PDA

Voir la version complète : Le controversé Rasmussen à la tête de l’OTAN


Chihab
05/04/2009, 05h05
Le controversé Rasmussen à la tête de l’OTAN




Par Moumene Belghoul

Après avoir jeté un froid sur le sommet de l’OTAN, la controverse sur le nom du futur secrétaire général est finalement levée. L’accord de la Turquie, qui s’opposait à la nomination du Danois Anders Fogh Rasmussen à la tête de l’OTAN, a été obtenu grâce au rôle joué par le président américain Barack Obama auprès du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. A Strasbourg, dans l’est de la France, les anti-OTAN n’ont pas chômé. Les heurts entre les manifestants et la police ont été très violents. Les mesures de sécurité draconiennes ont entravé les déplacements des délégations des officiels. A Strasbourg, 25 personnes ont été interpellées lors d’interventions pour repousser des militants anti-OTAN dans le sud de la ville. Les manifestants avaient annoncé leur volonté de perturber la tenue du sommet en occupant des axes menant au palais des Congrès, lieu de la réunion. Le sommet de l’OTAN a repris ses travaux avec une heure et demie de retard, les 28 dirigeants ayant au préalable dû discuter du problème posé par l’opposition turque à la nomination de Rasmussen. Ankara avait était réfractaire à la nomination de Rasmussen pour ses positions politiques d’extrême droite. Les alliés avaient déjà échoué vendredi à se mettre d’accord sur le nom de l’actuel Premier ministre danois qui était favorable à la guerre en Irak. Pourtant, Rasmussen était soutenu par Berlin, Paris, Londres et Washington. Considéré comme un fasciste par ses opposants, il avait défendu le droit d’un journal danois à publier des caricatures offensantes pour le monde musulman en 2005. Le poste de SG de l’OTAN était à pourvoir et une nomination requiert l’unanimité absolue des alliés. La réunion atlantiste d’hier a été centrée sur la mobilisation de renforts dans le bourbier afghan où les Américains et leurs alliés ne parviennent pas à enrayer les attaques des talibans. Le président américain Barack Obama a prévenu vendredi les Européens que l’Amérique n’entendait pas faire face seule à la guerre contre les talibans et leurs alliés d’Al Qaïda et leur a demandé plus d’efforts. Pour donner l’exemple, Obama a décidé l’envoi de 4 000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan. Les Européens sont restés jusque-là très timides dans l’effort militaire, préférant accroître leur aide civile et la formation de la police afghane. Pour assurer la sécurité de l’élection présidentielle d’août prochain en Afghanistan, les dirigeants de l’Alliance devraient toutefois annoncer l’envoi, au moins temporaire, de quatre bataillons, soit 3 000 à 4 000 hommes. Au final, les membres de l’OTAN ont annoncé être prêts à déployer jusqu’à 5 000 soldats de plus en Afghanistan, a annoncé la Maison-Blanche à l’issue du sommet de Strasbourg. L’épouvantail Al Qaïda est appelé à la rescousse. En raison de la proximité présumée de ses bases arrière en Afghanistan et au Pakistan, «il est sans doute plus vraisemblable qu’Al Qaïda lance une grave attaque terroriste en Europe qu’aux Etats-Unis», avait mis en garde Obama.
M. B

absent
06/04/2009, 23h39
La turquie, principale puissance "européenne" de l'otan voit d'un oeil tres mefiant cette droite dure arriver à la tête de la principale organisation securitaire de l'apres guerre froide, cette arrivée ne va pas faire plaisir aux principaux membres associés à l'otan : algerie, maroc et tunisie. un axe devrait même voir le jour entre les trois pays observateurs et la turquie.

rasmussen, la droite dure anti-musulmane à la tête de l'otan, voilà bien une sale affaire...

Cookies