PDA

Voir la version complète : Les ports surveillés de près


djet 7
22/03/2009, 07h20
Les ports algériens seront dotés de moyens de surveillance ultramodernes dits : système intégré de contrôle et de sécurité maritime et portuaire.

Les enceintes portuaires seront équipées de caméras de surveillance (pour l'identification des personnes dans les points sensibles du port), d'un système anti-intrusion, des badges électroniques pour le personnel... Après l'Italie, l'Algérie est le deuxième pays à disposer d'un tel système.Le ministère des Transports a lancé un avis d'appel d'offres international restreint, relatif à la mise en place d'un système intégré de contrôle et de sécurité et de sûreté maritime et portuaire, et d'échange de données informatisés (VTMIS, Vessel Trafic Management and Information Service). Le projet a été formellement approuvé par le Conseil du gouvernement conjointement avec le projet de développement des ports. Ce projet intitulé VTMIS consiste en l'implantation d'un système VTS associé au système AIS, pour la gestion du trafic des navires aux abords et dans les ports. Cet arsenal de moyens sophistiqués, qui conférera au secteur maritime une vigilance optimale, vient renforcer les mesures de sécurisation maritime adoptées par le pays, à la faveur de l'entrée en vigueur de l'ISPS code, le nouveau code international de sécurité maritime. Tout récemment, un bureau d'études italien a entamé, à Arzew, l'étude d'un projet de télésurveillance par satellite dont seront équipés tous les ports du pays. Après un audit en la matière, fait en 2008, par des spécialistes américains, le ministre des Transports a reconnu que le port d'Arzew est leader en matière de sûreté. Le nouveau dispositif consiste en la surveillance des personnes et des biens lors de leur passage dans les installations portuaires, ainsi qu'à la prévention de la lutte contre les actes de malveillance par des personnes travaillant dans les installations ou tentant d'y pénétrer pour y procéder à de tels actes.

Ces aspects touchent évidemment toutes les personnes entrant et opérant dans les installations.

Le nouveau dispositif vise la prévention et le secours contre les sinistres (risques naturels ou technologiques majeurs). Ce dispositif de sûreté a, pour objectif, la protection du milieu maritime contre les dangers résultant des pratiques illégales, dont le milieu maritime reste le théâtre de prédilection : piraterie, trafics de stupéfiants, immigration clandestine.

Aujourd'hui, la sûreté, au même titre que la sécurité, est un enjeu économique pour les ports.

« Tous les partenaires portuaires doivent adapter leurs méthodes de travail s'ils veulent améliorer la sûreté et la sécurité dans les ports », insiste un armateur.



Davantage de contrôle



Un autre dispositif devra également concerner la sûreté à bord des navires et les préoccupations de l'OMI en la matière (projet de code international de sûreté). Un tel arsenal permettra ainsi de «responsabiliser l'ensemble de la chaîne du transport maritime». Ces dispositifs se veulent drastiques. Les contrôles des enceintes portuaires seront renforcés. Ces dispositifs interviennent dans une conjoncture marquée par un renforcement sans précédent des moyens de surveillance dans les ports maritimes de la rive nord de la Méditerranée. Le Parlement européen vient, en effet, d'adopter un ensemble de directives dans ce sens. A partir de 2011, tous les bateaux devront être contrôlés, ceux qui font escale dans les ports européens et ceux qui restent au large. La fréquence de ces contrôles dépendra de l'état du bateau. Les plus suspects seront visités tous les 6 mois, les autres, tous les ans, voire tous les deux ans. Les Etats européens seront priés de vérifier les bateaux qui naviguent sous leur drapeau. La flotte européenne représente 1/4 de la flotte mondiale, l'UE exige de ses Etats membres qu'ils vérifient le respect des normes internationales par leurs bateaux. Chacun des 27 de l'Union européenne devra désigner une autorité indépendante chargée de prendre en charge les navires en détresse, histoire d'éviter qu'un bateau en détresse ne soit renvoyé dans les eaux européennes avec de plus grands risques de marée noire. L'Union européenne a fixé des dédommagements pour les voyageurs en mer victime de pertes de bagages ou d'accidents. Ce genre de mesures existe déjà pour le secteur aérien, il n'y avait rien de prévu pour le secteur maritime. Tous les transporteurs devront désormais être assurés, ils devront pouvoir prouver cette assurance sous peine de se voir chassés des eaux européennes.

rachid75
22/03/2009, 08h41
Encore de la poudre aux yeux .

Cookies