PDA

Voir la version complète : Les Boliviens approuvent la nouvelle Constitution


Sioux foughali
28/01/2009, 12h54
Les Boliviens approuvent
la nouvelle Constitution
Par Flore Galaud (lefigaro.fr)
26/01/2009 |
http://www.lefigaro.fr/international/2009/01/26/01003-20090126ARTFIG00500-le-president-bolivien-annonce-la-fin-de-l-etat-colonial-.php
Evo Morales, accompagné ici de son vice-Président, a annoncé dimanche la «refondation de la Bolivie». Crédits photo : Mamani/AFP



Le président bolivien, Evo Morales, est conforté par l'adoption par référendum de son projet de nouvelle Constitution, renforçant le droit des indigènes et le pouvoir de l'Etat sur l'économie. Mais l'opposition compte sur les élections de décembre pour barrer la route aux réformes.

Nouveau tournant dans l'histoire de la Bolivie. Le président de gauche Evo Morales a proclamé dimanche soir la «refondation de la Bolivie» après avoir obtenu plus de 60% de «oui» à son référendum pour mettre en place une nouvelle Constitution. Ce texte renforce le droit des indigènes en Bolivie, qui depuis des siècles sont victimes de discriminations, notamment exercées par les élites au pouvoir, descendants des colons européens ou métisses. Sur tout le territoire, parmi les 3,8 millions d'électeurs, de nombreux indiens s'étaient déplacés pour voter : le référendum a notamment largement été approuvé dans les montagnes de l'ouest du pays, peuplées très majoritairement d'indigènes. Les populations des plaines orientales, majoritairement métisses, étaient en revanche dans l'ensemble opposées à cette nouvelle Constitution.

Mais pour autant, tout n'est pas encore gagné pour le président : pour appliquer ses réformes, il devra avant remporter les prochaines élections générales de décembre prochain. Une échéance qui s'annonce d'ores et déjà mouvementée, l'opposition n'ayant pas l'intention de baisser les bras. Mais pour l'heure, Evo Morales préfère savourer sa victoire. Lui, le premier président indien de l'histoire du pays, est parvenu à renforcer la visibilité des siens. Dimanche soir, depuis le balcon présidentiel à La Paz, il a proclamé la fin de l'Etat colonial «grâce à la conscience du peuple bolivien». «C'est la fin des immenses exploitations agricoles et des grands propriétaires» a-t-il lancé devant des milliers de personnes réunies sur la place d'Armes, et «les changements seront irréversibles» a-t-il affirmé. Cette nouvelle Constitution accorde en effet une place prépondérante aux communautés indigènes aymara et quechua du pays grâce à différentes mesures.

Séparation entre l'Etat et l'Eglise catholique

Parmi les plus importantes : l'autonomie politique accordée à 36 «nations» indigènes, qui permettra notamment une meilleure représentation des indiens au Congrès. Le texte vise également à redonner leurs lettres de noblesse aux langues et traditions culturelles du monde indien, ces dernières étant tombées dans l'oubli depuis plusieurs années. Il prévoit par ailleurs que l'Etat bolivien se sépare de l'Eglise catholique en devenant «indépendant» des religions, qu'il reconnaît toutes mais sans en privilégier aucune. Parmi celles-ci, la reconnaissance du culte de la Pachamama -la Terre-mère- divinité omniprésente dans les religions andines. Une mesure très mal accueillie au sein des milieux catholiques, qui pensent que l'Indépendance de l'Etat vis-à-vis des religions va ouvrir la voie à la légalisation de l'avortement et au mariage des homosexuels.

Le projet de Constitution prévoit également de renforcer les pouvoirs et prérogatives de l'Etat, essentiellement en ce qui concerne les ressources naturelles du pays. La nouvelle «Loi fondamentale» doit ainsi renforcer le contrôle étatique dans l'économie, après une première vague de nationalisations dans les secteurs énergétique et des télécommunications, entreprises dès son arrivée au pouvoir, en 2006. Evo Morales suit ainsi l'exemple de ses confrères socialistes Hugo Chavez (Vénézuela) et Rafael Corréa (Equateur), qui eux aussi ont modifié la Constitution pour pouvoir entreprendre leurs réformes, notamment en ce qui concerne la lutte contre les inégalités et le contrôle des ressources naturelles.

Mais la droite bolivienne -qui se situe essentiellement dans les régions prospères du pays- n'en démord pas : il lui reste encore un an pour faire tomber Evo Morales dans les sondages. La droite mise notamment sur le contexte de crise économique et financière pour que l'actuel président perde les prochaines élections, cruciales pour la mise en place de sa nouvelle Constitution.


autre article '' Evo Morales a gagné une partie de son pari''
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=93926

DZone
28/01/2009, 17h19
Félicitations à nos amis Amérindiens de Bolivie qui ont réussi à mettre fin à l'ordre colonial européen aprés 5 siècles de souffrances et de déni de droit.:5:
__________________________________________________ ______
Ban salue le "climat pacifique" du référendum bolivien sur la nouvelle Constitution


NEW YORK (Nations Unies), 28 janvier (Xinhua)

Le secrétaire général (SG) des Nations Unies, Ban Ki-moon, a salué mardi le "climat pacifique" lors du référendum bolivien sur la nouvelle Constitution.

"Il applaudit le climat pacifique qui a prévalu lors du vote ainsi que le taux élevé de participation, et félicite le peuple bolivien pour avoir fait preuve de responsabilité civique", indique un communiqué rendu public par le bureau de M. Ban.

Le SG a aussi appelé "tous les dirigeants politiques en Bolivie à travailler ensemble désormais afin de construire un avenir prospère et inclusif pour leur pays".

Les Boliviens sont allés aux urnes dimanche dernier pour voter leur nouvelle Constitution destinée à donner plus de droits aux autochtones majoritaires, à promouvoir la réforme agraire et à laisser la porte ouverte à la réélection du président Evo Morales. Selon les premiers résultats du vote, 60% des voix exprimées sont pour la nouvelle Constitution.

Avucic
28/01/2009, 18h06
J'ai remarqué un oubli, à moins que l'auteur de l'article n'est pas au courant:
Morales a décrété que toutes les langues du pays sont OFFICIELLES... et ceci, admirable en soi, est un accomplissement de taille.
Ceci permettra de faire revivre la fierté du peuple autochtone de Bolivie dont environ 55% de la population! est améridienne et un nombre important de métisses.

Cookies