PDA

Voir la version complète : L'ONU alarmée par les violations du droit international dans les conflits


icosium
30/01/2009, 13h57
Le Conseil de sécurité de l'ONU a sonné l'alarme jeudi au sujet des violations de plus en plus fréquentes du droit humanitaire international dans les conflits armés.

Les quinze membres du Conseil ont débattu à huis clos, à l'initiative de la France qui en assure en janvier la présidence tournante, des moyens d'inverser cette tendance et de mieux assurer la protection des civils dans les conflits armés.


"Nous avons tous noté la tendance alarmante que représentent les violations croissantes des droits de l'homme et du droit international humanitaire, dont sont surtout victimes les civils, en particulier les femmes et les enfants, mais aussi les travailleurs humanitaires, les employés de l'ONU et les journalistes", a déclaré à la presse l'ambassadeur de France, Jean-Maurice Ripert.

Les membres du Conseil ont souligné que "toutes les parties à un conflit, qu'il s'agisse d'Etats ou de groupes armés", sont tenus de respecter le droit international, a-t-il ajouté, citant des conflits actuels comme ceux de Gaza, du Darfour, de République démocratique du Congo (RDC) et du Sri Lanka.

Susan Rice, la nouvelle ambassadrice des Etats-Unis, a affirmé que la protection des civils lors d'un conflit armé n'était "pas seulement un devoir moral" mais devait être "un élément central de toute opération militaire."

Dans ce contexte, elle a déclaré que Washington était "profondément préoccupé par les pertes de vies palestiniennes et israéliennes" durant les 22 jours du récent conflit à Gaza et par "les souffrances tragiques des civils palestiniens, qui ont un besoin urgent d'assistance humanitaire et de reconstruction".

"Des violations du droit international humanitaire ont été commises par le Hamas, avec ses tirs de roquettes contre des civils israéliens dans le sud d'Israël et l'utilisation d'installations civiles comme protection pour ses attaques terroristes," a cependant souligné Mme Rice.

Evoquant les accusations de violations portées contre Israël pour son offensive à Gaza, elle a ajouté: "Nous attendons d'Israël qu'il remplisse son obligation internationale de mener une enquête et nous appelons en même temps tous les membres de la communauté internationale à s'abstenir de politiser ces importantes questions."

Plus de 1.330 Palestiniens, dont un tiers d'enfants, ont été tués et 5.300 ont été blessés dans l'offensive lancée par l'armée israélienne dans la bande de Gaza pour faire cesser les tirs de roquettes par les militants du Hamas.

Dix soldats israéliens et trois civils ont été tués pendant la même période. Israël a accusé le Hamas de s'abriter délibérément dans des bâtiments civils.

Le 12 janvier à Genève, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a décidé à une large majorité d'enquêter sur de "graves" violations des droits de l'homme par les forces israéliennes contre les Palestiniens.

Mme Rice a également évoqué des violations commises dans d'autres zones de conflit, dont la RDC et le Darfour, ainsi que les atrocités commises par le groupe rebelle ougandais Armée de résistance du seigneur (LRA).

Le Conseil n'a pris aucune décision mais selon M. Ripert, ses membres ont exprimé leur souhait de poursuivre leur réflexion sur cette question.

"La France a l'intention de prendre d'autres initiatives avec d'autres pays", a-t-il dit, sans autre précision.

AFP/Le Monde
30.01.09

icosium
30/01/2009, 14h01
La nouvelle Mme Rice se permet de condamner Le Hamas de violation du droit international et s’abstient de critiquer Israël pour ses crimes. Elle exprime juste sa préoccupation pour les besoins humanitaires des palestiniens.

Cookies