PDA

Voir la version complète : Dossier : Les Harragas en Algérie, l’autre tragédie nationale


absent
23/02/2009, 14h06
lundi 23 février 2009.
Le sort de nombreux jeunes Algériens est dramatique. Ils se retrouvent, après de dures épreuves, devant deux choix difficiles : se résigner à vivre dans la précarité et le chômage en Algérie en attendant la concrétisation des promesses des responsables ou tenter la traversée dangereuse de la


Méditerranée et, s’ils sortent indemnes de l’aventure, vivre dans la clandestinité en Europe jusqu’à leur expulsion. Une véritable impasse.
Les jeunes eux-mêmes n’arrivent pas à comprendre qu’ils soient arrivés là au moment où le pays regorge d’énormes ressources financières. A défaut, donc, de perspectives et de prise en charge, de nombreux jeunes ont opté pour la harga comme ultime solution. Une saignée supplémentaire qui s’ajoute à la fuite des cerveaux qui a déjà vidé le pays de son élite.
Devant les proportions prises par le phénomène, les autorités ne semblent avoir trouvé que la solution de la dissuasion : six mois de prison ferme pour ceux qui tentent de quitter le territoire par des voies illégales.


Aveu d’impuissance
La pénalisation de l’émigration clandestine par les autorités, comme moyen de mettre un terme à la recrudescence du phénomène des harragas, n’a pas eu l’effet escompté.

En témoignent les chiffres qui ne cessent d’augmenter. « C’est une crise, voire une tragédie nationale, un problème sérieux qui touche la société algérienne dans ses valeurs », a déclaré récemment le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, à propos de l’émigration clandestine. Après s’être interrogé sur les motivations de ces milliers de jeunes qui préfèrent mourir au large de la Grande Bleue, le chef de l’Exécutif a estimé « désolant de voir de jeunes harragas se jeter à la mer ». « Au mieux, a-t-il ajouté, quand ils arrivent à l’autre bout de cette mer, ils font des tâches de misère, des tâches semi-esclavagistes. »

Selon lui, la question n’est pas de déterminer « qui a raison et qui a tort » mais de s’interroger « sur les raisons du sentiment du désespoir, une question qui devrait trouver une réponse non seulement auprès de l’Etat mais aussi auprès de toute la société ». Les autorités ont, pendant longtemps, ignoré l’ampleur de ce qu’il convient d’appeler « la tragédie nationale des harragas ». Une indifférence qui s’est traduite par l’absence d’une stratégie visant à dissuader les jeunes de tenter le diable ou, du moins, réduire le nombre des candidats à cette entreprise suicidaire. Pour le Premier ministre, le « problème se pose en termes de donner à cette jeunesse une flamme d’espoir pour croire en son pays ». Un espoir qui tarde à émerger malgré les milliards de dollars dont dispose l’Algérie. Pourtant, les motivations de ces jeunes désemparés et perdus sont connues de tous, y compris des responsables. Ils sont tout simplement à la recherche d’une vie meilleure.

Le chômage, la crise du logement, la cherté de la vie et l’absence de perspectives et de prise en charge sont autant de facteurs qui poussent la jeunesse à vouloir partir vers des horizons incertains. Pourtant, aux yeux de Hocine Zehouane, président de la Ligue pour la défense des droits de l’Homme, l’Algérie n’est pas prédestinée à vivre un tel drame, étant « un pays émergent, possédant des moyens, des potentialités et une jeunesse instruite ». La catégorie des 25-40 ans « se retrouve dans une impasse et coincée, elle sombre », poursuit-il en regrettant l’absence de réaction de la part des autorités devant les 600 dépouilles de harragas qui risquent d’être incinérées en Espagne. « C’est une honte pour l’Algérie de voir ses enfants incinérés ! », assène-t-il.

Le gouvernement a opté pour une politique répressive face aux jeunes Algériens voulant quitter le pays par des voies illégales. Une démarche vouée à l’échec, selon les spécialistes pour la simple raison que les jeunes candidats à l’émigration clandestine encourent des risques beaucoup plus élevés que la sanction prévue par la loi. Autrement dit, les harragas, qui bravent la mer et ses dangers, ne peuvent, en aucun cas, avoir peur des six mois de prison dont ils sont désormais passibles. Ainsi, les pouvoirs publics sont appelés à cerner sérieusement le problème en allant aux origines du drame et ne pas se contenter de réprimer un acte qui n’est que la conséquence d’une situation de désespoir extrême...

Les chiffres du drame
Le nombre de cadavres de harragas repêchés au large par les gardes-côtes de la Marine nationale, a triplé en l’espace de quatre ans.
De 29 en 2005, il est passé à 98 en 2008. Le phénomène de l’émigration clandestine devient, ainsi, de plus en plus préoccupant, voire alarmant. Depuis des années, la courbe des jeunes fuyant le pays vers d’autres cieux est ascendante. Les mesures judiciaires répressives, mises en place récemment par les autorités en vue de mettre un terme au phénomène de la harga, semblent, en définitive, n’avoir aucun effet sur la volonté intransigeante des jeunes de gagner l’autre rive de la Méditerranée.
Le bilan de ces dernières années établi par le commandement des forces navales confirme cette tendance qui va de mal en pis. En effet, 2008 a été l’année la plus meurtrière pour les harragas. Les services en question ont repêché 98 corps sans vie, soit une hausse de 37% par rapport à l’an 2007 durant laquelle les gardes-côtes avaient enregistré 61 morts. Pour la même période, les forces navales ont effectué 88 interventions dans le cadre de la lutte contre ce fléau.

Ces opérations ont permis l’interception de 1 327 jeunes Algériens en majorité âgés, précise le bilan, entre 21 et 29 ans. La majorité de ces émigrés clandestins, note la même source, provient de la côte Est du pays avec 636 dont 442 viennent de la seule wilaya d’Annaba.
Il est aussi établi que les harragas effectuent, généralement, leur traversée en été, en raison des conditions climatiques favorables en cette période de l’année. Une hausse sensible du nombre de morts et de tentatives de traversée est nettement perceptible par rapport aux quatre dernières années. En août dernier, 246 personnes ont été interceptées. En 2007, les forces navales ont intercepté 1 259 clandestins et 61 corps sans vie ont été repêchés au large des côtes. Le bilan de l’année 2006 s’élevait, quant à lui, à 1 016 personnes interceptées et 73 morts par noyade repêchés. Le nombre en 2005 n’a été que de 335 et 29 cadavres repêchés. En somme, de 2005 à 2008 il y a eu 261 morts en mer et 3 937 personnes interceptées par les forces navales.

Ainsi, les rangs des candidats à l’émigration clandestine grossissent de jour en jour et l’année en cours s’annonce déjà chargée pour les gardes-côtes qui ont intercepté, au cours des dix premiers jours du mois de janvier, 17 harragas au large des côtes de Mostaganem. Toutefois, ces chiffres, faut-il le souligner, ne reflètent pas en réalité l’ampleur et l’étendue du phénomène puisqu’ils ne mentionnent pas le nombre de disparus en mer, les cadavres repêchés par les gardes-côtes étrangers et les harragas arrivés à bon port. A cela, il faut ajouter les personnes qui ont été refoulées d’Europe.
Selon la même source, pour la seule année 2008, 639 clandestins interceptés ont été refoulés par les autorités de différents pays européens. Un chiffre également en hausse par rapport à ceux des années 2007 et 2006 où l’on a enregistré 189 et 532 cas de refoulement respectivement. Durant ces trois dernières années, 1 360 émigrés clandestins ont été interceptés puis rapatriés.

De Charybde en Sylla
Même si, par miracle, ils réussissent la traversée, ce qui n’est pas souvent le cas, les harragas se retrouvent face à la police sur l’autre rive.
Être un harraga, c’est courir des risques inconsidérés pouvant aller jusqu’à la mort, et souvent pour rien. Les rescapés de ce genre d’aventures ont dû certainement le comprendre à leurs dépens. Tout commence après avoir mis les pieds dans l’embarcation de fortune fabriquée quelque part, achetée à prix fort ou appartenant à un réseau de passeurs. Un prix qui peut atteindre la bagatelle de 200 000 DA, non remboursables en cas de pépin, pour chaque personne participant à cette « croisière meurtrière ». Une fois le moteur mis en marche, c’est le début d’une aventure à l’aboutissement incertain.

Cependant, de nombreux éléments conditionnent la réussite d’une telle entreprise. « Même le hasard », disent certains jeunes l’ayant tentée. Les conditions météorologiques qui doivent être des plus favorables, la maîtrise de l’itinéraire du voyage, le moyen de navigation et le matériel dont il est équipé, ainsi que les denrées alimentaires et l’équipement de sauvetage emportés comptent beaucoup dans la réussite des traversées maritimes.
Mais, pour nos malheureux harragas, les passeurs ne proposent que des zodiacs ou des barques généralement vétustes et hors d’usage. Mais pour les jeunes tombés dans le piège une fois l’argent déboursé, le retour en arrière est souvent impossible.


...a suivre.

absent
23/02/2009, 14h07
Même s’ils dépassent cette étape, les harragas sont, dans la plupart des cas, interceptés par les gardes-côtes avant même qu’ils quittent les eaux territoriales nationales. Les forces navales ont multiplié ces derniers temps leurs patrouilles tout au long de nos 1 200 km de côtes dans l’objectif d’enrayer ce phénomène. Les 3 937 interceptions effectuées ces quatre dernières années en sont la preuve. Ceux qui échappent à ces filets tendus par les gardes-côtes n’arrivent pas forcément à bon port en raison d’autres impondérables liés aux aléas de la météo et parfois à l’état de l’embarcation.
De nombreux harragas ont été, en effet, portés disparus en mer avant que leurs cadavres ne soient rejetés par les vagues sur différentes plages. Selon l’association caritative italienne Fortress, au moins 1 502 personnes sont mortes en 2008 en tentant de rejoindre les côtes européennes dans le détroit de Gibraltar, au large des îles Canaries, en mer Egée, mais aussi dans les déserts d’Afrique. Pour ceux qui échappent à ce terrible sort, les malheurs ne sont pas pour autant finis. Ils ne font parfois que commencer. Comment vivre, en effet, sans papiers, sans ressources et sans travail dans des pays qui déploient de plus en plus de moyens pour lutter contre l’émigration clandestine. Quoi qu’il en soit, les jours d’une personne vivant en « cavale » sont comptés et son expulsion n’est qu’une question de temps. Ainsi, le rêve se transforme vite en cauchemar et l’envie du retour au pays sonne alors comme une délivrance.

Le tour de vis de l’UE
La lutte contre l’immigration clandestine est devenue, au fil des années, la préoccupation majeure des Etats européens, destination prisée de tous les harragas de la rive sud de la Méditerranée. Outre le durcissement des conditions d’obtention du visa et le renforcement des procédures d’expulsion, l’UE déploie d’énormes moyens pour enrayer l’immigration clandestine.
Le 15 janvier dernier, quatre pays de l’Union européenne, l’Italie, la Grèce, Chypre et Malte, ont demandé à leurs partenaires des actions concrètes et communes contre l’immigration clandestine, lors d’une réunion à Prague. « Nous demandons un renforcement de Frontex (agence européenne chargée de la gestion de la coopération aux frontières de l’UE), et la conclusion d’accords bilatéraux européens avec les pays d’origine des clandestins sans lesquels il est très difficile pour chaque Etat membre de procéder aux expulsions », a expliqué le ministre italien de l’Intérieur. « Il s’agit du début d’un processus. La constitution de notre groupe est importante car nous représentons les pays qui subissent le plus la pression de l’immigration clandestine en Méditerranée orientale », a-t-il insisté.
Plus de 67 000 personnes ont traversé la Méditerranée pour demander l’asile en Europe en 2008, dont plus de la moitié est arrivée en Italie et à Malte, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). L’Italie, à elle seule, a vu débarquer sur ses côtes 36 900 immigrés durant l’année écoulée, un chiffre en hausse de 75% par rapport à 2007. Pour la même période, 2 770 immigrés, dont plus de 1 400 Somaliens, sont arrivés à Malte, le plus petit Etat de l’Union européenne. La Grèce et Chypre constituent pour les clandestins des points de transit pour rallier les pays de l’Europe de l’Ouest. Toujours dans le cadre du renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine, le Parlement européen a prévu, dans une loi soumise à approbation, des sanctions pénales pour les employeurs de sans-papiers, afin de sensibiliser les entreprises et les particuliers à la lutte contre ce phénomène.
Le texte devait être approuvé en session plénière le 19 février . Entre 4 et 8 millions de sans-papiers travaillent en toute illégalité dans le bâtiment, l’hôtellerie et l’agriculture dans l’UE, précise le rapport du Parlement.


Madjid Talbi — Infosoir
Source- El Annabi

absent
23/02/2009, 19h12
Le sort de nombreux jeunes Algériens est dramatique.
Nombreux?? combien d'algériens vivent dans le bonheur?? 2%? 5%??:22: :22:

Davos
23/02/2009, 19h50
Quand on possede TROIS bosses lui meme,on ne saurait fomenter des simagrets sur la bosse du voisin.

Admire un tant soit peu votre statu imemorial,de grands vadrouilleurs du dimanche devant l'eternel:


En guise d’avenir, l’exil

Les Marocains rêvent d’Europe

Plus de 100 000 Marocains tentent chaque année de traverser clandestinement le détroit de Gibraltar pour gagner l’Europe, nouvelle terre de toutes les promesses. Pour des milliers d’entre eux, ce rêve se termine tragiquement. Pourtant, le drame des noyés du détroit ne dissuade nullement de plus en plus de jeunes Marocains de tenter à leur tour l’aventure. Pourquoi partent-ils ? Il y a d’abord la conviction qu’un pays où les structures sociales demeurent désespérément archaïques, voire féodales, n’offre pas aux nouvelles générations de véritables perspectives d’avenir. Il y a ensuite l’irrésistible attrait qu’exerce l’image des pays européens diffusée par les chaînes de télévision du Nord qui inondent désormais tout le Maghreb. Mais il y a loin du mirage à la réalité...

Par Pierre Vermeren(monde diplomatique)



Et du cote de l'italie ce n'est pas mieux,puisque de tout le contingent de postulants au "hrig"....a l'emigration clandestine vers ce pays,les marocains sont les plus nombreux.

L’Italie et la Sicile, avec Lampedusa, font face au même drame.
22.016 émigrés, dont 8.146 Marocains, 4.200 Egyptiens et 2.859 Erythréens, ont ainsi accosté en Italie après l’interception de leur embarcation, selon le bilan du ministère italien de l’Intérieur.


http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1048

absent
23/02/2009, 20h57
Quand on possede TROIS bosses lui meme,on ne saurait fomenter des simagrets sur la bosse du voisin.

Admire un tant soit peu votre statu imemorial,de grands vadrouilleurs du dimanche devant l'eternel:

On Sait Bien que le Meilleur Moyen Pour se Défendre C'est D'attaquer :lol:

Faut Pas Avoir Ce Sentiment d'etre Attaqué qd meme :p , Le Titre Parle de Harragas Algériens , As Tu qqe Chose à Dire La Dessus ? :p

bledard_for_ever
23/02/2009, 21h12
en algérie on en parle et il faut encore matraquer et en parler.. un harrag qui meurt en mer... c'est l'echec de toute une nation.

Rien a voir avec le credo de maroc: un harrag = une bouche en moins à nourir ou un MRE en plus au meilleurs des cas.

chaque nation sur le même problème sa honte ou sa fierté..

iwamachngoulek
23/02/2009, 21h38
Nombreux?? combien d'algériens vivent dans le bonheur?? 2%? 5%??:22: :22:faut pas prendre ton cas pr une generalité khoya:confused:


bref c triste mais c vrai et c comme ca le "harragisme" c un fléau qui touche bcp l'algérie , et le maroc
les maghrébins ne supportent pas de vivre dans la misere,

on s'y adapte moins que les africains du sud et du centre ,

noubat
23/02/2009, 21h56
Les Harragas en Algérie, l’autre tragédie nationale

dans les pays occidentaux, les jeunes sont la force et la richesse de demain, malheureusement la plupart des pays font face à une baisse de natalité, mais ce n'est pas pour cette raison qu'ils vont ouvrir les frontières pour les Africains, ils préfèrent une immigration choisie.

rouge et or
24/02/2009, 00h08
le chomage, la misere, la malvie (je ne sais comment l'ecrire, tellement c'est moche) la parabole, tout ce reve véhiculé par les médias. Il faudrait, en plus d'une gestion plus saine du pays, montrer de temps en temps le calvaire de ces immigrants qui vivent pire que les SDF en occidants. chasés par les polices le jour, ils ne peuvent, les maheureux, sortirent que la nuit. parfois ils sont rendus a se voler entre eux pour ne nourir. misère au calvaire...

rouge et or
24/02/2009, 00h10
mano quel logiciel tu utilises pour avoir la premiere lettre de chaque mot en majiscule. ya khouya tu me donnes le tourniquet...

Davos
24/02/2009, 01h32
guerre civile, insecurité, harragas, 9ar9oubi, sida, homosexualité, débauche, hittisme, chomage, hogra, économie primitive, ...........et on se demande pourquoi les gens fuient le bled......
faites table rase et reconstruisez votre pays si vous voulez que les gens ne se suicident et ne plongent pas dans la gueule des requins.....

Qu'est ce qui se passe tu fais une projection de vos tares sur l'Algerie?

Mais a y voir de plus pres,au Royaume du vice et des moeurs legeres,on devrait ajouter allegrement a cette liste pour avoir une image plus prenante:

Les courbettes aux etrangers,defroquage en serie,lechage de mains,prostitution endemique, debauche a l'echelle industrielle,Thailand de la mediterannee,narco-trafiquants,floraison d'un cinema d'un type tres speciale tourne par les etrangers dans les Riads de marrakesh,homosexualite rampante(tout ces petits vieux coquins europeens ne me contrediront surement pas!)pedophilie omnipresente,exportation de chair fraiche vers l'europe,israel et les pays du golfe,les petites boniches qui font office d'esclaves a tout faire,les Bidonvilles a profusion,chomage qui prend des allures de fleau national,des harrags par milliers,55000 enfants des rues,vous survivez grace a la SADAKKA et aux aides humanitaires internationales,une economie embryonaire aux mains des francais et des espagnoles,le secteur de la sante et de l'education sinistres,123eme au classement du developpement humain derriere le gabon,le bonnet d'ane du maghreb en education......les souffifres des sionistes....servilite,fourberie,lachete legendaire...sebta et mlilia et la demi douzaine d'iles a dix metres de vos cotes sous la botte des conquistadors espagnoles,qui vous collent a la peau comme un badge de desohonneur.....

A votre place,je me ferais tout petit et je tairais ma nationalite!

absent
24/02/2009, 01h32
rouge et or


mano quel logiciel tu utilises pour avoir la premiere lettre de chaque mot en majiscule. ya khouya tu me donnes le tourniquet...

:mrgreen: :mrgreen:

Il S'Agit Du Logiciel '' Doigtmano 2009 '' :mrgreen:

Davos
24/02/2009, 01h43
Fdahitkoum kbira dans dout les pays,la tache noire du monde arabe et tu oses ramener ta poire:22:



Nom d'une pipe bourree de hashish...mais ce makhzeniste lobotomise est un vrai masochiste:D

rouge et or
24/02/2009, 02h19
guerre civile, insecurité, harragas, 9ar9oubi, sida, homosexualité, débauche, hittisme, chomage, hogra, économie primitive, ...........et on se demande pourquoi les gens fuient le bled......
faites table rase et reconstruisez votre pays si vous voulez que les gens ne se suicident et ne plongent pas dans la gueule des requins.....

il y a des millions de marocains, qui eux aussi vivent à l'etranger. D'après toi qu'est ce qui les a fait fuire? est ce le bonheur dans lequel ils vivaient?

rouge et or
24/02/2009, 02h20
mano,

il faudra que tu me donnes ta recette!!! pour upper caser mes mots:)

galem99
24/02/2009, 06h52
guerre civile, insecurité, harragas, 9ar9oubi, sida, homosexualité, débauche, hittisme, chomage, hogra, économie primitive, ...........et on se demande pourquoi les gens fuient le bled......
C est vrai tout ça , je suis algerien et je reconnu tout ces problemes , et je demande aussi pourquoi le roi n arrete pas d applé l Algerie a ouvrir ses frontiere ? ! .

houari16
24/02/2009, 08h03
et je demande aussi pourquoi le roi n arrete pas d applé l Algerie a ouvrir ses frontiere ? ! .

Bjr galem99
** Personne n a le courage de te répondre objectivement en traçant la réalité économique et social du Maroc … ?
-s attendre à une réponse farfelue , tati tata ….Med/Tanger …..Renault /assemblage …..etc..

absent
24/02/2009, 13h50
== MODERATION==
Evitez les provocations et pollutions de topics. Relisez ET respectez la charte.

TAGHITI
24/02/2009, 16h06
Excusez moi d´avoir poster ce sujet qui fache sur ce forum, puisque apparement il n´y a pas de phenomene de Harraga en Algerie.

Heureusement que l´auteur est un site algerien, sinon... .non, aucun problème, tu ne viens pas de briser un tabou, car toute la presse nationale et même nos dirigeants en parlent, et ce depuis queluqes années déjà! La dernière dénonciation de ce fléaut qui fait honte à nous algeriens venait de la bouche d'un certain Mohammed Said, un candidat aux prochaines présidentielles!

Ceci dit, si certains jeunes risquent leurs vie par désespoir, d'autres le font par aventure, tjrs derrière cette image paradistique de l'occident, souvent trop trompeuse!

Rappelles-toi mon ami Laaziz que Le Maroc enresgistre le même phénomène, mais lui donne une retouche spéciale et scandaleuse: c'est que des parents marocains poussent et encouragent leur enfants au Hrrig, pour la simple raison que les enfants rsiquent moins des poursuites judiciaires et ont de meilleures chance d' y planter le clou une fois arrivés en espagne for example., mieux que des adultes qui se font renvoyer vite et sans grand problème! *

Voilà ce qui est un tabou quand une société va jusqu'à sacrifier leurs propres enfants dans le but d'une vie meilleure, !!!!

*C'est ce que j'ai lu une fois dans un article ici sur Internet, et si j'arrive à vs trouver l'article, je le posterais ici ou pour ouvrir un autre Topic, si vs le désirez!:lol:

absent
24/02/2009, 16h22
Rappelles-toi mon ami Laaziz que Le Maroc enresgistre le même phénomène,

le sujets parle des harragas algeriens. Si tu veux parler du Maroc tu ouvres un nouveau post!

absent
24/02/2009, 16h30
Le phénomène de l'immigration clandestine répondant souvent à des mécanismes analogues en Afrique en général et au Maghreb en particulier, il n'y a nulle inconvenance à évoquer la situation marocaine afin de mettre plus en lumière ce phénomène et de le replacer dans la perspective plus générale des rapports nord / sud.

TAGHITI
24/02/2009, 16h32
le sujets parle des harragas algeriens. Si tu veux parler du Maroc tu ouvres un nouveau post!

justement , il n'y rien de nouveau dans ce que tu postes! Ce n'est pas un tabou, ni dans notre société ni dans les médias, ni dans les débats politiques!

par contre qunad des parents marocains poussent et encouregeant leur petits enfants au Hrrig, reste un tabou au Maroc et un scandale dans l'histoire comptemporaine des droits de l'enfant, cet enfant qui appartient au bancs de l'école et non sur les barques artisanles de Tanger!

iwamachngoulek
24/02/2009, 17h46
vous ne voyez pas plus loin que le bout du nif apparement

4 millions de pauvres au maroc et ca se permet de faire des lecons de morale

bilna18
24/02/2009, 18h10
== MODERATION==
Evitez les provocations et propos insultants . Relisez et respectez la charte.

TAGHITI
24/02/2009, 18h41
grace au harragas algerien les boulvard bardes a changer de nom on l'apel maintenant malboro street

Et toi qu'est ce que tu vends: tiens je te propose d'aller rejoindre tes compatriotes en Espagne dont les rues ont étées aménagé en zetla-street!

non, mon ami laaziz, si ces jeunes ont réussi à échapper á une mort certaine, faut dire lhamdoulah, et vendre des cigaretes n'est pas un crime en France (corriges-moi si je me trompe), par contre vendre la drogue marocaine oui, wella wash goult fiha hadi, ya marreg;)

silence2
24/02/2009, 18h43
koune au moins jat ghir fa zatla ,le probleme n'est pas la ...y a pire et ils le savent bien
pas la peine qu'on cite :redface:

TAGHITI
24/02/2009, 18h48
koune au moins jat ghir fa zatla ,le probleme n'est pas la ...y a pire et ils le savent bien
pas la peine qu'on cite

oui, j'ai voulu lui rester ardh-ardh, sans aller lui citer d'autres commerces plus vulgaires et encore moins humains!! ;)

Cookies