PDA

Voir la version complète : Le niveau de la boxe en Algérie a énormément baissé


morjane
25/03/2009, 14h08
Depuis deux ans, l’ex-coach de la sélection nationale de boxe, Brahim Béjaoui, entreprend un véritable travail au sein de la sélection militaire.

D’ailleurs, les fruits de son labeur commencent à être cueillis, la dernière participation au championnat national fut un succès total pour les poulains du coach Béjaoui, qui ont brillamment remporté ce Championnat national d'Algérie par équipes devant des formations huppées à savoir le GSP, l’équipe nationale, la Protection civile et la présence de 28 wilayas représentées par leurs différentes formations.

«Le niveau de la compétition était très élevé, j’ai engagé 11 boxeurs. On a décroché trois médailles d'or avec les Boussalah (48 kg), Ouadahi Sid-Ali (54 kg) et Haloui Abdelkader (75 kg) suivies par deux médailles d'argent obtenues par Meslouh Samir (81 kg) et Berrag Sid-Ali (64 kg) et quatre en bronze. Je suis très satisfait de ces résultats compte tenu de la préparation effectuée par le groupe», dira le sélectionneur national. Cette compétition sert de tremplin au championnat d'Afrique des nations militaire qui aura lieu à Alger du 27 mai au 2 juin 2009. «Nous allons nous présenter avec onze boxeurs, et là aussi je vise le podium», a annoncé Béjaoui.

Selon le technicien, la préparation se déroule dans de parfaites conditions. Parallèlement à cela, l’ex-sélectionneur national regrette l’absence d’une réelle politique de formation dans le championnat national, chose qui influe négativement sur la qualité des boxeurs fournis à l’équipe nationale.

L’Algérie éprouve d’énormes difficultés pour remplacer le départ des Allalou, Bahari, Soltani, etc. «Ce n’est un secret pour personne que le niveau de la boxe en Algérie a énormément baissé. Il fut un temps où nos boxeurs étaient surnommés les Cubains de l’Afrique, mais au moment où nous avons stagné, les autres ont beaucoup avancé.»

Dans son constat, Béjaoui reproche à cette nouvelle génération de conseillers de l’ISTS, spécialité boxe, l’écart enregistré entre les études qu’ils font et le travail sur le terrain.

Par Le Soir

Cookies