PDA

Voir la version complète : Algérie : le gel des projets de Sonatrach suscite des interrogations et des critiques


bledard_for_ever
22/03/2009, 18h26
Comme nous l'avions révélé en exclusivité dès le 15 mars, Sonatrach a décidé de geler ses investissements dans la pétrochimie et l'aluminium, officiellement en raison de la crise économique mondiale. Les projets concernés par cette décision sont prévus dans les futures zones industrielles de Beni Saf à Ain Temouchent et de Tiaret.

Parmi les investissements gelés figurent la raffinerie géante de 15 millions de tonnes prévue à Tiaret et l'usine d'aluminium de 700.000 tonnes de Beni Saf. Ces deux projets devaient être réalisés en partenariat avec le saoudien Delta Oil pour le raffinage et le consortium émirat Dubal-Moubadala pour l'aluminium. Résultat de ce gel, la création de des zones industrielles est reportée à une date non définie et avec elles le développement de cette région, les créations d'emplois qui étaient attendues et la réduction de la dépendance de l'économie nationale vis-à-vis de l'exportation d'hydrocarbures.

Mais, loin d'être applaudie, la décision de Sonatrach de reporter à plus tard ses investissements dans ces deux secteurs suscite des interrogations, voire des critiques. La cause ? Des experts interrogés par TSA (www.**************** (http://www.****************/%5C%27../%5C%27)) estiment que la crise mondiale n'est pas un obstacle. Elle constitue, bien au contraire, une opportunité pour les groupes algériens qui souhaitent investir.

Les prix des équipements ont en effet fortement baissé sur les marchés internationaux du fait de la multiplication des faillites dans les pays développés et d'un ralentissement des investissements dans ces mêmes pays. « La crise mondiale a fait baisser le prix des installations et des équipements. C'est le moment d'investir et d'acheter des usines. Ce qui était proposé à « 100 » il y a quelques mois est cédé à « 20 » aujourd'hui. L'Algérie doit saisir les opportunités offertes par la crise mondiale pour investir massivement dans l'industrie et acquérir des sociétés étrangères», estime un consultant dans le secteur industriel.

L'argument de Sonatrach de renoncer à certains investissements dans l'aval pétrolier en raison de la crise mondiale intervient au moment où les prix des installations et de la construction connaissent des baisses après plusieurs années de forte hausse. Autrement dit : Sonatrach avait décidé d'investir massivement au moment où les coûts d'investissement étaient au plus haut mais dès que les prix des équipements ont baissé, le groupe a gelé ses investissements. « Cette décision est contraire aux intérêts nationaux de l'Algérie. La conjoncture devrait inciter Sonatrach à investir pour réduire la dépendance du pays à l'égard du pétrole brut et devenir un acteur majeur de la pétrochimie en Méditerranée », souligne un expert pétrolier.

La décision de Sonatrach de suspendre ses projets parait d'autant plus surprenante que la société nationale des hydrocarbures dispose de moyens financiers importants. Elle a réalisé un bénéficie net de 7 milliards de dollars en 2008 et plus de 8 milliards de dollars en 2007. De même que les banques publiques disposent de 25 milliards d'euros qui dorment sans savoir dans quoi les utiliser.


TSA

bledard_for_ever
22/03/2009, 18h27
Gel des investissements de Sonatrach : Khelil dément « l’annulation » du projet de raffinerie de Tiaret



Le ministre de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil, a indiqué, dimanche 22 mars, que le projet de raffinerie de Tiaret, dans l'ouest du pays, n'a pas été annulé. Selon M. Khelil, il est actuellement en phase d'études d'engineering. «Le projet de raffinerie de Tiaret n'a pas été annulé. Il est en phase d'étude d'engineering qui sera suivie par un appel d'offres pour sa réalisation », a précisé le ministre aux journalistes, en margé d'un séminaire sur l'énergie. Ces études durent en fait depuis des années et Sonatrach était en négociation avancée avec le groupe saoudien Delta oil pour la construction en partenariat de cette raffinerie. Le ministère de l'Energie et des mines a également décidé de construire une usine géante de dessalement de l'eau de mer à Magtaa près d'Oran d'une capacité de 500.000 m3 par jour pour alimenter cette raffinerie, après les recherches infructueuses effectuées par Sonatrach de trouver des sources d'eau dans la région de Tiaret.

Toutefois, M. Khelil n'a pas démenti le gel du projet, comme l'a rapporté TSA (www.**************** (http://www.****************/%5C%27..//%5C%27)) dans son édition du 15 mars. Selon nos sources, la société nationale des hydrocarbures a décidé de geler tous ses projets dans la pétrochimie et l'aluminium prévus dans les futures zones industrielles de Tiaret et Beni Saf en raison de la crise financière mondiale et de la baisse annoncée des revenus pétroliers de l'Algérie attendue durant les deux prochaines années. Parmi les projets gelés figurent l'usine d'aluminium de Beni Saf et la raffinerie géante de pétrole de Tiaret d'une capacité de 15 millions de tonnes par an. Ces projets Sonatrach voulait les réaliser en partenariat avec des groupes arabes du Golfe : les Emiratis de Dubal-Moubadala pour l'aluminium et Delta Oil pour le raffinage. Le PDG de Sonatrach Mohamed Meziane avait évoqué fin 2008 le gel des investissements ne maturation dans l'aval pétrolier en raison de la crise mondiale.

TSA

bledard_for_ever
22/03/2009, 18h36
vous comprenez qlql chose de RSA?

jamaloup
22/03/2009, 18h49
de l'intox, ça se sent à mille lieux , des le premier mot ..

l'algerie a la chance d'avoir la chose la plus rare en ce moment , l'argent , alors nous prendre pour des idiots, et parler de crise , alors que le dernier des economiste sait qu'en temps de crise la meilleur chose a faire pour celui qui a l'argent est d'investir , parceque non seulement ça coute moins cher qu'en temps normaux, mais risque de rapporter tres gros quand l'economie redemarre ,les autres n'ayant pas investis qd ça allait mal..

bledard_for_ever
22/03/2009, 19h00
Le groupe sonatrach communique que ses investissements de 63 milliards de dollars et ces gens là font dans la désinformation hors contexte


c grave nos journalistes ou apparentés

Cookies