PDA

Voir la version complète : Moratinos : La solution au conflit doit respecter le principe de l'autodetermination


Page : [1] 2 3

jawzia
17/03/2009, 23h12
Sahara occidental «La solution au conflit entre le Maroc et le Front Polisario doit respecter le principe de l’autodétermination du peuple sahraoui»

17-03-2009 à 20:57 EL MOUDJAHID

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, M. Miguel Angel Moratinos, a affirmé hier que la solution au conflit entre le Maroc et le Front Polisario doit respecter le principe de l’autodétermination du peuple sahraoui.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, M. Miguel Angel Moratinos, a affirmé hier que la solution au conflit entre le Maroc et le Front Polisario doit respecter le principe de l’autodétermination du peuple sahraoui.
"Aucune solution ne sera complète ni acceptable si le droit à l’autodétermination n’est pas respecté", a souligné le chef de la diplomatie espagnole devant la Commission des Affaires étrangères du Congrès des députés (Chambre basse du Parlement espagnol) pour informer les députés de la position de son gouvernement sur le conflit du Sahara occidental.

Pour M. Moratinos, la solution doit passer par le "dialogue direct entre les parties sur la base des résolutions des Nations unies", précisant qu’elle devra être "juste, durable et mutuellement acceptable, devant garantir l’autodétermination du peuple sahraoui".

Cependant, le ministre espagnol a soutenu le processus de négociations engagé par les deux parties afin de "définir les contours du principe de l’autodétermination" du peuple sahraoui, a-t-il dit.

A une question présentée par les députés d'Izquierda Unida (IU-Gauche Unie) et du Bloc national de Galice (BNG) lui demandant d’expliquer si le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, croit que le modèle des autonomies en Espagne "pourrait être une bonne expérience pour trancher le conflit sahraoui", comme cela a pu être interprété lors du dernier sommet hispano-marocain, tenu en décembre dernier à Madrid, M. Moratinos a répondu que M. Zapatero avait fait une "référence générale au plan de réforme territorial que le roi Mohamed VI veut étendre au Maroc".

Dans ce contexte, plusieurs députés se sont opposés au plan de régionalisation que veut appliquer le Maroc au Sahara occidental, à l’instar de Gaspar Llamazares (IU) et de Olaia Fernandez (BNG) qui ont accusé le gouvernement espagnol de s’éloigner de sa position de neutralité pour épouser les thèses marocaines.

M. Moratinos s’est dit, par ailleurs, "optimiste" quant à la volonté des parties de progresser, raison pour laquelle il a demandé une action commune de l’Espagne, des Etats-Unis et de la France.

Il a indiqué que, dans ses contacts avec la nouvelle administration de Barack Obama, il a demandé que la question du Sahara occidental soit inscrite dans l’agenda bilatéral ainsi qu’avec la France. "Il existe un consensus selon lequel l’intégration et la stabilité du Maghreb passe par la fin du conflit sahraoui", a-t-il conclu.

jawzia
17/03/2009, 23h13
Les pièces du puzzle se mettent en place les unes après les autres !!!

freesoda
17/03/2009, 23h19
Pour M. Moratinos, la solution doit passer par le "dialogue direct entre les parties sur la base des résolutions des Nations unies", précisant qu’elle devra être "juste, durable et mutuellement acceptable, devant garantir l’autodétermination du peuple sahraoui".

moi je vois que ça n'avance pas d'un pouce, on dit toujours la même chose pour ne froisser personne, mais bon si tu vois que les pièces de puzzle sont en train de se mettre en place, on ne va pas te contrarier

jawzia
17/03/2009, 23h28
on ne va pas te contrarier
Allah Yerda A3lik

Les "poids lourds" semblent avoir opté pour "l'intégration et la stabilité du Maghreb". La déclaration de Moratinos (au nom de son gouvernement), les commissions européennes, les considérations économiques semblent privilégier qu'il y a "du lâchage" dans l'air.

freesoda
17/03/2009, 23h33
Les "poids lourds" semblent avoir opté pour "l'intégration et la stabilité du Maghreb". La déclaration de Moratinos (au nom de son gouvernement), les commissions européennes, les considérations économiques semblent privilégier qu'il y a "du lâchage" dans l'air

on verra bien mais je dois t'avouer que je suis assez confiant, enfin vivement qu'on en finisse ...

ayoub7
17/03/2009, 23h37
En fait voila ce que Moratinos a reellement dit en integralite et ce qu'El Moudjahid vous a occulte: (traduction de Google). Desole de torpiller ton enthousiasme par une correction Jawzia :)

Moratinos balayages de Rabat

Miguel Angel Moratinos, lors de sa comparution devant le Congrès
EFE
ABC | MADRID Publié mardi, 17-03-09 à 19:50
Le ministre des Affaires étrangères a plaidé au Congrès aujourd'hui de se souvenir de la
La position du gouvernement espagnol en ce qui concerne le Sahara occidental.
Miguel Angel Moratinos a souligné que nous avons besoin d'un accord entre les parties
conflit sous les auspices de l'ONU, mais dans le même temps, n'a pas caché que
soutient l'initiative comme "positive", le plan d'autonomie présenté à Rabat pour l'ex -
colonie, en dépit de la fermeture de la porte de référendum d'autodétermination.
Le gouvernement estime toutefois que Mohamed VI de soutien de ce plan est de ne pas aller à l'encontre de
de soi et tente d'expliquer. «Ici, c'est l'application de la méthode de
négociation pour définir les contours précis de la façon dont une solution
négocié entre les parties reconnaissent que ce principe de l'auto --
a été atteint », a déclaré Moratinos.

Complicated référendum
Par ailleurs, le chef de la diplomatie espagnole a reconnu que la consultation
demande de plus de trois décennies, les résolutions du Conseil de sécurité et
ne l'est pas, dit-il, une exigence de l'ONU. L'ONU a déployé une mission de maintenir
le terrain, la MINURSO a, depuis 1991, mais cette fois, n'a pas réussi à organiser
chaque fois qu'un référendum semble plus éloigné de l'intérêt des pays qui contrôlent
le rythme des conflits.

Le gouvernement marocain a sauté hier, à l'aréna de critiquer la filtration
les rapports par les députés qui, après plus de quatre ans,
pourrait entrer dans la colonie. Le président de la Chambre des représentants,
Mustapha Mansouri, rioja appelé «irresponsable», a déclaré le président et à Bruxelles
Parlement européen, Hans Gert Poettering, qui "assume ses responsabilités à
les graves conséquences de ces actions pour le Maroc les relations avec l'UE.
Ce document appelle à une plus grande implication des Nations Unies dans la sauvegarde des droits de
humains dans le Sahara, qui à l'heure actuelle, n'a pas le mandat assigné
Un Minurso.

ayoub7
17/03/2009, 23h47
Sahara. Moratinos appelle à la "bonne foi" pour parvenir à une solution politique, juste et durable "
14:05 - 17/03/2009


- La paix qui est acceptable "ne représente pas le point culminant de tous les objectifs de l'une ou l'autre partie MADRID, 17 (Servimedia) Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Miguel Angel Moratinos, a appelé aujourd'hui à la bonne foi de les parties à résoudre le conflit au Sahara occidental et a noté qu'il y avait un "résolue" de celle-ci pour parvenir à une "paix durable".

Dans son discours à la commission des affaires étrangères au Congrès des députés, a déclaré que "la position de l'Espagne est d'encourager les parties à la négociation pour parvenir à une solution dans le cadre des Nations unies», ce qui se passe, at-il dit comme étant «acceptable pour les parties, mais ne représente pas le point culminant de l'ensemble de leurs objectifs."

En outre, le chef de la diplomatie espagnole, qui était convaincue que ce sera "réaliser" un consensus parlementaire sur le sujet, a déclaré que les pourparlers entre le Maroc, le Front Polisario et l'Algérie, qui est l'endroit où vous êtes sahraouis des camps de réfugiés -- être prises dans le cadre du mandat de la résolution de l'ONU en 1813 qui «demande aux parties d'aller de l'avant dans un fond de négociations de bonne foi, de réalisme et d'un esprit de compromis."

Moratinos a également déclaré que «l'intégration régionale du Maghreb» par le biais d'une "relation positive entre l'Algérie et le Maroc", qui aiderait les parties à avancer vers une solution politique, juste et durable de paix et de respecter le droit à l'autodétermination ".

Plus DDHH Il a noté que le Maroc a évolué en ce qui concerne les droits de l'homme, en se fondant sur un rapport de Human Rights Watch, qui a été définie comme une association "pertinent et important", at-il fait une évaluation plus positive de la situation des les droits de l'homme au Maroc.

Il a déclaré: "la route est complexe, difficile et peut-être plus de temps que nous voulions", mais a ajouté que "le gouvernement espagnol ne ménagera aucun effort" et "tout faire pour essayer de mobiliser tous les acteurs clés pour atteindre cet solution souhaitée ». Il s'est engagé à «continuer à travailler sans relâche pour surmonter le découragement ou de cette barrière."

Le ministre a reconnu qu'il est «moins sceptiques» que dans le passé pour trouver des solutions parce que "premier" et est "important", l'Espagne, la France et les États-Unis maintiennent une position grâce à une "mineure d'animosité et de favoriser un environnement propice au dialogue. "

Le porte-parole de la commission du Parti populaire, Gustavo de Arístegui, a exprimé son souhait que les parties "à renoncer à l'maximaliste", le Front Polisario, l'indépendance que son intégration avec le Maroc.

En outre, les dirigeants espagnol a exigé une "diplomatie active" parce que l'Espagne a une «responsabilité» dans la résolution des conflits, et de nier qu'il serait "irresponsable et injuste".

Malgré cela, De Arístegui a montré encore une fois, comme lorsqu'il a dit Moratinos a souligné que "nous sommes d'accord sur tout récemment - son soutien à cette" politique de l'Etat "et l'attitude que le gouvernement tient à cet égard.

Note discordante à la question de la BNG et la porte-parole adjoint du groupe ERC-IU-ICV Gaspar Llamazares. Ce dernier a exprimé son "total désaccord" avec la position du gouvernement, parce que, à son avis, les «faits ne niera que le gouvernement dit dans la résolution du conflit.

En ce sens, Llamazares a déclaré que l'Espagne est une «attitude asymétrique» vers le Sahara, car ils reconnaissent que c'est un "problème" entre le Maroc et l'Algérie, tout en maintenant une «attitude» avec le peuple sahraoui, le traite comme une ONG ", at-il ajouté.

(Servimedia) 17-MAR-2009 MML / JRV

jawzia
17/03/2009, 23h57
Sáhara.- Moratinos defiende una coordinación de España, EEUU y Francia para exigir a las partes "responsabilidad"
MADRID, 17 Mar. (EUROPA PRESS) -

El ministro de Asuntos Exteriores y de Cooperación, Miguel Angel Moratinos, consideró hoy que España, Francia y Estados Unidos deben aprovechar la "sintonía" que ahora existe entre ellos respecto al contencioso del Sáhara Occidental para exigir a Marruecos y el Frente Polisario "responsabilidad" para la consecución de una "solución política, justa y duradera" a esta cuestión. Asimismo, defendió la política del Gobierno en esta materia y aseguró que no se ha producido ningún cambio.

Según Moratinos, que compareció hoy ante la comisión de Asuntos Exteriores del Congreso de los Diputados, aunque para la resolución del contencioso del Sáhara es necesario que sean las partes las que negocien y lleguen a una solución, es "ineludible" que Francia, Estados Unidos y España, "los tres países más interesados en la búsqueda de una solución definitiva", "se coordinen y actúen conjuntamente para forjar una voluntad única de las partes exigiéndoles una mayor responsabilidad".

En opinión del titular de Exteriores, el "papel" de estos tres países es incluso "más importante" que el del resto de actores regionales. En este sentido, resaltó que actualmente existe "sintonía" entre Madrid, París y Washington, mientras que en los 33 años de conflicto "nunca han estado de acuerdo".

Ahora, incidió Moratinos, "coincidimos en los riesgos y desafíos que afectan a la región" del Magreb, entre los que citó en particular la seguridad, y se mostró "seguro" de que si España, Francia y Estados Unidos "unimos posiciones" habrá una respuesta más positiva de las partes. Hasta ahora, recordó, cada uno "tenía su posición" y en definitiva lo que buscaba era "el desequilibrio".

Por otra parte, el jefe de la Diplomacia incidió en su intervención en la necesidad de que exista un "consenso" con los grupos parlamentarios sobre la cuestión del Sáhara. A este respecto, recibió el respaldo del Partido Popular, que a través de su portavoz en la comisión, Gustavo de Arístegui, consideró que el Gobierno ha "restaurado" el equilibrio en su posición respecto al contencioso.

De Arístegui consideró que en este asunto "el consenso político es fundamental", aunque, reconoció "en algunos momentos de la anterior legislatura no lo hubo". "El logro del consenso no ha sido fácil ni pacífico", admitió, al tiempo que hizo hincapié en la "responsabilidad" que España tiene con el Sáhara como antigua potencia colonial. "Sería absurdo, injusto y un gravísimo error político el negarlo", subrayó.

Asimismo, incidió en que para alcanzar una "solución viable" las dos partes tienen que hacer "sacrificios", al tiempo que calificó de "paso importante" el plan de autonomía para el Sáhara presentado por Marruecos. No obstante, quiso dejar claro que el PP no lo apoyará si dicho plan es "general y paralelo" a un plan de autonomía para todas las regiones, ya que supondría, según él, "disfrazar la autonomía".

CRITICAS DE IU Y BNG

Mucho más crítico se mostró el portavoz del Grupo ERC-IU-ICV, Gaspar Llamazares, quien reclamó "una rectificación por parte del Gobierno y una recuperación del equilibrio en su posición", acusando al Ejecutivo de José Luis Rodríguez Zapatero de haberse "inclinado" hacia Marruecos.

A juicio de Llamazares "España mantiene una posición asimétrica" puesto que reconoce a Marruecos pero no reconoce la República Arabe Saharaui Democrática (RASD) y su relación con los saharauis se limita a un "tratamiento humanitario". Asimismo, reprochó al Ejecutivo que no haya hecho oír su "voz" ante las violaciones de los Derechos Humanos en los territorios saharauis.

En la misma línea se pronunció la portavoz del Grupo Mixto y diputada del BNG, María Olaia Fernández, quien reclamó al Gobierno que "dé pasos" para el reconocimiento de la RASD, al tiempo que recordó la "responsabilidad" de España en el conflicto tras "abandonar" a los saharauis en 1975. En su opinión, "los saharauis han hecho grandísimos esfuerzos" para la celebración del referéndum de autodeterminación pero Marruecos ha sido "responsable de que no se haya llevado a cabo".

Ante estas críticas, Moratinos hizo un nuevo "llamamiento al consenso" puesto que, según él, las posturas de los dos diputados "no están tan alejadas del Gobierno". En este sentido, insistió en que "no ha habido cambio (del Gobierno), sigue el mismo compromiso y la misma voluntad de encontrar una solución" al contencioso del Sáhara.

RECHAZO DEL GOBIERNO A RECONOCER LA RASD

En cuanto al reconocimiento de la RASD, Moratinos afirmó que el Gobierno no la reconoce y lo hace "con todas las consecuencias" ya que el reconocerla supondría dar por hecho que es "ya un Estado", mientras que, subrayó, deben ser los saharauis los que "decidan lo que quieren" si su independencia o su autonomía dentro de Marruecos.

Esto no significa, prosiguió, que no exista "contactos" con el Frente Polisario. A este respecto, recordó que él mismo se ha entrevistado con el líder del Polisario, Mohamed Abdelaziz, pero, admitió, "lógicamente no tenemos la misma relación que con Marruecos porque es un Estado".

Las explicaciones no convencieron a Llamazares, que aunque agradeció el "tono" usado por el ministro de Exteriores, consideró que no se corresponde con los "actos" del Gobierno. Así, denunció que el Gobierno no ha apoyado "nunca una propuesta del Polisario al mismo nivel que se han apoyado las marroquíes" y aseguró que los responsables saharauis están "dolidos" con la posición de España.

Por último, Moratinos expresó su deseo de que el proceso de negociación que iniciaron las partes en 2007 en Manhanset bajo los auspicios de la ONU se reanude "pronto". El titular de Exteriores incidió en que "la solución no vendrá por la vía de la imposición política o militar" y aunque "difícil" puesto que se trata de "un conflicto enquistado", consideró que no es "imposible" resolver la cuestión del Sáhara.

jawzia
18/03/2009, 00h02
USA, France et Espagne qui prennent en charge le dossier en "équilibrant" les positions.


Moratinos qui rencontre Mohamed Abdelaziz



Tout ça se met en place !!!

elcohen
18/03/2009, 00h02
HAHAHAH non mais serieusement tu penses que t'as fais quoi en soulignat ca " coincidimos en los riesgos y desafíos que afectan a la región" del Magreb, entre los que citó en particular la seguridad, y se mostró "seguro" de que si España, Francia y Estados Unidos "unimos posiciones" habrá una respuesta más positiva de las partes. Hasta ahora, recordó, cada uno "tenía su posición" y en definitiva lo que buscaba era "el desequilibrio".

Tu comprends au moin ce que t'as souligne? ou peut etre que tu n'as pas lu le post de ayoub?:D

elcohen
18/03/2009, 00h04
Merci Jawzia pour le post, ca confirme bien ce que ayoub a ecrit


Asimismo, incidió en que para alcanzar una "solución viable" las dos partes tienen que hacer "sacrificios", al tiempo que calificó de "paso importante" el plan de autonomía para el Sáhara presentado por Marruecos



Une bonne gifle celle la

jawzia
18/03/2009, 00h11
Moratinos a également déclaré que «l'intégration régionale du Maghreb» par le biais d'une "relation positive entre l'Algérie et le Maroc", qui aiderait les parties à avancer vers une solution politique, juste et durable de paix et de respecter le droit à l'autodétermination "
Merci Ayoub pour la translation. Tu vois le titre du Topic est approprié et El Moujahid a rapporté fidèlement l'essentiel des propos tenus ... par Moratinos.

jawzia
18/03/2009, 00h14
Faisons donc abstraction des précédents parasitages, remettons le sujet de départ et recommençons de zéro.

Sahara occidental «La solution au conflit entre le Maroc et le Front Polisario doit respecter le principe de l’autodétermination du peuple sahraoui»

17-03-2009 à 20:57 EL MOUDJAHID

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, M. Miguel Angel Moratinos, a affirmé hier que la solution au conflit entre le Maroc et le Front Polisario doit respecter le principe de l’autodétermination du peuple sahraoui.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, M. Miguel Angel Moratinos, a affirmé hier que la solution au conflit entre le Maroc et le Front Polisario doit respecter le principe de l’autodétermination du peuple sahraoui.
"Aucune solution ne sera complète ni acceptable si le droit à l’autodétermination n’est pas respecté", a souligné le chef de la diplomatie espagnole devant la Commission des Affaires étrangères du Congrès des députés (Chambre basse du Parlement espagnol) pour informer les députés de la position de son gouvernement sur le conflit du Sahara occidental.

Pour M. Moratinos, la solution doit passer par le "dialogue direct entre les parties sur la base des résolutions des Nations unies", précisant qu’elle devra être "juste, durable et mutuellement acceptable, devant garantir l’autodétermination du peuple sahraoui".

Cependant, le ministre espagnol a soutenu le processus de négociations engagé par les deux parties afin de "définir les contours du principe de l’autodétermination" du peuple sahraoui, a-t-il dit.

A une question présentée par les députés d'Izquierda Unida (IU-Gauche Unie) et du Bloc national de Galice (BNG) lui demandant d’expliquer si le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, croit que le modèle des autonomies en Espagne "pourrait être une bonne expérience pour trancher le conflit sahraoui", comme cela a pu être interprété lors du dernier sommet hispano-marocain, tenu en décembre dernier à Madrid, M. Moratinos a répondu que M. Zapatero avait fait une "référence générale au plan de réforme territorial que le roi Mohamed VI veut étendre au Maroc".

Dans ce contexte, plusieurs députés se sont opposés au plan de régionalisation que veut appliquer le Maroc au Sahara occidental, à l’instar de Gaspar Llamazares (IU) et de Olaia Fernandez (BNG) qui ont accusé le gouvernement espagnol de s’éloigner de sa position de neutralité pour épouser les thèses marocaines.

M. Moratinos s’est dit, par ailleurs, "optimiste" quant à la volonté des parties de progresser, raison pour laquelle il a demandé une action commune de l’Espagne, des Etats-Unis et de la France.

Il a indiqué que, dans ses contacts avec la nouvelle administration de Barack Obama, il a demandé que la question du Sahara occidental soit inscrite dans l’agenda bilatéral ainsi qu’avec la France. "Il existe un consensus selon lequel l’intégration et la stabilité du Maghreb passe par la fin du conflit sahraoui", a-t-il conclu.
__________________

elcohen
18/03/2009, 00h16
Merci Ayoub pour la translation. Tu vois le titre du Topic est approprié et El Moujahid a rapporté fidèlement l'essentiel des propos tenus ... par Moratinos.



On va dire plutot qu'ils ont oublie l'essentiel :D
Ils ont par example "oublie" ca :

De même, il a dit que pour atteindre une "solution viable" ; les deux parties doivent faire des sacrifices , tout en qualifiant de pas important le plan d'autonomie pour le Sahara présenté par le Maroc


crcrcrcrc

Bachi
18/03/2009, 00h17
L'essentiel de la position qui n'en est pas une car elle ne tranche pas: précisant qu’elle devra être "juste, durable et mutuellement acceptable, devant garantir l’autodétermination du peuple sahraoui

Le mutuellement acceptable renvoie, vu la positions des deux parties, à l'immobilisme...

freesoda
18/03/2009, 00h19
USA, France et Espagne qui prennent en charge le dossier en "équilibrant" les positions.
Moratinos qui rencontre Mohamed Abdelaziz

Tout ça se met en place !!!

Sarkozy qui est pro-marocain sur ce dossier, l'Espagne avec Zapatero qui a une position beaucoup plus favorable au Maroc que son prédécesseur, et enfin les USA avec Clinton en charge de la diplomatie, tout se met en place pour que le plan marocain avec qqs modifications (histoire de ne pas faire perdre la face au polisario) soit appliqué.

Bonne nuit à tous ;)

jawzia
18/03/2009, 00h22
Par la conjonction de quelques intérêts suprêmes et l'exaspération par le non-maghreb, les poids "lourds" savent devenir convaincants et rendre "acceptables" les plus amères pillules.

Bachi
18/03/2009, 00h26
Ceci dit, je croyais la position espagnole plus tranchée, plus proche de celle de Rabat.
Je vois que "le mutuellement acceptable " est devenu le leitmotiv de toutes les puissances ( sauf la France) et cela n'augure pas d'une sortie de crise rapide. A moins, qu'il y ait du tordage de bras marocains ou sahraouis

elcohen
18/03/2009, 00h30
Ceci dit, je croyais la position espagnole plus tranchée, plus proche de celle de Rabat.
Je vois que "le mutuellement acceptable " est devenu le leitmotiv de toutes les puissances ( sauf la France) et cela n'augure pas d'une sortie de crise rapide. A moins, qu'il y ait du tordage de bras marocains ou sahraouis



Et par le passe comment ete cette attitude espagnole? vois tu un alignement avec le maroc ou contre celui ci ?( disons depuis l'an 2000)

elcohen
18/03/2009, 00h32
Par la conjonction de quelques intérêts suprêmes et l'exaspération par le non-maghreb, les poids "lourds" savent devenir convaincants et rendre "acceptables" les plus amères pillules.



Et je suis completement d'accord. le mots autonomie se fait de plus en plus present dans le discours des responsable espagnole/americain ;)

houari16
18/03/2009, 00h35
M. Moratinos s’est dit, par ailleurs, "optimiste" quant à la volonté des parties de progresser, raison pour laquelle il a demandé une action commune de l’Espagne, des Etats-Unis et de la France.

- Moratinos Déjà a fait une déclaration dans ce sens en 2007 .

en 2007 :
« L’Espagne et les Etats-Unis ont un intérêt particulier à ce qu’un accord définitif soit atteint sur le problème du Sahara occidental », a déclaré Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, à l’issue de son entretien avec la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, en visite jeudi et vendredi à Madrid.

**Ça bouge dans l intérêt du peuple sahraoui pour s autodéterminer .

jawzia
18/03/2009, 00h41
En temps de crise, on se déleste de tout ce qui est inutile, sacrifiable (à moindre coût). Le trio Franco-Ibéro-américain ne supporte plus les caprices royaux qui mettent un frein à un Maghreb devenu précieux sur les plan sécuritaires et économiques.

hartman
18/03/2009, 00h45
Le trio Franco-Ibéro-américain ne supporte plus les caprices royaux qui mettent un frein à un Maghreb devenu précieux sur les plan sécuritaires et économiques.


si vous voulez l'uma soyez le bienvenu du fond du coeur ... mais si on nous touche notre sahara on s'en fou de l'uma mais alors on s'en fou carrement retenez bien cela dans vos têtes ;)

jawzia
18/03/2009, 00h49
mais si on nous touche notre sahara on s'en fou de l'uma mais alors on s'en fou carrement retenez bien cela dans vos têtes
Tu veux faire quoi ? la guerre à la France, Espagne et USA réunis ?... Riyeh trankil sinon ... BOOM !

houari16
18/03/2009, 00h49
si vous voulez l'uma soyez le bienvenu du fond du coeur

ce n est pas l Algerie qui la veut , les superpuissances , la mondialisation oblige ..

absent
18/03/2009, 01h10
En temps de crise, on se déleste de tout ce qui est inutile, sacrifiable (à moindre coût). Le trio Franco-Ibéro-américain ne supporte plus les caprices royaux qui mettent un frein à un Maghreb devenu précieux sur les plan sécuritaires et économiques.

Tout Ce Poid maintenant à Notre Maroc ... :lol:

On nous a tjrs dit qu'ils se foutaient carrément de l'UMA , et Maintenant il devient si important pour eux .... :rolleyes: :rolleyes:

Le Trio souhaitent une seule chose : c'est que les Négociations avancent sous base de l'Autonomie jugée " serieuse et crédible et conforme aux principes de l'ONU " , Par contre la Dynastie militaire Soutenant deja un " PAYS " et Cournat en meme temps derriere un referendum Bloque l'UMA et cherche tjrs cette main etrangere pour lui coller cette etiquette .

hartman
18/03/2009, 01h10
ce n est pas l Algerie qui la veut , les superpuissances , la mondialisation oblige ..


Tu veux faire quoi ? la guerre à la France, Espagne et USA réunis ?... Riyeh trankil sinon ... BOOM !



Il veulent quoi ???? qu'est ce que vous me racontez la ?? vous ne savez pas que les USA , l'espagne , la france , l'ue , la ligue arabe ... soutiennent tous le plan d'autonomie marocain ??

iwamachngoulek
18/03/2009, 01h13
demande a boutef ou a mdelci et tu verra :)

je croyais qu'ils n'étaient pas objectif et qu'ils disent n'importe quoi et patati et patata

jawzia
18/03/2009, 01h16
Il a indiqué que, dans ses contacts avec la nouvelle administration de Barack Obama, il a demandé que la question du Sahara occidental soit inscrite dans l’agenda bilatéral ainsi qu’avec la France. "Il existe un consensus selon lequel l’intégration et la stabilité du Maghreb passe par la fin du conflit sahraoui", a-t-il conclu.
Moratinos reprend la position qui consiste à dire que sans la résolution du conflit au SO, rien ne pourra s'édifier.

Sahara d'abord, frontières ensuite, et UMA eventuellement !

hartman
18/03/2009, 01h19
"Il existe un consensus selon lequel l’intégration et la stabilité du Maghreb passe par la fin du conflit sahraoui", a-t-il conclu.


Il répéte juste ce que dit le maroc toujours et depuis longtemp

Cookies