PDA

Voir la version complète : Quand Boumediène confisqua le ballon...


KAMEL
14/02/2009, 09h48
http://www.elwatan.com/local/cache-vignettes/L200xH126/arton112434-71e16.jpg
La réforme sportive (1977)

Quand Boumediène confisque le ballon


Au milieu des années 1970, le sport en Algérie battait largement de l’aile et les résultats internationaux de différentes sélections étaient très aléatoires, souvent médiocres. Les clubs dits “civil” étaient structurellement défaillants et les moyens manquaient largement. Toute l’organisation du sport en Algérie était interpellée sans que l’autorité politique ne trouve le moyen de pallier l’obsolescence qui frappait la plupart des disiciplines.



Nos équipes nationales mal équipées et mal préparées ne parvenaient pas à atteindre le niveau international et étaient souvent éliminées prématurément des grandes compétitions, ce qui portait un coup sévère au moral national. Malgré la vigueur d’une jeunesse talentueuse qui a eu à le démontrer deux années auparavant lors des Jeux méditerranéens d’Alger 1975, la pratique sportive dite de masse, et donc tout à fait amateure si chère au modèle socialiste, déclinait à telle enseigne qu’elle n’avait plus aucun attrait dans la vie quotidienne des Algériens. Un fait spectaculaire intervenu au milieu de l’année 1977 allait toutefois remettre en cause les choses et pousser le pouvoir politique à précipiter la réorganisation du sport national.
Le 19 Juin 1977, au stade du 5 Juillet d’ Alger, à la finale de la coupe d’Algérie entre la JS Kabylie et le NA Hussein Dey, l’hymne national est copieusement sifflé par les supporters kabyles en présence du président Houari Boumediène et des membres de son gouvernement. Dès les jours suivants, le défunt président, sans doute marqué par cet incident qui risquait, selon l’une de ses confidences, de mettre à mal la cohésion nationale, sollicitera un collège d’experts pour analyser la situation et proposer des solutions pour dépassionner l’atmosphère sportive et remettre le sport sur les rails du progrès. Une expérience originale et tout à fait inédite se concoctera en été dans des bureaux de la présidence de la République, avant que ne soit effectué un large remaniement ministériel dès la rentrée de septembre, qui verra l’inamovible ministre de la Jeunesse et des Sports de l’époque Abdellah Fadhel (1965-1977) céder sa place à un jeune diplomate du nom de Djamel Houhou.
Au premier Conseil des ministres de septembre, le ton est donné : le sport algérien connaîtra une réforme en profondeur. Cette décision vient à point nommé pour bouleverser complètement des structures surannées, une pratique à bout de souffle atteinte partiellement par le chauvinisme, la manipulation et les calculs clubards étriqués. Un communiqué fleuve du Conseil des ministres indiquait les mesures suivantes : Les associations auront une nature statutaire. Elles seront scindées en deux parties : l’Association sportive communale dite de type amateur (A.S.C.) et l’Association sportive de performance (A.S.P.) qui intéressera les clubs de l’élite. Les associations sportives communales formeront la composante du sport dit de masse. Elles seront prises en charge par les APC ou, pour certaines d’entres elles, par des structures étatiques de différents secteurs (santé, justice, douane, université, entreprises publiques moyennes, etc.).
Les autres clubs huppées de la division une participeront à une compétition d’élite et se pareront du statut d’association de performance formées d’athlètes dits de performance. Les sportifs qui s’y affirmeront, (notamment au niveau des équipes nationales) se verront décerner le statut d’athlètes de haute performance et se verront leurs émoluments relevés. Les ASP seront ainsi parraînées par les plus grandes sociétés nationales, telles que Sonatrach, la Société nationale de sidérurgie (SNS), la Société électronique Sonacat, la CNAN, etc. Comme il n’existait pas en ce temps-là de primes à la signature de la licence et que les effectifs des clubs étaient assez correctement stabilisés, les athlètes étaient intégrés à l’entreprise et y bénéficiaient d’une formation professionnelle adéquate, afin de jouir d’un profil de carrière en vue de les rassurer sur leur avenir.
Il est évident qu’avec la force financière colossale dont se caractérisaient les grandes sociétés nationales, monopolistiques de leur secteur d’activité, les budgets des clubs devenaient conséquents et étaient gérés par des cadres de l’entreprise, nouveaux dirigeants à la compétence incontestable. Le plus douloureux dans cette opération d’envergure fut le changement partiel de sigle de tous les clubs dits civils. Sous la houlette d’une centralisation du pouvoir au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports, celui-ci allait d’autorité dénaturer le siglage et le rendre conforme avec son nouveau “logeur”, à savoir la société nationale de parrainage. Il y était notamment fait interdiction de se déclarer ou de faire référence à une région donnée. Des dénominations franchement à la limite du farfelu allaient naître comme la jeunesse sportive Kawkabi (JSK), Mouloudia des pétroliers d’Alger (MPA, ex MCA), Raed Solb de Kouba (RSK, ex RCK), Jil Sakakine Bordj Menaiel (JSBM), Milaha Athletic d’hussein Dey (Mahd, ex Nahd ), union sportive de la kahraba d’Alger (USKA, ex USMA) et on en passe ...
Une nette désaffection du public se fait immédiatement ressentir, ce qui a pour effet de dépassionner la compétition et de permettre aux clubs de mieux être en phase avec des actions de formation puisqu’il était fait obligation aux ASP d’ouvrir des écoles de sport (chaque association de performance avait en charge plusieurs disciplines) et de consentir un meilleur investissement aux jeunes catégories. Une saison plus tard, à la faveur des résultats encourageants que commençait à générer cette politique, le public reprendra le chemin des enceintes sportives. C’était le début de la période dorée du sport national. En 1978, l’Algérie survolera des Jeux africains relevés qu’elle a eu a organiser sur son sol. Des performances qu’elle confirmera un an plus tard aux Jeux méditerranéens de Split. Le football en a été l’hirondelle (troisième place après avoir fait sensation en demi-finale face à la Yougoslavie).
Puis nos footballeurs à la légende naissante s’en iront étriller la redoutable équipe du Maroc à Casablanca (5 buts à 1 puis 3 à 0 à Alger) dans un match mémorable qui intervenait dans un contexte particulier (absence de relations diplomatiques suite à l’affaire du Sahara occidental). Du jamais-vu jusque-là. Le football fort d’un amalgame de joueurs jeunes et talentueux et de moins jeunes ira de victoire en victoire (Coupes d’Afrique, bonne tenue en Coupe du monde 1982 et 1986 ). Les autres disciplines n’étaient pas en reste puisque tant le handball (cinq couronnes africaines consécutives) que la boxe ou l’athlétisme pour ne citer que ceux-là connaîtront leurs heures de gloire. Entre-temps, Houari Boumediene n’était plus là pour récolter les fruits d’une révolution sportive qui a redonné sa fierté au peuple algérien, que ce soit au niveau continental qu’international.
Les jeunes journalistes que nous étions à l’époque se transformaient en conférenciers d’occasion, lors des manifestations internationales ou dans des centres de presse à l’étranger, assaillis par la curiosité des confrères maghrébins et africains qui voulaient connaître la clé de la réussite du sport algérien. Déchargé des pesanteurs négatives, fort d’une volonté politique à toute épreuve et de la couverture des moyens de l’Etat, la reforme sportive a donné des fruits délicieux durant la décennie 80. Cette politique sera malheureusement abandonnée au lendemain des émeutes d’Octobre à cause d’une réorientation de la politique économique nationale sous Chadli Bendjedid sonnant du coup le déclin du sport national. Les sociétés déstructurées et en pleine difficulté allaient se séparer progressivement des clubs les abandonnant à leur sort. Le sport algérien rentrera dès lors dans un long tunnel duquel il n’est pas sorti à ce jour.




Par Omar Kharoum (okharoum@elwatan.com)


El Watan


Alors que le football Algérien connait une crise majeure il serait peut être temps de prendre a l'image de 1977 une grande réforme dans le milieu du football

mohoo
14/02/2009, 10h24
Bonjour

Je me souviens !

Le 19 juin était une f'ête du sport !
Ici au stade 0uaguenouni d'Alger cente
http://img513.imageshack.us/img513/7223/numriser0070fa4.jpg (http://imageshack.us)

KAMEL
14/02/2009, 10h27
c'est une superbe photo d'époque mohoo

mohoo
14/02/2009, 12h03
Bonjour

Une démonstration à la « Maison du Peuple » Place du 1er Mai !
http://img208.imageshack.us/my.php?image=numriser0004dt6.png

Cookies