PDA

Voir la version complète : Epidémie de cancer à la fac de Rennes : un bâtiment fermé


Thirga.ounevdhou
21/03/2009, 11h05
Quatorze cas de cancers ont été détectés parmi le personnel ayant travaillé dans un bâtiment de la faculté de Rennes 1. Seules les femmes sont touchées.

L'affaire inquiète les plus hautes instances universitaires de la cité bretonne : quatorze cas de cancers ont été détectés au cours des sept dernières années parmi le personnel féminin ayant travaillé dans un bâtiment de la faculté de sciences de Rennes 1. Par mesure de précaution, le bâtiment a été fermé.

"Ces cancers ont été recensés parmi les personnels fréquentant ou ayant fréquenté les unités de recherche du bâtiment 13 du campus de Beaulieu, et en particulier l'unité CNRS 6026 de biologie cellulaire et moléculaire", a indiqué une porte-parole du président de Rennes 1. Le bâtiment 13 "abrite également l'unité Inserm Rennes 1 du groupe d'étude de la reproduction chez l'homme et les mammifères, ainsi que les personnels administratifs de l'UFR sciences de la vie et de l'environnement", a précisé cette porte-parole.

"Uniquement les femmes"

"Face à l'annonce du dernier cas en mars 2009, le président de Rennes 1 a pris avec le CNRS et en accord avec l'Inserm la décision d'un arrêt temporaire des activités dans le bâtiment afin de permettre un diagnostic complet, et si nécessaire des mises en conformité permettant au personnel de retravailler dans des conditions de sécurité optimales", selon la même source. L'alerte a été donnée en mars 2008 aux organismes de tutelle (ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, CNRS, Inserm) et à l'Institut national de veille sanitaire (InVS). "Des actions ont été entreprises immédiatement sur le plan médical et sur le plan des produits et pratiques, ainsi que sur le plan immobilier: le bâtiment a fait l'objet d'une série de travaux de réhabilitation entre 2002 et 2007", selon la même source.

D'après les informations communiquées par l'InVS en février 2009, "il n'est pas possible à ce jour d'établir des relations entre un ou des agents utilisés et les cancers observés" qui touchent "uniquement des femmes : cancers du sein ou lymphomes", a précisé la même porte-parole. "Tous les prélèvements réalisés par le bureau de certification Véritas sont en-dessous des normes admises", selon elle. Le mystère reste entier.

- afp

Alain
22/03/2009, 05h40
C'est la 1ère fois à ma connaissance qu'on ferme carrément un batiment suspecté de donner le cancer. Là effectivement tout est possible, polluant, radiation ou même agent biologique ? En tout cas à suivre.

Avucic
22/03/2009, 06h15
C'est la 1ère fois à ma connaissance qu'on ferme carrément un batiment suspecté de donner le cancer. Là effectivement tout est possible, polluant, radiation ou même agent biologique ? En tout cas à suivre.Il existe en Amérique du Nord beaucoup de bâtiments qui ont été fermés car une trop forte proportion du personnel était atteinte du cancer.

Généralement ce sont des bâtiments :
1. construits avec des stations à micro-ondes pour la communication
2. scolaires qui étaient carrément construits sur des terrains où ont été emplilées des roches qui proviennent d'une mine d'uranium
3.des maisons qui sont trop proche de centre de transmission électrique à très haut voltage.

J'en connais plusieurs qui ont été fermés au Canada.

Alain
22/03/2009, 06h44
OK !

Je pensais à la France. Mais en France aussi les lignes EDF -depuis longtemps- et maintenant les antennes GSM sont accusées de donner le cancer ou d'autres troubles. Peut être que les lignes EDF THT ont conduit à une expropriation des habitations d'ailleurs. Il y avait aussi les emetteurs GO (100kw), les radars ...

En France, à part l'amiante, qu'est ce qui a provoqué une campagne de précaution contre le cancer menant à des fermetures / nettoyage ?

Bon il faudrait regarder de plus près. Quoiqu'il en soit c'est rare et mérite d'être pointé.

Cookies