/01/2009, 17h16
le hamas est un mouvement de résistance , jadis on a qualifié l'olp de terroriste, maintenant qu'elle est rentré dans le bercail( sans rien obtenir) elle est devenue frécontable.que le hamas soit un mouvement islamiste c'est pas ma tasse de thé mais je m'en tape, l"essentiel c'est unmouvement qui défend les droits du peuple pelestinien qui n'ont pas été obtenus malgré toutes les concessions faites par les arabes

myra21
26/01/2009, 17h26
Préface de Dominique Vidal Khaled Hroub
Traduit de l’anglais par Laurence Decréau
Demopolis 240 pages, Paris, Avril 2008
On ne parle que du Hamas depuis que le mouvement islamiste a gagné les élections législatives en janvier 2006, au détriment d’un Fatah déphasé après les échecs des négociations de Camp David en 2000, la seconde Intifada et la mort de Yasser Arafat. Ayant pris la tête du gouvernement à dominante islamiste, puis, en avril 2007, d’un gouvernement d’union nationale avec son rival, le Hamas a fini par s’emparer violemment de tout le pouvoir à Gaza en juin 2007. Bien que placé sous les feux de l’actualité palestinienne et alors que sa percée s’inscrit dans une vague régionale, le mouvement de résistance, qui figure plus que jamais sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne, des Etats-Unis et d’Israël, n’a pas suscité, jusqu’ici, de livre de fond.
Comme l’écrit Dominique Vidal, historien et journaliste, dans sa préface, « le mouvement a progressivement plongé ses racines au plus profond de la société palestinienne ». Né sur les décombres de 40 ans de frustrations palestiniennes, en 1987, lors de la première Intifada, créé par le Cheikh Ahmed Yassine mort assassiné depuis, le « mouvement de résistance islamique » s’inspire des Frères musulmans dont il est issu afin de mener un combat nationaliste et religieux pour la libération de la Palestine. On retient, à juste titre, les attentats-kamikazes dont le mouvement s’est rendu coupable en Israël, son refus de négocier avec ce dernier et les atteintes aux libertés auxquelles il se livre à Gaza contre ses adversaires.
Mais, comme l’explique l’intellectuel palestinien Khaled Hroub dans son ouvrage du même nom, le Hamas ne se réduit pas, loin de là, à ces seules dimensions. Historiquement, politiquement, culturellement, religieusement et socialement, c’est à la fois le principal mouvement islamiste palestinien mais surtout une formidable alternative aux failles du Fatah, décrédibilisé par son échec stratégique, sa gestion corrompue et son absence de vie démocratique interne.
Le Hamas était idéologiquement le mieux placé pour faire face à l’impasse des accords, processus de paix devenu processus d’occupation : doublement du nombre de colons, désarabisation de Jérusalem-est, transformation de la Cisjordanie en bantoustans, multiplication des check-points, incursions israéliennes et contrôle effectif des Territoires face à une Autorité palestinienne impuissante.
Très présent sur le terrain social local depuis 20 ans, le Hamas - même si, comme l’écrit l’auteur, « il ne souhaitait pas gagner les élections » - a dû faire face à ses responsabilités à l’annonce des élections. Au lieu de négocier avec le vainqueur des premières élections démocratiques réalisées dans un pays arabe du Proche-Orient, l’Occident a imposé des sanctions à une population déjà frappée pour moitié par le chômage et vivant aux deux tiers avec moins de deux dollars par jour. L’instauration d’un gouvernement d’unité nationale s’inscrivant explicitement dans la perspective de deux Etats n’y a rien fait : l’embargo des Etats-Unis et de l’Europe a accéléré la radicalisation des éléments islamistes. En « punissant » les Palestiniens, l’Occident les a poussés un peu plus dans les bras de l’aile la plus radicale du Hamas.
Sur le fond, le livre revient dans un jeu de questions-réponses sur la structure, l’idéologie, la stratégie, les soutiens, les attentats kamikazes, l’enracinement progressif du Hamas dans l’histoire et le présent de la société palestinienne. Khaled Hroub a rencontré et interviewé les principaux dirigeants du mouvement pour mener son enquête et écrire son livre. C’est déjà une gageure.
Résumer le contenu du livre en quelques lignes est impossible et des choix s’imposent. Hroub commence par évoquer la Charte du mouvement, rédigée en 1988, et dont les dirigeants se sont petit à petit éloigné ; il revient sur les éléments les plus dérangeants du corpus idéologique du Hamas, à savoir la légitimité d’Israël, la conspiration faite contre les Arabes lors de la création de l’Etat hébreu en 1948, le caractère religieux du combat nationaliste. L’auteur revient ensuite sur ce qui fâche : le présupposé antisémite du mouvement, le présupposé anti-sionisme de ce dernier, l’avenir de la présence juive au Proche-Orient.
Hroub ne manque pas de signaler que le Hamas reste délibérément flou sur certains aspects des rapports entre Juifs et Musulmans, entre Israéliens et Palestiniens. Et évidemment sur la question de la reconnaissance d’Israël, clé de l’affaire. Ce n’est pas « inenvisageable » selon lui. Parce que « le pragmatisme et le réalisme dont font preuve ce mouvement face aux problèmes laisse la porte ouverte à un tel dénouement ». C’est peut être aller vite en besogne mais « il faudrait [quand même] que le climat se prêt à un pas aussi décisif ». On en est loin autant pour Israël que pour la Palestine. Longuement, Hroub démontre brillamment l’évolution « pragmatique » du Hamas entre 1988 et 2008, sa place dans le coeur meurtri des Palestiniens et dans le coeur blessé des Arabes. Et vingt années de lutte, cela compte.
Voilà pour le présent. Mais quel sera l’avenir dans la bande de Gaza du Hamas et la Cisjordanie du Fatah… Et du Hamas ? Quel est l’avenir des relations du Hamas avec le monde arabe ? Avec l’Occident ? Difficile de le dire comme toujours au Proche-Orient. Tout peut basculer d’un jour à l’autre. Interrogeant une personne à Gaza sur les raisons de son vote pour le Hamas, il obtint cette réponse « Quand je vote pour le Hamas, je vote pour Allah ».
Est-ce à dire que la prochaine étape, après la prise de Gaza par Haniyeh, sera l’implantation radicale et dangereuse d’Al Quaida ? L’auteur ne cache pas sa crainte, même si le Hamas veille. C’est dire qu’il lui faut se normaliser, et passer du statut de mouvement de résistance Ne reculant pas devant des méthodes terroristes (c’est à dire ciblant des civils innocents) à celui de mouvement politique « fréquentable ». On rachète tout le monde dans le monde d’aujourd’hui. Mouammar Kadhafi le sait bien. Alors, pour rassurer, s’il le peut, le Hamas a tendance – mais est-il crédible ? - à répéter : « We are Erdogan, not Taliban ». Un Hamas plutôt tendance Erdogan, du nom du premier ministre turc « islamo-démocrate conservateur », comme on dit à Ankara, que tendance « Fous de Dieu » comme à Kaboul.
Beaucoup d’incertitudes subsistent, l’auteur le reconnaît. Mais laissons lui le mot de la fin : « Les différences entre ces deux mouvements sont considérables, jusque dans leur nature. C’est pour cette raison que le Hamas tient absolument à garder ses distances avec Al Qaida et ne veut surtout pas s’engager dans une coopération ».
A la bataille mondiale de l’organisation d’Oussama Ben Laden, terrorisme inclus, contre les nouveaux croisés de l’Occident, le Hamas oppose une lutte visant à rendre un territoire aux Palestiniens, un pays à part entière où ils puissent vivre libres. Et l’on ne compte plus les déclarations de ses dirigeants, Ismaïl Haniyeh en tête, selon lesquelles ce territoire pourrait se trouver aux côtés d’Israël, et non prendre sa place...Encore faut-il que s’ouvre l’espace d’un dialogue politique, auquel Khaled Hroub, avec son livre, entend contribuer avec conviction, sans préjugés et en respectant le recul nécessaire face à l’actualité.
Khaled Hroub est né dans un camp de réfugiés palestiniens à proximité de Bethléem. Universitaire et journaliste, il dirige le programme d’études des médias arabes de l’Université de Cambridge, en Grande-Bretagne. Il écrit ponctuellement dans les colonnes de Al Hayat, Herald Tribune, Middle-East Journal et la Revue d’Etudes Palestiniennes et est membre du Queen’s college à Oxford.

icosium
26/01/2009, 19h43
Quels deux poids deux mesures ?

Enlève tes oreillers et réfléchit de temps en temps

Tout un réquisitoire contre le Hamas mais pas un mot contre les crimes israéliens à Gaza.

Ca ne m’étonne pas de toi car tu portes les mêmes accusations au Hamas que Louis Michel.

Pour toi, je te dirai d'enlever carrément ton cerveau et le mettre un peu dans le frigo. La propagande médiatique occidentale lui a fait des ravages graves.

"Pour l'opinion publique (européenne), il y a un ras-le-bol de voir que nous payons à plusieurs reprises, soit à la Commission, soit les Etats membres, soit les grands donateurs, pour des infrastructures qui seront systématiquement détruites", a encore dit M. Michel, qui s'illustre d'habitude par des critiques fermes envers la politique israélienne.

Cette fois ci sur Gaza, je ne l'ai pas entendu critiquer Israël et pourtant c'est le moment de le faire après les massacres.

Louis Michel est un porte parole d’Israël qui triche avec l’Histoire (UE)
lundi 26 janvier 2009
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article78983

chicha51
27/01/2009, 17h30
Tout un réquisitoire contre le Hamas mais pas un mot contre les crimes israéliens à Gaza.

Icosium

.........................................

C'est pas parce que tu hurles avec les loups que tu as l'apanage de la sympathie vis à vis des palestiniens

Les crimes israéliens sont criards et personnes ne peux les éluder et encore moins les excuser et vivement le jour ou ces assassins d'innocents palestiniens soient jugés de leur crime

Ceci dit nos conneries consistant à donner la perche à Israël pour mieux nous battre , il faut aussi les condamner surtout si elles provoquent des milliers de morts et de blessés ....pour rien.

Psychos
27/01/2009, 17h46
si elles provoquent des milliers de morts et de blessés ....pour rien.

Que proposes-tu Chicha ? (je sens que ton sens de la logique légendaire va encore faire des ravages)

En quoi le Hamas a donner une légitimité à Israël d'attaquer ?

Pour ton info, voici un petit historiques des faits:

Le Hamas est élu démocratiquement.
Mais, cette démocratie à géométrie variable est donc contesté par Israël, pour punir la population de Gaza, impose un blocus total.
Un blocus qui durera plusieurs mois.
Elle impose donc un blocus tout en demandant la signature d'un cessé le feu temporaire.

Ce que le Hamas contre toute attente fait (alors que Gaza est sous blocus).
Mais le pire est à venir, puisque d'après les spécialistes (dont moi), le Hamas a le mérite d'avoir respecté le cessé le feu jusqu'à la fin.
Or, Israël en Novembre, donc avant la fin du cessé le feu, bombarde Gaza tuant 5 membres du Hamas, par la suite le Hamas ne répond pas.

Pour les remercier, Israël veut bien d'un nouveau cessé le feu, mais sans levé le blocus. C'est du foutage de gueule, tu penses pas ?

Et là, en toute objectivité JE VOIS PAS où c'est la faute au Hamas, mais peut être que tu vas nous en dire plus toi ? En étant en meilleur position que moi effectivement pour en juger sachant que le Maroc travail étroitement avec l'entité sioniste, donc en somme peut être que toi, citoyen marocain a des infos que d'autres n'ont pas...

A bon entendeur !
Chill.

delci
27/01/2009, 17h50
Le HAMAS est un mouvement de résistance. la preuve est donnée par ses ennemis qui le considère comme territoriste au même titre que tous les mouvements de libération qui l'ont précédé à travers le monde.

Cookies