PDA

Voir la version complète : Chrysler veut introduire les voitures électriques en Algérie


mendz
26/02/2009, 11h39
Il arrive avec des voitures électriques, des usines de montage, voire de production de pièces de rechange. Le géant automobile germano-américain Daimler Chrysler a annoncé hier, la signature d’un contrat de partenariat avec le groupe GMS Motors Algérie.

En effet, lors d’une conférence de presse animée à l’occasion de la fin de la visite de la délégation économique américaine, Steve Corle, vice-président chez Daimler Chrysler, a indiqué que le groupe automobile a «signé un contrat de partenariat avec le concessionnaire algérien GMS Motors».

Ce dernier a été motivé, selon ce responsable, par la place que détient l’Algérie dans le marché automobile en Afrique et portera dans un premier temps sur «l’exportation et la commercialisation de quelque 2000 véhicules par an». Il portera également sur la commercialisation en 2011, de la première gamme de voitures électriques en Algérie.

«Nous voulons ramener en Algérie entre 2011-2012 de nouvelles gammes de véhicules, notamment électriques (...) les voitures seront 100% électriques et autonomes, et pourraient atteindre une vitesse de 300km/h», a indiqué M.Corle à l’issue de sa visite de quatre jours en compagnie d’une trentaine de businessmen amércains.

Ce contrat de partenariat ne s’arrête pas là. Le président du groupe a également évoqué la possibilité que le groupe automobile implante une usine de montage en Algérie, voir de production de pièces de rechange.
Il a indiqué dans ce sens: «Notre premier accès au marché algérien sera en tant qu’importateur de véhicules, mais si nos produits sont appréciés, on pensera à mettre en place une usine de montage.»

Une information confirmée par Smail Chikhoun, président du Conseil d’affaires algéro-américain, qui a déclaré: «Dans un premier temps, ils ont eu à discuter sur la distribution de véhicules (...), ils vont peut-être penser à créer des usines de montage de certaines pièces de moteurs en premier lieu et peut-être de produire des pièces de rechange plus tard.» Cette annonce est la première, depuis la décision des opérateurs chinois, iraniens et français de geler des projets similaires pour aller investir dans les territoires voisins.

Pour Don De Line, président du conseil d’administration du Conseil d’affaires algéro-américain (US-ABC), cette décision est surtout motivée par la volonté des entrepreneurs américains de redynamiser le secteur automobile, épine dorsale de l’économie américaine, aujourd’hui dans un stade de ralentissement total, et ce dans de bonnes conditions.

Il estime dans ce contexte que l’Algérie offre l’un des meilleurs climats d’investissement en ces temps de crise, et constitue une chance pour les entrepreneurs américains. «C’est une opportunité parfaite», a-t-il assuré lors de son discours.

Interrogé sur les obstacles que rencontrent ces derniers en prospectant le marché algérien, M. De Line a rétorqué qu’«il n’y a pas vraiment de problème pour le moment».

Une affirmation rejetée par le chef de la section économique de l’ambassade d’Algérie à Washington. En effet, Amor Nedjai a indiqué qu’il y avait beaucoup d’appréhension chez les hommes d’affaires américains suite aux dernières décisions gouvernementales dans les domaines pharmaceutique et industriel.

La première concerne l’interdiction d’importer certains médicaments génériques, alors que l’autre porte sur la détention algérienne à un taux majoritaire de 51% des parts dans les contrats avec des partenaires étrangers.

Il a toutefois nuancé ses propos en indiquant que cette visite a permis à ces investisseurs potentiels de mieux comprendre ces nouvelles dispositions.

Par ailleurs, il a indiqué que d’autres contrats ont été conclus lors de cette visite d’affaires. Il a cité à titre d’exemple, celui de la société nationale Hydro 3 activant dans les travaux hydrauliques, qui va signer le premier mai prochain lors d’une cérémonie à Seattle (Etat de Washington), un accord avec Breaking Forishing, compagnie experte dans le nettoyage des barrages et des cimenteries.

Yasmine ZOUAGHI (L'Expression)

Atlantic
26/02/2009, 11h44
Alors comme ça on joue les cassandre avec Renault qui a des difficultés mais qui est malgré tout bénéficiaire

et on s extasie devant Chrysler qui est officiellement au bord du dépot du bilan et dont le Monsieur qui parle ne sait même pas s il sera la la semaine prochaine:rolleyes:

Bonne chance en tout cas. Espérons que ca se réalisera cette fois!

Kerbache
26/02/2009, 11h53
*****

== MODERATION ==
Soyez poli et évitez les messages vulgaires - Lisez la charte du forum.

mendz
26/02/2009, 11h53
et on s extasie devant Chrysler qui est officiellement au bord du dépot du bilan et dont le Monsieur qui parle ne sait même pas s il sera la la semaine prochaine:rolleyes:

Bah si ça peut te rassurer, Chrysler ne fera pour le moment que la commercialisation de ses véhicules en Algérie :lol:

Et ne promet pas une usine de 400 000 véhicules alors que les marchés s'écroulent partout.

Kerbache
26/02/2009, 12h10
je viens de visiter leur site,, et il y a aucune information qui mentionne qu'ils envisagent d'implanter une usine en algérie,,, c'est de pur imaginaire de notre gouvernement,,, c'est le moment,, vous allez entendre ces jours pas mal d'annonces,, genre création d'un fond d'investissement,, création de 3 millions de logement,, REALISATION D'UNE AUTOROUTE VERS LE PARADIS,,,,,, le couchemare continu,,

Arès
26/02/2009, 13h49
Davos
tu vois le marocain partout... ils ont réussi a te rendre suspicieux toujours a la défensive:mrgreen: ... décompresse man ... décompresse ... ;)

De toute façon la voiture électrique en Algérie n’est pas pour demain,.... une usine de montage encore plus loin ,... et encore plus loin une voiture électrique qui peut atteindre les 300 km/h:mrgreen:

DZone
26/02/2009, 14h17
«Notre premier accès au marché algérien sera en tant qu’importateur de véhicules, mais si nos produits sont appréciés, on pensera à mettre en place une usine de montage.»
Dans la vie de tous les jours , on n'a rien sans rien , il faut que les Algériens se détournent des constructeurs qui ne souhaitent que nous vendre leurs produits et se tourner vers ceux qui veulent créer des emplois chez nous ! Par nos achats , on donne du travail ailleurs mais qui donne du travail aux Algériens sans emploi ? Les hydrocarbures sont des ressources épuisables qui ne doivent servir qu'au développement du pays et non pas à etre un marché ouvert à tous les vents.

Arès
26/02/2009, 14h55
mais si nos produits sont appréciés

Comment va-t-on apprécier cette appréciation ?
Si cette société sans investir arrive malgré ca à faire un chiffre d'affaire faramineux pense tu qu'elle pensera a délocalisé (monter) son usine ? Pourquoi ? Ses produits son déjà très appréciés…pourquoi ce casser la tête …

Mettre comme conditions à un montage d’une usine l’appréciation du produit importé est pour moi un non sens et s’enregistre dans la continuité avec ceux qui ne font que fourguer leurs marchandises sans prendre de risques…

Kerbache
26/02/2009, 16h23
dans ce forum dés qu'on commence à dire des vérités,, soit certains forumiste tu traite de marrocain,, soit l'admin supprime ton message. c'est la réalité algérienne quoi. comme en 2001 en kabylie, le gouvernement a commencé de lancer sa famause phrase "c'est une main étrangère qui est derrière les manifestations" maios comme chez nous fakou,, ils ont commencé à nous supprimer ...

noubat
26/02/2009, 21h23
Chrysler veut introduire les voitures électriques en Algérie

chrysler est moribond, il veut peut être se refaire une santé en Algérie avec les dinars en réserve! ??

Cookies