PDA

Voir la version complète : Ruée des compagnies aériennes vers la destination Algérie


icosium
28/03/2009, 17h54
La crise plombe le transport aérien dans le monde

Yasmine Idjer

Prix promotionnels, investissements dans le confort des passagers, médiatisation et publicité à outrance: les compagnies aériennes étrangères se montrent de plus en plus attentionnées envers les Algériens qu’elles tentent de séduire. Ce soudain regain d’intérêt pour le marché algérien s’explique par la baisse substantielle de la demande en raison de la crise économique mondiale. La plupart de ces compagnies ont décidé de concentrer leurs efforts sur les marchés en croissance, tel que l’Algérie et les pays du Moyen-Orient en général, afin de compenser leur manque à gagner dans les autres régions de la planète. Des destinations, qui étaient jusque-là à peine prises en considération dans les business-plans de ces compagnies, deviennent maintenant des enjeux commerciaux. Ainsi, la compagnie allemande Lufthansa a décidé dernièrement d’augmenter ses vols vers Alger, Sana (Yémen), Dubaï (EAU) et Mumbai (Inde) pendant l’été alors qu’elle a annulé d’autres à destination de Bordeaux (France), Bratislava (Slovaquie), Erevan (Arménie), Ibiza (Espagne), Karachi et Lahore (Pakistan) pour des raisons économiques. Il en est de même pour la compagnie française Air France qui a annoncé, il y a quelques jours, l’augmentation de la fréquence de certains de ses vols entre l’Algérie et la France. La compagnie Air France - KLM a décidé de porter le nombre des vols quotidiens Alger-Paris de trois à quatre et celui de la liaison Alger-Marseille de cinq à sept par semaine Avec l’inauguration de ces vols supplémentaires, le nombre total des vols assurant les liaisons Algérie- France sera de 35 par semaine dont 26 concernent Paris et sept Marseille. Air France réalise donc une croissance de son offre de 9% par rapport à l’année dernière. Le nombre total de sièges atteindra les 267.000 dont 214.000 vers Paris et 53.000 vers Marseille. Les responsables de cette compagnie avaient expliqué à la presse que «le marché algérien devient de plus en plus prometteur» tout en reconnaissant avoir revu leur plan d’investissement pour amortir les retombées de la crise financière internationale. Ces compagnies n’hésitent pas non plus à jouer sur les prix y compris de ceux long courrier qui étaient, jusque-là, proposés à des tarifs exorbitants.

Des promotions à gogo

Les Algériens croyaient rêver lorsque British Airways leur permettait de rejoindre New York à partir d’Alger via une escale à Londres pour… 35.000 dinars le billet qui est valable toute une année. Il faut dire qu’à travers le monde, les informations sont loin d’être réjouissantes pour le secteur de transport aérien. Le trafic aérien est en chute libre depuis quelques mois. Il a continué sa baisse en février, pour le fret comme pour les passagers, illustrant l'avancée inexorable de la crise dans ce secteur. L'Association internationale du transport aérien (IATA) s’inquiète, d’ailleurs, de cette situation. Selon cette organisation, le trafic passagers a dégringolé de 10,1% en février, comparé au même mois de 2008, après une baisse de 5,6% en janvier. De son côté, le transport de marchandises, depuis plusieurs mois est encore plus touché que celui des passagers en raison de la contraction du commerce mondial, et va poursuivi sa descente aux enfers: -22,1% en février. «C'est le troisième mois consécutif d'une baisse de plus de 20% dans le cargo avec -23,2% en janvier et -22,6% en décembre», a observé IATA, qui représente 230 compagnies, soit 93% du trafic aérien international, à l'exclusion des compagnies low-cost. Pour le trafic-passagers, la réduction de capacité est telle que des compagnies ont cloué au sol des avions ou utilisé des appareils plus petits sur certaines destinations, réalisant ainsi des économies. Toutes les régions du monde ont vu le trafic-passagers baisser, à l'exception notable des compagnies du Moyen Orient (+0,4%).

Le Financier

justemoi
28/03/2009, 22h21
ils peuvent rajouter des vols vers le bled ça restera toujours trop cher

faut arreter les conneries 290 euros un lyon-sétif-lyon. A quand des vrais vols charter à moins de 100 euros

on est des vrais vaches à lait

Cookies