PDA

Voir la version complète : Choisir sa clé 3G pour surfer sur le Web


morjane
12/03/2009, 16h34
Pas si simple d'accéder à Internet avec son ordinateur portable quand on part en week-end ou qu'on n'a ni box ADSL ni borne Wi-Fi à portée. La solution, c'est la clé 3G. Grâce à ce petit accessoire qui se branche sur un connecteur USB (1), on peut se relier aux réseaux des opérateurs téléphoniques, à haut débit si les émetteurs alentour supportent une liaison 3G + (3,6 Mbps) ou à débit plus modeste dans les autres cas, soit en 3G (384 Kbps), soit en Edge (200 Kbps).

Minuscules et faciles à emporter, les clés 3G utilisent une carte SIM, comme les mobiles, mais elles ne permettent pas de passer des appels vocaux. Leur rôle se limite à celui d'un modem sans fil avec les mêmes avantages qu'une liaison Wi-Fi : pas de câble à brancher et une rapidité comparable pour surfer sur le Web et envoyer du courrier électronique. Des arguments qui séduisent de plus en plus d'utilisateurs. Selon l'Arcep, on comptait plus de 800 000 abonnements liés à des clés 3G à la fin du troisième trimestre 2008. Chaque trimestre, 100 000 personnes supplémentaires optent pour cette formule. Commercialisées avec un abonnement spécial, les clés 3G complètent les offres des opérateurs mobiles. On trouve ainsi des formules sans engagement, pour surfer ponctuellement, et des forfaits dont la facturation dépend de la consommation, calculée en durée ou en quantité de données échangées.

Sur le papier, le principe est enthousiasmant. En pratique, tout n'est pas si rose… D'abord, le haut débit promis par les clés 3G ne concerne que les grandes agglomérations et quelques zones du pays. Seul l'accès à Internet par Edge fonctionne à peu près partout en France. Ensuite, si l'installation de la clé 3G est présentée de manière idyllique («branchez et surfez !»), elle demande souvent des réglages subtils pour obtenir la connexion. Enfin, le principe de la facturation à la durée ou au volume de données peut réserver des surprises. Si vous optez pour un forfait à la durée, ne perdez pas votre temps à lire un article sur un site. Votre lecture est comptabilisée même si vous n'échangez pas de données. Mieux vaut télécharger les pages qui vous intéressent puis vous déconnecter pour les lire localement. Quant aux forfaits au volume de données, ils demandent de savants calculs pour savoir exactement quelle tranche convient à votre usage : 50 Mo ? 500 Mo ? D'autant que les estimations des opérateurs sont en général très optimistes. En situation réelle, nous avons constaté qu'un volume de 50 Mo correspond à l'échange d'environ 5 000 messages électroniques (sans pièce jointe), à la consultation d'une centaine de pages Web, ou au téléchargement d'une cinquantaine de photos standard ou d'une dizaine de photos en haute résolution.

En guise de dépannage

Optez pour une clé 3G avec un forfait sans engagement. Chez Bouygues Telecom , elle coûte 49 €, et une formule à 2 € permet d'échanger jusqu'à 10 Mo par jour. Si cette limite est dépassée, le tarif passe à 8 € par jour et permet de se connecter en illimité jusqu'à minuit. La facture mensuelle tient compte de ces deux tarifs. Si vous avez échangé moins de 10 Mo pendant cinq jours et que vous avez dépassé cette limite une fois, vous réglez 2 € pour chacun des jours, puis 8 €, soit un total de 18 €.

De son côté, Orange propose une clé 3G + avec l'option Internet Everywhere, qui donne en prime accès à 30 000 hot-spots Wi-Fi. Le principe : achetez la clé vendue 9 €, installez la carte SIM fournie dans cette clé puis téléphonez au service client pour activer le compte. Enfin, réglez par carte bancaire le forfait de votre choix sur le site Web qui s'ouvre à la première connexion. Comptez 3 € pour 20 minutes de connexion à consommer dans les 24 heures, 8 € pour 1 heure de connexion, 14 € pour 2 heures et 25 € pour 6 heures.

En cas de départ à l'improviste

Rendez-vous au supermarché le plus proche ou dans un magasin de téléphonie. Achetez une clé 3G « rechargeable » à 39 € (69 € dont 30 € remboursés). Deux opérateurs proposent cette formule : M6 Mobile et SFR . Le premier offre 2 heures de communication à consommer sous 15 jours. Le second fournit 3 heures de connexion. Une fois ces délais dépassés, vous pouvez racheter des crédits de communication. Les tarifs et les conditions sont sensiblement les mêmes chez les deux opérateurs : de 3 € pour 20 minutes de connexion (valables une journée) à une dizaine d'euros pour 24 heures, et 7 ou 8 € pour une heure de surf. Dans le détail, on note quelques différences : M6 Mobile propose un tarif de 10 € pour 2 heures, dont une entre 20 heures et 8 heures, et le Pass Internet 3G + de SFR comporte deux options supplémentaires : 16 € pour 3 heures de connexion et 26 € pour 8 heures. Autre différence : M6 Mobile impose d'acheter les crédits uniquement sur sa boutique en ligne, par carte bancaire, ce qui pose problème si on a épuisé sa recharge et qu'on ne peut plus accéder à Internet… De son côté, SFR offre plusieurs formules de recharge : sur Internet, dans certains distributeurs de billets (Crédit mutuel, CIC, Banque populaire, Caisse d'épargne), en appelant un serveur vocal, en utilisant des coupons électroniques ou, pour les abonnés à SFR, en prélevant le montant sur la facture SFR.

Pour remplacer le Wi-Fi

Pour bénéficier de meilleures conditions tarifaires, choisissez une clé 3G accompagnée d'un forfait avec engagement. Les prix s'approchent d'ailleurs de ceux des forfaits ADSL, mais sans les options habituelles. Pour 29,90 € par mois avec un engagement sur 24 mois, Bouygues offre un accès illimité à Internet avec sa clé 3G + à 29 €. Mais attention : au-delà de 5 Go de données échangées, l'opérateur réduit le débit de l'abonné. Orange propose, avec une clé 3G à 1 €, une formule concurrente à un tarif comparable : pour 30 € par mois (avec un engagement de 24 mois), on profite d'un accès quasi illimité. Seules contraintes : ne pas échanger plus de 500 Mo par mois le soir et le week-end, et au maximum 60 Mo par mois le reste du temps. Au-delà de ces volumes, le mégaoctet est facturé 20 centimes. Pour obtenir un accès illimité 24 h/24, Orange propose une formule à 50 € par mois… à condition de ne pas échanger plus de 1 Go par mois, sans quoi il faudra payer 20 centimes par mégaoctet supplémentaire.

Pour mieux mesurer sa consommation, Bouygues et SFR proposent des forfaits ajustables. Si vous consommez au-delà des limites prévues, vous passez automatiquement dans le forfait supérieur, et inversement. Les limites sont exprimées en volume de données échangées. Les tarifs de Bouygues sont plus intéressants, mais la couverture de son réseau 3G n'est pas aussi étendue que celle de SFR. À titre d'exemple, pour un engagement de 24 mois, et pour une limite de 50 Mo par mois, le forfait de SFR est facturé 19 € et celui de Bouygues 17,90 €. Pour une limite de 3 Go par mois, comptez 69 € chez SFR et 50,90 € chez Bouygues. Notez que le dépassement est facturé 10 centimes par minute chez SFR, alors que Bouygues se contente de limiter le débit.

Enfin, SFR est le seul à proposer des forfaits ajustables à la durée, vendus entre 10 € par mois pour 3 heures de connexion et 30 € par mois pour 12 heures. Le dépassement est facturé 15 centimes.

Par Le Figaro

Cookies