PDA

Voir la version complète : Benbitour“Il y aura très peu de pétrole et de gaz d’ici à 2020”


carlos
19/02/2009, 21h20
M. Benbitour l’a affirmé hier à Boumerdés
“Il y aura très peu de pétrole et de gaz d’ici à 2020”
Par :Madjid T (http://www.liberte-************/send_jour.php?idjournaliste=240&journaliste=T)

Il y aura très peu de pétrole et de gaz d’ici 2020, a affirmé, hier, à Boumerdès, M. Ahmed Benbitour, ancien Chef du gouvernement, lors de son intervention au séminaire consacré à l’économie et à l’après-pétrole organisé par l’Association des anciens étudiants des instituts de Boumerdès. “Nous sommes presque dans l’après-pétrole”, avertit-il. M. Benbitour prédit deux scénarios pour l’Algérie. L’un, très favorable, qui consiste à la préparation du pays à l’après-pétrole en éliminant “la malédiction des ressources” dans sa politique intérieure, avec une économie intégrée à l’économie mondiale en profitant des nouvelles technologies. “Ce scénario est subordonné au changement du système de gouvernance”, indique M. Benbitour. Mais il y a l’autre scénario, catastrophique celui-là. “On sera dans une économie malade de ressources sans ressources, aggravée par son économie totalement marginalisée parce qu’elle a subi la contagion sans se mettre au diapason de l’économie mondiale”. L’ancien Chef du gouvernement a averti qu’il faut se mettre dès maintenant à travailler pour éviter “le scénario catastrophe” en commençant par des changements profonds visant à mettre en place un État fort impliquant des institutions fortes. L’orateur a également abordé la crise financière internationale en affirmant qu’elle sera endiguée “dans trois ou quatre ans”, mais qu’elle ne sera pas totalement dépassée.
M. T.

shadok
19/02/2009, 21h50
Les analyses de Benbitour sont très justes. Tout est dit dans cette phrase :

L’un, très favorable, qui consiste à la préparation du pays à l’après-pétrole en éliminant “la malédiction des ressources” dans sa politique intérieure, avec une économie intégrée à l’économie mondiale en profitant des nouvelles technologies. “Ce scénario est subordonné au changement du système de gouvernance”, indique M. Benbitour.

absent
20/02/2009, 19h49
Sans blagues??

Est il en train d'avouer que Boutef s'en ira avant 2020?? Je l'espère. Malheureusement, le président qui lui succèdera devra faire des tours de magies pour sortir de l'argent, étant donné que nous n'avons investis en rien!!! Mais ça, Boutesrika s'en fou, tant qu'on se rappellera qu'à son époque il y avait de l'argent, c'est bon (Moi je me rappelle surtout que c'est le SEUL président, à avoir eu un baril à 150$, pouvons nous dès lors juger de ses réalisations ou plutôt celles de l'argent, comme celle des autres présidents??).

Cookies