PDA

Voir la version complète : Ras Al Kaimah, l’émirat sans pétrole qui ne connaît pas la crise.


zek
01/03/2009, 19h24
Le taux de croissance devrait atteindre 10% cette année malgré le ralentissement de l’économie mondiale.

« Nous nous attendons à une croissance à deux chiffres pour 2009. Même si elle n’atteint pas ce niveau, je peux vous assurer que se sera l’un des taux le plus élevé de la région. Nous nous attendons à être les moins touchées par la crise actuelle " explique, rassurant, face à la presse économique emiratie, Hassan Hamdan, Directeur général de la région de Ras Al Khaimah du Département du développement économique

Coincé entre Oman et les autres Emirats, Ras al Kaimah affiche une bonne santé économique. "Au cours des dernières années, Ras Al Khaimah a lancé prudemment des initiatives réalistes dans le tourisme et le secteur industriel ", a déclaré Hassan Hamdan Al Alkim. Safeer Shopping Mall, un immense centre commercial, vient d’ouvrir ses portes. La Rak media city s’agrandit et se modernise pour accueillir les grands médias dans une zone exclusive.

Le RAK Free Trade Zone Authority, RAK Media City et RAK Investment Authority soutiennent fortement sur le plan régional et international, l’immobilier, le tourisme, les médias et les communications. Les dirigeants de l’Emirat avance avec pragmatisme et prudence. Moins puissante sur le plan économique et énergique que ses voisins, les résultats montrent pourtant un dynamisme dans une conjoncture difficile. L’industrialisation est le principal fer de lance de cette économie.

Al Alkim, professeur de sciences politiques à l’Université des EAU à Al Ain, souligne que Ras Al Khaimah a connu en 2008 un PIB de 13 milliards de dollars soit une augmentation de 14 % sur l’année 2008.

Les récentes prévisions pour les taux de croissance pour l’ensemble des Émirats arabes unis cette année tourneront autour de 2 à 4%.

L’émirat occupe une place importante au niveau régional et internationale grâce à des entreprises telles que RAK Ceramics et Julphar (Gulf Pharmaceutical Industries).

« Le tourisme est une autre contribution majeure à notre économie et nous nous employons à développer davantage ce secteur. Dans l’hôtellerie de grand luxe, certains projets ont déjà ouvert et d’autres ouvriront dans l’année.

Nous avons une économie sans pétrole, et nous savons que nous avons des défis à relevés. Nous dévoilerons nos plans dans le secteur du tourisme au bon moment. Rak va devenir une destination attrayante et une destination incontournable dans les Emirats », conclut Hassan Hamdam.

http://www.business24-7.ae/Articles/2009/2/Pages/02172009_b938ed261bb8428ebed3e72e13ca9fc9.aspx

Geass
01/03/2009, 19h25
Profiter de la croissance pétrolière des voisins pour assurer son propre développement réfléchi. Très bonne stratégie. Un grand bravo à ce petit pays.

shadok
01/03/2009, 19h45
Voilà un petit pays sérieux qui essaye de s’en sortir. Les princes des pays du Golf ont de bons conseillés. Ils font des choses bien.

zek
01/03/2009, 20h11
La zone franche de Ras Al Khaimah confirme encore et toujours son avance dans les domaines de l'innovation et de la technologie en occupant la tête de la liste des zones franches du Moyen-Orient dans le magazine fDi. Grâce à une infrastructure de pointe, un service amical, des prix compétitifs et un développement en continu, cette zone franche a atteint, aux termes d'une rude compétition, la 17ème place du classement 2008/2009 par le magazine fDi des 100 premières zones franches du futur.

La pittoresque Ras Al Khaimah a également été saluée par le magazine comme la 6ème du top 20 des villes du Moyen-Orient. La ville termine d'ailleurs à la première place dans la catégorie " Villes attirant le plus d'investissements étrangers directs".

Elle est suivie par Abu Dhabi puis Dubaï. Cet honneur a été accueilli avec une fierté empreinte de modestie par cette ville côtière en plein essor. fDi est un magazine d'investissements directs à l'étranger rattaché au Financial Times Business Group. Les zones franches sont classées à partir de 76 critères parmi lesquels on peut citer : le potentiel économique, l'accueil commercial, les infrastructures, la fiscalité locale et autres coûts, l'investissement direct et les ressources humaines entre autres.

Les résultats ont été recueillis depuis des questionnaires envoyés aux zones franches ainsi qu'à des établissements tiers tels que la Banque mondiale et des réseaux d'informations. "Nous sommes très heureux d'avoir reçu cette distinction. Pouvoir se conformer et surpasser les critères rigides fixés par le magazine fDi dans le cadre de ce classement démontre que la zone franche de RAK est un lieu de premier choix pour les sociétés qui cherchent à s'étendre internationalement. Cette distinction souligne le potentiel énorme que la zone de RAK leur offre, " partage Oussama El Omari, Président Directeur Général de la zone franche de RAK.

"Malgré les prévisions économiques actuelles auxquelles nous sommes confrontés, la conjonction de notre assiduité à exploiter un marché au riche potentiel et de l'emplacement stratégique et compétitif que la zone occupe fournira une solution à ces défis," ajoute-t-il. Établie en 2000, la zone franche de RAK a rapidement gagné une réputation prometteuse. Elle offre désormais une solution rentable pour le monde des affaires et du commerce dans le Moyen-Orient.

En dépit du climat économique actuel, cette zone court résolument de l'avant pour proposer à ses clients des services toujours meilleurs ainsi que des infrastructures irréprochables. La zone de RAK poursuit actuellement le développement de son Navigator Business Campus et se prépare à la phase no.2 de son Parc industriel. Au cours des trois années à venir, il est également prévu de lancer des projets phares dont le terminal portuaire à conteneurs et l'initiative de construction de cales sèches.

Des appels aux investissements sur le littoral seront également lancés pour accélérer le flux de compétences avec le Parc d'enseignement, le Centre académique, le Parc aéronautique (Centre de maintenance), le Parc industriel de Al Ghayl et le Downtown Business Plaza. La zone a également dernièrement relancé son site web http://www.rakftz.com ainsi qu'un nouveau forum d'affaires pour ses clients. Ce dernier offre des informations de première importance et constitue une zone libre et un carrefour virtuel pour tous les hommes d'affaires et les agents commerciaux de la région.

La zone franche Ras Al Khaimah (RAK FTZ) est un carrefour d'affaires de dimension internationale ainsi qu'un vecteur de croissance et de développement industriels. Cette zone libre, grâce à sa technologie de pointe et à son approche enthousiaste de la clientèle, propose aux investisseurs des services de soutien à la demande et personnalisés dans un environnement rentable et flexible.

Elle offre également tout un éventail de services uniques d'assistance dans les domaines juridiques, des ressources humaines et du marketing. La zone franche a créé une structure composée de quatre parcs ( le Parc d'affaires, le parc industriel, le parc technologique et le parc industriel de Al Ghayl) qui, tous, offrent les mêmes avantages aux investisseurs.

Appuyé par un système législatif permettant la propriété intégralement étrangère, un environnement défiscalisé, des lois transparentes et un rapatriement de 100 % des capitaux et des bénéfices, cette zone libre occupe une place de premier choix pour le commerce international.

La zone de Ras Al Khaimah est une des zones franches au taux de croissance le plus important au monde. Elle accueille 4 700 sociétés provenant de 106 pays à travers le monde.

February 10. PR Newswire

auscasa
01/03/2009, 23h22
on aprend des choses ici, merci zek.

Cookies