PDA

Voir la version complète : Prend l'expemple mr.bouteflika


kalus
23/02/2009, 12h44
La première cible du nouveau président des états - unies n’a pas été Ben Laden, mais la Suisse et son fameux secret bancaire. Sur les bords des lacs Léman, de Zurich et de Lugano, c’est la panique.

Quand les Européens négocient avec les paradis fiscaux, cela se fait poliment autour d’une table, et cela prend des décennies. Les Américains utilisent des méthodes un peu plus musclées. « Vous êtes complices de vos clients fraudeurs et nous allons vous inculper », ont-ils dit aux dirigeants de l’UBS, la principale banque suisse. Et en prime, « nous pouvons vous supprimer votre licence bancaire sur le sol américain ». Pour étouffer l’incendie, l’UBS a fourni la semaine dernière les noms de 250 de ses clients, susceptibles d’avoir fraudé le fisc, au Département de justice américain. En prime, la banque helvétique accepte de payer une amende de 780 millions de dollars au fisc américain.

En clair, le numéro un mondial de la gestion de fortune a balancé les noms de certains de ses clients, avec la bénédiction du gouvernement suisse et de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Cette décision n’est pas seulement une trahison. Elle bafoue tout simplement le droit suisse. En effet, au pays du chocolat et de la montre de précision, écorner le secret bancaire est un délit, passible d’une peine de six mois de prison.

taurus
23/02/2009, 13h42
et a quand nos vole...... pardon nos fraudeurs algeriens qui ont des comptes en suisse ?????

absent
23/02/2009, 14h05
C'est pas pour tout de suite, ils dirigent encore.
Tu sais que l'algérie marche à la soumission. Lorsqu'on aura un président honnête qui voudra juger tous ses prédécesseurs qui ont volés le pays, là la suisse lui passera les comptes de boutesrika, et les gens qui le soutienne maintenant applaudiront comme par hasard l'acte courageux de ce président honnête, et feront semblant de n'avoir jamais soutenu Boutesrika.

Neutrino
23/02/2009, 15h26
et a quand nos vole...... pardon nos fraudeurs algeriens qui ont des comptes en suisse ?????

Non. Ceux-là, ils peuvent compter sur leur gouvernement pour les défendre: Attention!Si vous divulguez quoi que ce soit: rupture des relations diplomatiques! ;)

ombreetpoussiere
23/02/2009, 16h56
Nos voleurs n'ont pas besoin d'aller en suisse, ils ont d'autres comptes ailleurs bien cachés

DZone
23/02/2009, 17h32
Prend l'expemple mr.bouteflika
Trés bon article mais je vois aucun rapport avec le titre ; argumentez ou le cas échéant , donnez la source SVP!

absent
23/02/2009, 20h05
Trés bon article mais je vois aucun rapport avec le titre ; argumentez ou le cas échéant , donnez la source SVP!
Qui a dit que l'article est tiré d'un journal??

Le titre a été donné par celui qui l'a écrit, étant donné qu'il en est l'auteur, il écrit ce qu'il veut.

kalus
24/02/2009, 11h52
**************
titre : Obama perce le secret bancaire suisse

absent
24/02/2009, 15h09
Je ne vois le rapport entre le titre et le contenu.

Il faut rappeler qu'à la base, c'est une demande de la justice fédérale qui instruisait des affaires de fraudes au FISC (entre 2002 et 2007) : ça n'a pas grand chose à avoir avec Obama : le document initial a été présenté en juillet 2008.
La banque a consenti à donner quelques noms, mais la justice américaine a demandé à UBS de lui fournir tous les numéros de compte et les identités des titulaires américains : La chose était impensable pour la Suisse, dont le secteur bancaire attire par sa politique de secret.
Et aussi puissante que soit la pression américaine (supprimer la licence de la banque aux USA), le bras de fer a été tendu. C'est la crise qui a fait qu'UBS ne pouvait se permettre de perdre le marché américain, la banque a accepté de verser 780 millions de dollars à la justice américaine à titre compensatoire , elle a aussi livré les identités des clients qu'elle a aidés à échapper au fisc américain (reconnaissant ainsi sa responsabilité).

DZone
24/02/2009, 15h31
Merci Ulysse213 pour ces précisions.

absent
24/02/2009, 15h32
Je t'en prie l'ami.

Cookies