PDA

Voir la version complète : Le pouvoir des CRIF de France et les Media


spok
27/01/2009, 13h45
Le pouvoir des CRIF de France et les Media

Depuis septembre 2001, les CRIF (Conseil représentatif de la communauté juive de France) demandent quasiment systématiquement auprès des préfets les interdictions de toutes les manifestations pro-palestiniennes, parfois avec succès. La raison, ces manifs seraient un terreau pour l'antisémitisme. Voilà maintenant que dans leurs propres rassemblements, un journaliste relève des propos racistes. Ca fait désordre.

Jusque là, rien de très banal.
C'est après que ça devient n'importe quoi...

Le Crif fait donc une action de lobbyisme auprès du média. Mais le Progrès et sa rédaction, au lieu de voir la grosse ficelle et de la dénoncer, se pose des questions existentielles... C'est franchement du n'importe quoi. Rapporter les propos antisémites des manifs pro Gaza n'a posé de problèmes à personne dans les rédactions

Les Juifs (sionistes) de France tiennent les Média et ça semble indéniable

Pour avoir relaté, dans un reportage sur un rassemblement de soutien à Israël, les propos racistes de certains participants, une journaliste ,Muriel Florin,du Progrès de Lyon a été menacée de sanctions par sa hiérarchie. La société des journalistes du journal se dit très « inquiète », et demande à sa direction « l’instauration d’un débat ouvert sur la manière de traiter ces sujets d’actualité délicats (http://libelyon.*********************/info/2009/01/mdias-peut-on-r.html) »… (http://libelyon.*********************/info/2009/01/mdias-peut-on-r.html)

La France fout le camp !
Elle est de venue presque une annexe de l'Etat sioniste à voir les choses de plus près.Il faut espérer un autre Maréchal Pétain pour faire le ménage et rendre à la France ses vraies valeurs..

DZone
27/01/2009, 14h08
Le pouvoir des CRIF de France et les Media
Le CRIF ne fait pas seulement du lobbyisme auprés des MeRdia , il a aussi son mot à dire dans la nomination des ministres de la république française:
Quand le CRIF intervient directement auprès de Sarkozy pour empêcher la nomination d’un ministre

mercredi 16 mai 2007 par Sindibad


Les représentants du lobby israélien en France viennent de frapper un grand coup. Les responsables du CRIF qui prétendent représenter les intérêts des juifs en France viennent de démontrer une nouvelle fois qu’ils sont avant tout les représentants en France des intérêts d’Israël et les défenseurs de la politique criminelle et colonialiste de ses gouvernements.

Dans le Canard Enchaîné du mercredi 16 mai 2007, nous apprenons que le président sortant du CRIF, le très sioniste Roger Cukierman est intervenu personnellement pour s’opposer à la nomination de Hubert Védrine au poste de ministre des Affaires étrangères du premier gouvernement du nouveau Président Sarkozy. Védrine, ayant été jugé par les représentants du CRIF pas assez israélophile, puisqu’il ose invoquer l’application du droit international pour le règlement de la question palestinienne. L’intervention de Roger a semble-t-il porté ces fruits, et même au-delà, puisque Védrine sera finalement remplacé par Bernard Kouchner. Une solution qui contenterait tout le monde, puisque Kouchner a l’avantage d’être à la fois un fervent partisan d’Israël et de la politique américaine au Proche-Orient (il avait approuvé la guerre et l’occupation de l’Irak) et surtout un homme de gauche, très utile pour l’image du rassembleur chère à notre nouveau Président.

Et dire que certains pensent toujours que les lobbys n’existent pas en France.

Voici l’article du Canard * :
http://sindibad.fr/IMG/png/300px-350px-Logo-Canard-Enchaine.png

L’ennemi d’Israël

Dès que les dirigeants du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) ont appris ce projet du nouveau chef de l’Etat, Roger Cukierman, président sortant du Crif, a appelé au téléphone Claude Guéant pour une violente mise en garde.

« On a eu une réunion au Crif, aujourd’hui, et la rumeur d’une nomination de Védrine aux affaires étrangères a circulé. Cela a provoqué la panique parce que, pour nous, Védrine est pire que les anti-israéliens habituels du Quai d’Orsay. »

Réponse de Guéant : « Il ne faut pas croire les rumeurs…En tout cas jusqu’à ce qu’elles se réalisent. »

Un peu plus tard, Cukierman a joint directement Sarkozy et lui a dit que la communauté juive prendrait la nomination de Védrine comme un « casus belli ».

Il faut le comprendre : Cukierman et ses amis avaient fait campagne pour Sarko en expliquant que la victoire de Ségolène provoquerait le retour de Védrine au Quai !

* Lors de la première publication, l’article a été involontairement amputé d’une petite partie. Nous remercions les internautes qui nous l’ont signalé et toutes nos excuses au Canard.

Cookies