PDA

Voir la version complète : Maroc: misere sociale au royaume de sa majetski


iwamachngoulek
20/03/2009, 00h54
16 mai 2003, Casablanca : cinq attentats suicides simultanés ensanglantent la capitale économique du Maroc. On relève quarante-cinq morts et des dizaines de blessés.
Les poseurs de bombe venaient tous du même bidonville. Le bidonville de Sidi-Moumen, qui s’étend sur une dizaine de kilomètres carrées autour de Casablanca. Baraquements de fortune, un peu de tôle en guise de toit, des égouts inexistants, ni eau ni électricité, des fontaines sèches, des décharges à ciel ouvert et des eaux stagnantes.
Dans les quartiers résidentiels aux alentours de Sidi-Moumen, les riches appellent avec mépris ses habitants les "tchétchènes". A quelques centaines de mètres de distance, la misère la plus extrême côtoie l’opulence. Réalité d’un Maroc à deux vitesses. D’un Maroc des riches. D’un autre Maroc, celui des oubliés.
"Le Roi des pauvres"
Le 23 juillet 1999, le roi Hassan II disparaît après trente-huit années d’un long règne. Son fils ainé, Mohammed VI ("M6")lui succède sur le trône. Au Maroc, c’est l’espoir que tout change.
Loin des fastes et de la pesanteur policière de son prédécesseur, les débuts du règne de Mohammed VI semble confirmer ce nouvel ère. Celui d’un Maroc plus juste. Celui d’un Maroc plus libre. Le nouveau roi aime s’appeler "le roi des pauvres". Il annonce sa volonté à vivre comme l’immense majorité de ses sujets : modestement. Terminés les voyages somptueux d’Hassan II, les centaines de courtisans qui l’accompagnent dans le moindre déplacement. Abandonnés les achats luxueux qui marquaient ses haltes à Paris, New York ou encore en Floride au pavillon Disney, propriété privée de la famille royale.
Lors de son premier discours officiel, "M6" affirme sa volonté de changement. Le 30 juillet 1999, le jeune souverain évoque sa "sollicitude" et son "affection" pour "les couches sociales défavorisées". Il annonce sa volonté d’accorder "toute son attention au problème de la pauvreté". Même le premier ministre socialiste de l’époque, Abderrahmane Youssoufi s’y laisse prendre reconnaissant au nouveau monarque "une fibre sociale".
Le Makhzen est de retour
Les années ont passé, les effets d’annonce de lutte contre la pauvreté se sont évanouis. "M6" a certes encouragé et approfondi certaines réformes démocratiques engagées en son temps par son père. Le nouveau Code de la famille accorde un peu plus de droits aux femmes. Les libertés publiques sont plus grandes que sous Hassan II avec l’apparition d’une presse d’opposition (Tel Quel, Le journal Hebdo) tolérée mais constamment surveillée et régulièrement censurée. Au plan social et économique, la situation demeure dramatique pour l’extrême majorité du peuple marocain.
Mohammed VI a repris quant à lui très vite les vieilles habitudes de son père en termes de train de vie. Voyages dispendieux. Un voyage ,un seul, revient à quelques dix millions de dollars. Entretien d’une capricieuse cour lors de soirées au Palais royal. Loisirs de luxe et affection particulière pour son sport favori le jet ski. Les marocains l’ont d’ailleurs affublé du surnom de "Sa Majetski". Le système politique de la Monarchie marocaine (Makhzen) est de retour. Les promesses de "M6" sont oubliées...
Pendant ce temps, le peuple...
"M6" va au plan social même accentué un peu plus encore les inégalités sociales. Il entreprend des grandes réformes suivant ainsi les "conseils" du FMI et la Banque mondiale. Libéralise l’économie du pays, notamment en privatisant des secteurs clés. Les prix des produits alimentaires de base explosent. Les conséquences ne sont pas attendre. Elles ont catastrophiques pour la population.
La pauvreté croît. Le revenu par habitant n’est que de 1400 dollars, soit quinze fois moins que l’Espagne qui est à quelques kilomètres des côtes marocaines. Cette moyenne cache en fait un écart considérable entre une minorité à la richesse opulente et une large part de la population qui habite le monde rural et les bidonvilles à la périphérie des grandes agglomérations. 40% de la population vit avec moins de deux dollars par jour.
Le taux de chômage ne cesse d’augmenter. Officiellement il n’est que de 11%. En réalité il est nettement plus élevé, puisqu’il ne prend pas en compte plusieurs critères dont celui des petits boulots (cireurs de chaussures, vente de cigarettes à l’unité etc.). 10% seulement des 500 000 jeunes diplômés qui arrivent sur le marché du travail chaque année trouvent un emploi.
En matière d’enseignement, la réalité est tout aussi alarmante. Avec 55% seulement des enfants qui dépassent le cap de l’éducation primaire, le Maroc est au même niveau que le Malawi (50%) et loin derrière un pays comme le Bangladesh (70%). Le taux d’analphabétisme est en moyenne pour les adultes de plus de quinze ans de 51%.
Jérémie (SI de la CNT).

iwamachngoulek
20/03/2009, 00h56
Les misereux du maroc veulent venir en Algérie
vidéo:

http://www.youtube.com/v/nZoz9wjKZlQ&hl=fr&fs=1

misere noire au maroc
http://www.youtube.com/v/0CiNA8zMy7E&hl=fr&fs=1&color1

ouriaghel
20/03/2009, 00h57
== MODERATION==
Evitez les attaques personnelles et la pollution de topics. Lisez ET respectez la charte du forum.

ouriaghel
20/03/2009, 01h01
pays petrolier z3ma

Nador : arrestation de 13 algériens candidats à l'immigration clandestine
Des éléments des forces auxiliaires ont procédé, lundi en fin d'après-midi, à l'arrestation de 13 Algériens candidats à l'immigration clandestine au niveau du Cap des trois fourches (40 km au nord de Nador).


Selon les autorités locales, les personnes interpellées, dont l'embarcation a échoué en raison des mauvaises conditions climatiques, ont déclaré avoir pris le départ 4 jours auparavant à partir du port de Ghazaouat (ouest de l'Algérie), avec l'espoir de joindre les côtes d'Espagne.

Ces candidats à l'immigration clandestine ont été remis aux services de la gendarmerie royale de Nador pour enquête et procédure d'usage.

Quelque 300 Algériens candidats à l'immigration clandestine ont été interpellés depuis le début de l'année en cours à Nador, selon des statistiques établies par les autorités locales.

Les responsables régionaux signalent de plus en plus souvent des cas de migrants algériens, qui voulaient se rendre en Espagne, mais que le mauvais temps repousse vers la côte méditerranéenne du Maroc.

Dans cette région, les Subsahariens constituent l'écrasante majorité des personnes interpellées pour "émigration clandestine" (1.535 migrants) sur un total de 2.191 personnes arrêtées durant les neuf premiers mois de 2006.

iwamachngoulek
20/03/2009, 01h05
autres images de la misere au maroc

http://www.magharebia.com/cocoon/awi/images/2008/01/10/080110feature1photo.jpg

http://www.**********/files/20080122bidonvillecasa2.jpg

http://www.**********/files/20080122bidonvillecasa2.jpg
http://www.izdihar.ma/images/projets-bidonvilles.jpg



ouriaghel tu peux continuer a aboyer si ca te chante je te répond une chose

les algériens arretés a Nador je te rassure c'était pour partir en Espagne


voila un article qui te fera bien plaisir




66 clandestins marocains condamnés par un tribunal algérien


Alger - 66 immigrés clandestins de nationalité marocaine, dont quatre mineurs, arrêtés par la gendarmerie nationale algérienne au début de la semaine en cours, ont été condamnés par le tribunal d'Ain Defla (centre de l'Algérie) , a annoncé mercredi le procureur de la République, cité par l'agence de presse algérienne APS.




http://www.****************/photo/749044-893281.jpg?v=1228383260


(http://www.****************/index.php?preaction=pub&id_pub=16230)



65 d'entre eux ont été condamnés à six mois de prison avec sursis, un autre ayant des antécédents avec la justice algérienne a écopé de six mois de prison ferme, selon la même source.

Ces clandestins, arrêtés aux barrages de la gendarmerie nationale, seront reconduits aux frontières par les services de sécurité.

Deux Algériens accusés de complicité avec les mis en cause seront traduits en justice "pour facilitation d'hébergement et de circulation à des étrangers en situation illégale", a indiqué la même source.

Les deux complices présumés seront passibles à des peines allant de 2 ans à 5 ans de prison ferme et d'une amende de 60.000 à 200.000 dinars algériens (de 900 à 3.000 dollars environ), selon le procureur de la République.



cela apparement c'était pour venir en Algérie et ils sont pas les seuls des harraga marocain en algérie t'en croise obligatoirement surtout dans l'ouest
el mohim toi tu dois venir du forum **************

je te garantit que ca sera pas la meme chose que sur le forum de haineux "**************"

Black
20/03/2009, 01h09
iwa garde ton sang froid tu t'emballe !!!!

iwamachngoulek
20/03/2009, 01h12
Mais non pas du tout , sinon quel est ton opinion a propos de ça?

ouriaghel
20/03/2009, 01h19
Maroc : misère sociale au royaume de sa "Majetski"
dimanche 9 novembre 2008, par S.I. (http://www.cnt-f.org/international/spip.php?auteur2)
:72:

iwamachngoulek
20/03/2009, 01h20
Maroc : misère sociale au royaume de sa "Majetski"
dimanche 9 novembre 2008, par S.I. (http://www.cnt-f.org/international/spip.php?auteur2)
:72:Et alors? c'est toujours d'actualité non ? la misere au maroc est toujours aussi rude aujourd'hui que novembre dernier que je sache non:rolleyes::rolleyes:? c'est pas parcequ'il date de novembre qu'on ne doit pas en parler

un article est interessant pour toi juste parcequ'il est sorti hier ou pour son contenu?:lol:



Et au lieu de :72: dit ce que tu penses la dessus????

Beidawi II
20/03/2009, 01h30
Il faut que tu saches d'abord que le reportage que tu as présenté sur la porte de Melilla est un reportage de 2M qui a bien sur été diffusé. et si le drapeau algérien ne recouvrait pas le logo de 2M en haut à droite tu aurai pu le voire.
Ces problèmes la sont constament traité par la presse, et il font largement echos dans les média et la société mais la pauvreté a largement diminué ce qui n'empêche que pour la réduire réellement ça prend du temps, et 30% des ménages dépensent mois de 3000 dh, soit 10 millions de marocains, ce qui reste énorme.

Cookies