PDA

Voir la version complète : Algérie : Etudiantes le jour, catins la nuit


baddaz
27/01/2009, 19h16
La prostitution, ce fléau qui date depuis la nuit des temps, n’est pas un phénomène nouveau en Algérie. Si dans notre société conservatrice l’on a tendance à passer sous silence tout ce qui a trait au sexe et encore plus au commerce du sexe, ce vieux métier reste à ce jour la voie la plus classique qu’empruntent des jeunes femmes, le plus souvent issues de milieux défavorisés, pour subvenir à leurs besoins élémentaires.


Mais si la prostitution était autrefois de l’apanage d’une tranche défavorisée de la société, elle est aujourd’hui l’œuvre de jeunes étudiantes qui, après avoir quitté leur ville natale en vue d’étudier, se retrouvent, une fois installées dans les cités universitaires, en train de faire commerce de leurs charmes en guise d’une nouvelle forme de rétribution. Cadeaux, dîners bien arrosés et sorties nocturnes dans les endroits les plus huppés de la capitale. Plutôt une forme de para-prostitution que défendent plusieurs jeunes « catins instruites » qui proclament leur liberté dans un élan de révolte contre la société.
A l’abri de tout contrôle, livrées à elles-mêmes, elles s’adonnent au jeu fatal de la séduction, ignorant toute conséquence fâcheuse de leur acte. Vendant leurs corps en échange de « cadeaux », des sorties dispendieuses, des dîners bien arrosés ou des bijoux fastueux, ces dernières parviennent à mener un mode de vie agréable au sein de la cité universitaire, menant une vie parallèle. Balançant entre le statut de la jeune universitaire studieuse la jour et celui de la catin le soir, quelques-unes se livrent ici, racontant leurs aventures, par des bribes de mots confus, sur un ton hésitant, tantôt avec une pointe de regret, tantôt de façon effrontée. Comment en sont-elles arrivées là ? Zoom sur un phénomène qui a envahi les lycées et universités d’Alger.
« Mon corps est mien. J’en dispose librement » « En changeant de bled, on change de vie. » C’est ainsi que Faty entame le récit de sa vie, évoquant comment elle rêvait de décrocher son bac haut la main pour fuir son contexte rigoriste et sa famille hyper conservatrice. « En décrochant ce diplôme, je savais que les années de la fac allaient me permettre de vivre ma liberté tant rêvée », raconte-t-elle. En effet, une fois le bac décroché, elle embarque vite vers la capitale, le lieu de rêve, où elle entame une nouvelle existence. Cette jeune brune, au corps élancé, au sourire ravageur, n’a pas manqué d’affirmer que son corps lui appartient, qu’elle ne regrette en aucun cas sa conduite et qu’elle se plaît bien dans sa vie de « femme émancipée ». Mais est-ce là réellement un signe d’émancipation ? Pour son amie d’enfance, Rania, chacun se fraye le chemin qui lui convient dans la vie. Les deux copines, l’une, à défaut de pouvoir devenir journaliste, a opté pour des études de gestion, et l’autre pour une formation dans le paramédical. Faire les choses à moitié, c’est un peu leur lot quotidien. La médecine, un peu trop difficile, laisse donc place au paramédical. Et la para-prostitution (troquer son corps contre des cadeaux) moins risquée, plus mondaine et plus accessible, remplace la prostitution assumée. Aujourd’hui, elles sont nombreuses, les étudiantes, à opter pour cette nouvelle formule de prostitution qui n’est souvent pas considérée comme telle par ces dernières.
Les cadeaux en guise de rétribution Accompagner un homme qui leur plaît, sortir en boîte, consentir à partager un dîner bien arrosé avec ses copains, faire preuve d’ouverture d’esprit en se permettant des intimités avec lui ou ses « potes » en contrepartie de cadeaux, telles sont les nouvelles libertés que s’accordent quelques jeunettes. « Je n’accepte jamais l’argent en contrepartie de mes fréquentations nocturnes. Par contre, les cadeaux sont les bienvenus. Je suis jeune, c’est mon droit de vivre comme bon me semble », n’a pas hésité de lancer Lyna, qui depuis qu’elle est arrivée à la fac d’Alger l’an dernier se permet des libertés dont elle n’aurait jamais rêvé. « Enfin, je peux respirer », dit-elle. Questionnée sur ce qui l’a poussée à prendre ce chemin, Lyna affirme que la bourse qu’elle encaisse n’est pas suffisante pour lui permettre de maintenir le mode de vie luxueux qu’elle mène. Cette vie parallèle lui permet au moins de mener une vie agréable. Ces compagnons d’un soir, elle les choisit soigneusement, par crainte de tomber sur des aliénés ou des débauchés. « Je ne couche jamais dès le premier soir. Et puis, certains hommes, bourrés jusqu’aux as, ne rêvent que d’une femme belle et jeune qui leur permet, l’espace d’une soirée, de fuir leur vie morne. Moi, je leur offre le bonheur, et eux ils m’offrent l’argent », souligne, d’un ton enjoué, cette jeune femme au corps élancé et au sourire charmeur.
« Juste une sortie payée. Où est le mal ? » Linda et Ahlem sont deux copines dans la même chambre, à la cité universitaire du vieux Kouba. Ces deux noctambules d’Alger, venues de l’ouest du pays, au charme ravageur, ont accepté, sous le couvert de l’anonymat, de nous livrer leurs aventures. Ces deux jeunes filles, âgées respectivement de 24 et 26 ans, l’une blonde aux yeux bleus, l’autre brune au teint bronzé ont véritablement de quoi charmer. Elles jouent sur ça d’ailleurs. Se savant séduisantes, les deux nanas multiplient depuis deux ans les aventures amoureuses sans lendemain. Leurs amants d’une nuit, des mecs friqués, les entourent d’attention et de cadeaux de luxe. Leur tâche ? Se montrer très douces, voire soumises aux caprices de leurs bienfaiteurs, si elles désirent garder leur « gagne-luxe », car c’en est un. A ce propos, Lynda, la plus jeune, affirme être bien mieux entretenue par ses compagnons que son amie, qui se montre encore réservée, refusant d’aller loin dans ces aventures, de peur de tomber enceinte. Lynda, quant à elle, est déjà expérimentée dans le domaine, puisqu’en l’espace de deux ans, elle dit avoir avorté à deux reprises.
Une virée aux alentours des cités universitaires En effet, le phénomène de la « para-prostitution » en milieu estudiantin prend de l’ampleur. Il suffit juste de faire un tour, vers 19h, aux cités universitaires qui se trouvent aux alentours de la capitale pour considérer l’ampleur du phénomène. Pour preuve. Un peu plus loin dans quelques localités, près des parkings, à l’abri des regards curieux se manigancent quelques trocs des corps. Des étudiantes, désireuses de se faire de l’argent facile, souvent originaires de l’intérieur du pays, se pomponnent et sortent, se placent devant le parking ou esquissent quelques pas, nonchalamment, sur l’avenue. Elles montent dans un véhicule, ressortent d’un autre.
Des travailleuses de sexe occasionnelles Selon la sociologue F. Rabhi, cette course à l’objet ne serait au fond qu’un dommage collatéral de nouveaux désirs de consommation : « Les étudiantes qui se prostituent ne sont pas forcément dans la misère ni dans la satisfaction des besoins primaires. Pour elles, se faire offrir des fringues à la mode pour avoir un look qui les valorise, ou sortir aux frais d’un client, c’est tout aussi essentiel. A leurs yeux, c’est une forme d’accomplissement de soi. » Un soi que l’on pomponne quitte à se déguiser à ses propres yeux. Mounia, Dalal et les autres ne se considèrent pas comme des prostituées, des travailleuses du sexe occasionnelles. Parce qu’elles ne font pas l’amour dans le sens technique de la chose. Prostitution à temps partiel, prostitution amateur, para-prostitution ?
Pour leur part, les psychologues expliquent ce phénomène de para-prostitution par le fait que, dans bien des cas, les cadeaux en nature démonétisent le rapport entre ces filles et leurs clients. Puisqu’il n’y a pas argent, il n’y a pas prostitution, selon elles. Enfin, il importe de noter que quelques filles avancent aujourd’hui un autre argument, mettant en avant la dimension esthétique. C’est normal que l’homme paye, puisque c’est pour lui qu’elles se font belles, qu’elles vont au hammam, qu’elles s’épilent. Une sorte de récompense pour leurs efforts. D. S

le mague

zek
27/01/2009, 20h04
Dans ces Etats, après l’essor du tourisme de masse, le secteur informel de la prostitution s’est développé avec l’arrivée plus importante de touristes individuels. On peut désormais établir une sorte de cartographie du tourisme sexuel : les femmes vont à Goa, en Inde, en Jamaïque, en Gambie ;

tandis que les hommes préfèrent les pays du Sud-Est asiatique, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, la République dominicaine, Cuba, le Panamá, le Surinam, le Mexique, sans oublier le Brésil où l’on compterait pas moins de cinq cent mille enfants tombés dans la prostitution (1).

http://www.monde-diplomatique.fr/2006/08/MICHEL/13831

nano78
27/01/2009, 20h46
touristique ou pas la prostitution y on a partout en algerie aussi pourtant ce n est pas un pays touristique

Pihman
27/01/2009, 20h53
On peut désormais établir une sorte de cartographie du tourisme sexuel : les femmes vont à Goa, en Inde, en Jamaïque, en Gambie ;

tandis que les hommes préfèrent les pays du Sud-Est asiatique, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal


:evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil:

c'est ce qu'on appelle l'échange inegale de RICARDO

oudjda1933
27/01/2009, 22h32
Bladi Blad Schizo"

merci slamry ca resum tout cette oghniya des houba houba.
on sait pas ce que nous voulons

baaziz dans une chansson dit
kayen ghachi f jama3 chi raqed chi yesma3
kyen ghachi f les bar f chware3 ki les barbar

Zakia
27/01/2009, 22h47
C'est un phénomène qui est en progression en Europe aussi.

De plus en plus d'étudiants se prostituent. Ca touche même les garçons :22:

lamia14
27/01/2009, 23h02
Elles ont pas la bourse les etudiantes qui vendent leurs sexe ou est ce par plaisir , combien sont elles ?
la bourse en Algérie est de 2000 DA par trimestre serte le transports, le loyer, le restau la fac sont presque gratuit mais ça reste insuffisant, ceci dit ça n'excuse pas leur comportement.
Je ne juge personne, mais la vie à la cité est difficile et les influences sont très grande, c'est pas évident de tenir le coup, heureusement qu'il y a des filles bien que ça ne se généralise pas.
Ce que je reproche au journaliste c'est dire que c'est surtout les filles de l'intérieur, à mon avis ça touche surtout les filles qui vivent loin de leurs familles quelles quelles soient leur origines.

lamia14
27/01/2009, 23h11
étonnantes les ressemblances entre les deux articles :mrgreen:

Ceci dit la para-prostitution existe bel et bien chez certaines étudiantes algérienne.

Bennis
27/01/2009, 23h14
De nombreuses raisons objectives donnent à penser que cette pratique n'existe pas encore Algérie sauf dans la tête de quelques calomniateurs professionnels......

Ca viendra,peut-être un jour mais,pour l'instant ça reste un grossier mensonge.

Il y a biens d'autres mots sociaux gravissimes mais on n'en parle que très rarement et c'est dommageet dire qu'il est de beni melal ..il sait au moins où elle est située cette ville...baz a sat..wa baaaz !! hadak wajhak wella gfak

le problème est un grand phénomène de société

la majorité des filles qui optent pour la prostitution dans les universités sont des filles d'une classe populaire, et ce sont surtout des filles qui veulent .."vivre"..comme elles le laissent souvent entendre !!

me dire qu'elles se prostituent pour combler leurs frais d'études c'est me rire plein au nez !! .. enfin dans mon pays, avec ma culture, je ne sais pas sous d'autres cieux

btp50
27/01/2009, 23h20
Algérie : Etudiantes le jour, catins la nuit
.
Je donne la meme réponse que pour la marocaine.

El Diez
27/01/2009, 23h26
Bennis, peut être qu'il y a une autre Beni Mellal de l'autre côté de la frontière :lol:

Cookies