PDA

Voir la version complète : Arabie: les chiites saoudiens tenus de respecter le wahhabisme


icosium
15/03/2009, 11h43
RYAD - Les autorités saoudiennes ont affirmé que la minorité chiite était tenue de respecter le wahhabisme, une doctrine rigoriste sunnite de l'islam en vigueur dans le royaume, à la suite de heurts en février entre chiites et la police religieuse.

"Nous refusons catégoriquement tout conflit confessionnel dans notre pays. Nous considérons que les citoyens ont les mêmes droits et devoirs et il n'est permis, en aucun cas, de contrevenir au rite de la nation, celui du sunnisme salafiste (wahhabisme)", a dit le ministre de l'Intérieur Nayef ben Abdel Aziz dans une déclaration au journal Okaz, reproduite samedi par l'agence Spa.

"Pour les citoyens de certaines régions appartenant à d'autres confessions, il leur revient, et aux sages parmi eux, de s'engager à respecter ce rite", a ajouté le prince Nayef.

Il était interrogé par Okaz sur des manifestations de protestation organisées dans la province orientale, où est confinée la minorité chiite, dans la foulée de heurts entre membres de cette communauté et la police religieuse en février à Médine (ouest), deuxième lieu saint de l'islam.

Selon le ministère de l'Intérieur, neuf personnes avaient été arrêtées après les heurts survenus sur l'esplanade du mausolée du prophète Mahomet, qui attire plusieurs millions de pèlerins. Les autorités avaient démenti des informations de médias iraniens faisant état de morts.

L'origine des heurts, selon des pèlerins chiites, remonte à un incident dans le cimetière Al-Baqi, adjacent à la mosquée, quand des policiers avaient filmé un groupe de femmes chiites.

Le prince Nayef a expliqué ces heurts par "la profanation de sépultures, notamment celles de compagnons du prophète, où de la terre a été enlevée par des enfants et des femmes, ce qui est inacceptable".

"Ce sont des actes erronés qu'il fallait faire cesser avec fermeté", a-t-il ajouté, avertissant que toute "tentative de nuire à la sécurité du royaume ou des Lieux saints (de La Mecque et Médine) sera contrée avec fermeté".

"Ce qui s'est passé (à Médine) n'était pas dirigé contre les chiites ou d'autres (confessions), mais contre ceux qui n'ont pas respecté la loi", a-t-il encore dit, indiquant que le roi Abdallah avait gracié les personnes "chiites ou sunnites" arrêtées dans la foulée de ces incidents.

"L'affaire d'Al-Baqi a été très exagérée" et "certaines parties extérieures ont cherché l'escalade, mais nous sommes capables (...) de prévenir l'ingérence de toute partie dans les affaires de la nation".

La minorité chiite représente environ 10% de la population du royaume ultraconservateur.

(©AFP / 14 mars 2009 13h32)

Romandie News

Tiliwine
15/03/2009, 14h02
qu'ils retouirnent à 680

ayoub7
15/03/2009, 22h11
Le prince Nayef a expliqué ces heurts par "la profanation de sépultures, notamment celles de compagnons du prophète, où de la terre a été enlevée par des enfants et des femmes, ce qui est inacceptable".

Et voila, on y est... Pas de commentaires de nos amis defenseurs du chiisme, pa de surprises. Apres tout, ce n'est que l'application a la lettre du chiisme, aller jusqu'a profaner les sepultures du compagnon du prophete.. Apres on nous dit pourquoi vous dites que le chiisme est une menace pour l'Islam...

Cookies