PDA

Voir la version complète : Relance de l’économie mondiale: Le FMI appelle le G20 à plus d’efforts


DZone
20/03/2009, 21h57
Le Fonds monétaire international (FMI) estime impératif que les pays membres du G20 consacrent au moins 2 % de leur produit intérieur brut (PIB) à des plans de relance et que cet effort soit maintenu en 2010. Le FMI explique que sa suggestion se justifie par la fait que l’économie mondiale s’effondre de plus en plus, comme il l’a d’ailleurs souligné dans une note remise la semaine dernière aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales réunis pour préparer le G20 du 2 avril. Pour le Fonds, si cet objectif est atteint, 19 millions d’emplois seraient créés ou sauvés.

La note du FMI souligne que le monde est en train de passer, en peu de mois, d’une croissance de + 3,2 % en 2008 à une récession comprise entre – 0,5 % et – 1 % en 2009, la première depuis la Seconde Guerre mondiale. Comme prévu, ce sont les pays avancés qui souffrent le plus avec un recul évalué entre – 3 et – 3,5 % pour l’année en cours, avec – 2,6 % pour les Etats-Unis, – 3,2 % pour la zone euro et – 5,8 % pour le Japon. Le coup de frein a été impressionnant à partir du quatrième trimestre de l’année 2008 : en rythme annualisé – 7 % pour l’ensemble des pays avancés, – 6 % pour les Etats-Unis et la zone euro et – 13 % pour le Japon. Seuls les pays émergents et en développement garderont la tête hors de l’eau avec une poursuite de la croissance comprise entre + 1,5 et + 2,5 %. Au sein de ce groupe, c’est l’Afrique et le Moyen-Orient qui connaîtront le ralentissement le moins prononcé. La bonne nouvelle, c’est que l’inflation continuera de reculer sous l’effet des baisses des prix des matières premières et grâce à l’effet déflationniste de la conjoncture médiocre. La mauvaise, c’est que la reprise sera très lente en 2010. Le taux de croissance espéré l’année prochaine serait de 1,5 à 2,5 % pour le monde entier, c’est-à-dire de 0 à 0,5 % pour les économies avancées (+ 0,2 % pour les Etats-Unis, + 0,1 % pour la zone euro et – 0,2 % pour le Japon) et de 3,5 à 4,5 % pour les pays émergents et en développement.

Les experts du FMI prennent soin de dire que, compte tenu de la rapidité de la dégradation, ils pourraient être amenés à noircir encore le tableau lors de la publication de leurs prévisions détaillées de printemps, le 22 avril prochain.

Jeune Indépendant

Cookies