PDA

Voir la version complète : anniversaire sanglant de hassan2 a skhirat


chegevara
06/04/2009, 13h16
Le 10 juillet 1971, plus de 1000 invités se rendent au palais royal de Skhirat pour célébrer le 42ème anniversaire de Hassan II. Parmi eux des personnalités de tous bords, politiciens, sécuritaires, hommes d’affaires, artistes, etc. La fête est gâchée par… une tentative de coup d’Etat, fomentée par un militaire de 36 ans, le lieutenant-colonel M’hamed Ababou. Bilan de la journée : plus de 500 morts, 8 tonnes de munitions utilisées, des blessés par centaines, 10 condamnations à mort, plusieurs exécutions sommaires, etc. Et une grosse frayeur pour Hassan II, qui a failli y laisser son trône.
2 heures du matin. Le clairon sonne plus tôt que d’habitude, à l’école militaire d’Ahermoumou, village planté à 70 kilomètres de Fès. En deux temps trois mouvements, les 1200 élèves sous-officiers s’extirpent du lit en tenue de combat. “Depuis deux jours déjà nous étions en état d’alerte, nous devions dormir en uniforme, prêts à partir en mission à tout moment”, raconte Mohamed Moutakillah, ancien d’Ahermoumou.

Celui qui se sent incapable de remplir cette mission, je l’en dispense sans rancune aucune”. Désireux d’en savoir plus, l’aspirant Mohammed Raïss (auteur de De Skhirat à Tazmamart, Ed. Afrique Orient, 2003) aurait lancé à Ababou : “Mon colonel, en quoi consiste notre mission au juste ?”. Réponse de Ababou : “Je n’en sais pas plus que vous, c’est une affaire de généraux. A Rabat, vous trouverez un état-major avancé qui vous donnera votre mission”. L’entraînement se réalisera à balles réelles, ajoute Ababou. “Ça en a étonné plus d’un, puisque les manœuvres se font normalement avec des balles à blanc”, se rappelle un des élèves sous-officiers. Distribuées la veille, 8 tonnes d’armes sont prêtes à l’utilisation : canons antichars, fusils mitrailleurs, mitraillettes anti-aériennes, grenades, canons 75, pistolets Beretta… “Nous avons même essayé un nouvel arrivage de roquettes américaines sur le champ de tir”, poursuit notre source. Soucieux de réussir l’exercice, Ababou supervise, lors de ce training, une démonstration d’embarquement et de débarquement des camions. Chronomètre en main. Ce qui ne manque pas d’éveiller quelques soupçons :
4h00. En quelques minutes, les 1200 militaires de la garnison embarquent dans les 25 camions alignés sur la place d’armes. Des commandos d’une quarantaine d’éléments menés chacun par un officier et un sous-officier. Le convoi s’ébranle. Direction plein sud. Deux jeeps de gradés ouvrent et ferment le défilé de véhicules militaires, s’étalant sur plus de 500 mètres.

6h30. La caravane militaire fait halte dans un hameau, aux abords de Fès. Les soldats profitent de la pause-pipi pour se dégourdir les jambes. Une pause express. Le convoi traverse la ville alors que les premières lueurs du jour pointent à l’horizon. Nationale 1 vers Kénitra pour éviter les encombrements.

8h15. Quelques 150 kilomètres plus loin, le convoi décide de prendre un raccourci au niveau de Sidi Kacem. Il déchante vite, la route est bloquée, impossible d’aller plus loin. Le convoi est contraint de rebrousser chemin. La route étroite rend difficile la manœuvre, et retarde d’autant l’objectif de la journée : prendre le palais royal de Skhirat.

10h00. Dans la résidence royale donnant sur la plage de Skhirat, on s'active. Un tournoi de golf est organisé, en l’absence de Hassan II, convaincu par le général Melbouh que la compétition l'aurait retardé pour la suite de la cérémonie. Un millier de convives- des hommes pour la plupart, les femmes étant invitées le lendemain- sont attendus, “tenue estivale de détente” exigée, comme mentionné sur le carton d’invitation. L’ambiance est à la fête, on est loin de se douter du projet de putsch.
.................................................. .......................Telquel n:359.a suiv.

chegevara
06/04/2009, 13h25
10h15. A bord de sa Citroën DS, Ababou a décidé de devancer le peloton kaki. Il arrive le premier à Bouknadel, village situé à une quinzaine de kilomètres de Rabat. En civil, chemisette à fleurs et pantalon pattes d’éph, il va à la rencontre de “l’état-major avancé”, une poignée de commandants des Forces armées royales (FAR). En attendant sa garnison, Ababou mène sa garde rapprochée en forêt, et explique les véritables raisons de ce raout champêtre : “Mes amis, aujourd’hui c’est l’anniversaire du roi, toutes les personnalités importantes du pays sont invitées au palais de Skhirat. Profitant de cette occasion et de l’effet de surprise, le général Medbouh (directeur de la maison militaire, chargé “d’informer le souverain de toutes les questions relatives à la défense nationale”, ndlr) et moi-même avons décidé de faire un coup d’Etat, rapporte Raïss dans son livre. J’attends mes hommes qui arriveront d’un moment à l’autre”. Parmi les présents, un certain lieutenant-colonel Abdellah Kadiri, (lire encadré) qui aurait, selon Raïss, lancé à Ababou : “Je crois que tu plaisantes. Un coup d’Etat ça se prépare, ce n’est pas une partie de chasse. D’ailleurs, moi je ne suis pas d’accord. Va faire ton coup, moi je reste ici”.

11h20. Le convoi arrive enfin au point de ralliement : la forêt de la Maâmora. Il fait chaud, très chaud, les soldats dégoulinent de sueur. Ababou donne l’ordre de débarquement, c’est l’heure du casse-croûte. Au menu : boîtes de sardines, barres chocolatées et une bonne ration d’amphétamine. “Les hommes reçoivent, comme à chaque départ en longue manœuvre, une dose de benzédrine. C’est le produit qu’utilisaient pendant les guerres, les commandos anglais pour maintenir leurs nerfs en bon état pendant leurs opérations”, raconte Claude Clément, dans Oufkir, (1975, éditions Jean Dullis). M’hamed Ababou, accompagné de son frère aîné Mohamed, rassemble les chefs de commandos. “Il nous demanda de nous approcher de lui et de former un demi-cercle, puis il commença son speech d’une voix calme, rassurante, et d’un sang-froid remarquable”, écrit Raïss. “Il s’agit d’encercler deux bâtiments à Skhirat, occupés par des éléments subversifs”, lance Ababou, d’après plusieurs témoignages. Une version contredite par les PV de l’époque : “Le lieutenant-colonel Ababou M’hamed nous tint les propos suivants : messieurs, vous êtes des officiers jeunes, vous connaissez tous la condition de l’officier dans notre armée. Le haut commandement a décidé de faire un coup d’Etat, déclare notamment Aziz Binebine lors de l’interrogatoire militaire. Nous devons attaquer le palais de Skhirat. Nous devons intervenir à 13 heures.

A cette même heure, d’autres unités interviendront dans d’autres villes du royaume”. Avec une branche, Ababou dessine un croquis grossier du site à prendre d’assaut. Il explique aux officiers que le convoi doit se diviser en deux unités. La première, qu’il dirigera lui-même, devra investir la zone par la porte sud, tandis que la deuxième, pilotée par son frère Mohamed, pénétrera par la porte nord. “Il faut boucler toutes les issues, faire sortir tous les ressortissants étrangers des rangs et les faire monter dans les camions. Ne laissez personne s’échapper ! Tirez sur les fuyards !”, poursuit le colonel. Ababou lance à ses hommes : “Relevez les bâches de vos camions et ordonnez à vos hommes d’engager les chargeurs. Messieurs, jusqu’à Rabat, nous allons nous déplacer dans une zone d’insécurité, préparez-vous à la guerre, vous pouvez disposer !”, rapporte Ahmed Marzouki, auteur de Tazmamart Cellule 10 (Ed. Tarik, 2000), un des protagonistes du coup d’Etat. Ababou et ses officiers supérieurs s’arment de mitraillettes, deux chargeurs en poche. Prêts à dégainer…

13h30. Après avoir traversé Salé, les 1200 soldats, en plus de leurs encadrants, investissent Rabat. Le cortège emprunte le boulevard Hassan II, une des principales artères de la capitale, “sous les regards ébahis de curieux attroupés au bord de la route et sous les hola admiratifs d’enfants du peuple qui imitaient le salut militaire”, relate Ahmed Marzouki. Sur la route côtière menant à Skhirat, la circulation dense en ce week-end d’été retarde la machine, engluée dans les embouteillages. “Le convoi a parcouru les 300 kilomètres qui séparent Ahermoumou de la capitale sans jamais être inquiété, sans avoir rencontré ni gendarmes, ni policiers, ni quelque contrôle que ce soit”, remarque Aziz Binebine, auteur de Tazmamort (Ed. Delanoel, 2009). En direction de Skhirat, RAS non plus.

Seuls agents d’autorités croisés?: des motards de la gendarmerie. Ils arrêtent les véhicules civils pour dégager la route aux militaires. Quittant la route principale, les hommes de Ababou accélèrent la cadence, et dépassent bientôt le complexe balnéaire de “l’Amphitrite”. Le palais royal est en “visuel”..................................a suivre................

chegevara
06/04/2009, 13h27
13h40. Le roi, qui fête ses 42 ans, accueille ses invités. Toute la famille royale est réunie : le prince Moulay Abdellah est de la partie, mais aussi le prince héritier Sidi Mohammed, alors âgé de huit ans, et Moulay Rachid, qui vient de souffler sa première bougie.

13h55. Ababou longe la muraille du palais de Skhirat à la tête d’une première unité. En faction devant la porte sud, les éléments de la Garde royale, les gendarmes et les parachutistes n’opposent aucune résistance, si ce n’est de vaines sommations. Les hommes du colonel pénètrent dans le palais sans tirer un seul coup de feu, roulent sur le terrain de golf, en direction de la résidence de Hassan II.

Arrivé devant la porte principale, Ababou fait signe aux chauffeurs de s’arrêter. Il ordonne à ses troupes de débarquer des camions et de tirer sur toute personne opposant résistance. Les officiers et les sous-officiers répercutent l’injonction aux cadets. “Une fois au sol, ils ont commencé à tirer en l’air, puis dans tous les sens et à lancer des grenades à tort et à travers…”, témoigne le capitaine Hamid Bendourou lors des interrogatoires. “Un lieutenant de la gendarmerie surgit, pistolet à la main, et cria à Ababou : mais qu’est-ce que vous faites mon colonel ? Vous êtes ici dans un palais royal, vous n’avez pas le droit d’y entrer sans permission, raconte Ahmed Marzouki. Ecarte-toi de là, répondit Ababou menaçant. Non je ne vous laisserai pas entrer, répliqua le lieutenant”. Un échange de balles plus tard, le lieutenant de la gendarmerie gît sur le sol, tandis que Ababou s’en tire avec une balle à l’épaule.

14h00. A l’entrée de la porte nord, l’aîné des Ababou, qui mène la deuxième unité à l’assaut, ordonne à son chauffeur de forcer le barrage, une grosse chaîne métallique. Le convoi s’engage dans le palais, dépasse les dunes de sable adjacentes au green, avant de s’arrêter au niveau des bungalows donnant sur la plage. Les bras écartés, un commandant de la brigade de parachutistes, le commandant Loubaris, tente de stopper l’assaut. “Il s’est mis à marcher en direction du colonel Mohamed Ababou, qui était assis dans sa jeep, et armé de sa mitraillette”, se souvient un témoin, présent sur les lieux. Loubaris lance à Ababou frère : “Tu comptes aller où comme ça ? Tu te rends comptes de ce que tu es en train de faire, Inaâl Chitane, arrête tout, maintenant !”. Mais le lieutenant-colonel ne l’entend pas de cette oreille, il vise le commandant au niveau du ventre. Loubaris parvient à esquiver le gros de la rafale, mais il est tout de même grièvement blessé. Interrogé après son arrestation, Mohamed Ababou livrera une tout autre version des faits : “Une personne accourt vers moi comme pour m’empoigner, je tire sur elle. J’ai appris par la suite qu’il s’agissait du colonel Loubaris…”, peut-on lire sur les PV militaires enregistrés au lendemain de la tentative de putsh.

14h25. Non loin de la tente caïdale dressée pour le roi, le célèbre joaillier de la place Vendôme, l’héritier Chaumet, discute avec des invités des prix qu’il compte offrir aux vainqueurs du tournoi de golf. Soudain, “on entend des pétarades, on croit à une fantasia surprise, à une idée du prince Abdallah, volontiers farceur”, écrit Claude Clément, présente à Skhirat ce samedi 10 juillet. “Ce fut à un moment où je me trouvais en pleine discussion avec des collègues et amis sous une grande tente, non loin de Hassan II, entouré de Bourguiba junior et d’autres personnalités, que nous avons entendu des coups de feu”, rapporte Abdelmjid Tazi, chargé de mission auprès du Premier ministre, lors de son témoignage en 2001 devant l’Association des familles des victimes des évènements de Skhirat (AFVES). Tout le monde pensait au début qu’il s’agissait de sport, d’une partie de “tir aux pigeons”.

On s’interroge, mi-surpris mi-étonné : c’est peut-être le feu d’artifice, initialement prévu pour la nuit, un court-circuit ou une mauvaise manipulation, qui a fait partir des fusées ? “M. Perrier, ministre plénipotentiaire français, saigne de la jambe. Il peste contre ces imbéciles qui laissent partir horizontalement, au risque de blesser les passants. Il peste jusqu’au moment où une grenade vient exploser au pied du roi, sans blesser personne. C’est le coup de semonce. L’orchestre égyptien s’enfuit, abandonnant ses instruments”, détaille Claude Clément. Certains invités fuient, d’autres continuent de croire à la plaisanterie, et mettent leur club de golf en joue, pour singer les cadets, ou protestent contre les militaires, qui abiment le green en le piétinant.

14h30. Les grenades éclatent de toutes parts, les mitraillettes crachent des centaines de balles. “Dix, quinze, vingt soldats casqués et en tenue de campagne se ruent vers la grande entrée. Ils sont courbés en avant, crispés sur leurs fusils, avec lesquels il tirent devant eux au petit bonheur. Haut les mains ! Tous dehors, rugissent-ils”, rapporte Benoist Méchin dans Deux étés africains (Ed.Albin Michel, 1972). Comme les serveurs et les cuisiniers tardent à sortir, peut-être ont-ils cru que cet ordre ne s’adressait pas à eux, l’un des deux soldats lance une grenade dans le tas. Elle explose. Des lambeaux de chair volent dans tous les sens”.

Quand des soldats aperçoivent le buffet gargantuesque, leur fureur décuple, ils tirent en direction du festin, renversent les tréteaux, détruisent les pyramides de vivres à coups de crosses, piétinent les assiettes et les verres… “Vous avez assez bâfré avec les porcs, s’écrie l’un d’eux en esquissant un geste de menace en direction de la foule. A présent, vous allez payer !”, écrit Méchin. Joignant l’acte à la parole, officiers, sous-officiers et cadets tirent sur la foule, sans discernement, sans sommations. Dans le chaos généralisé, “un déluge de feu partait des deux colonnes de camions qui encadraient les lieux (…) Les personnes restées debout sur le terrain de golf furent fauchées par les tirs croisés, ainsi que beaucoup d’élèves.

Le nombre de ces derniers ne fut pas révélé après les événements, mais plus de deux cents d’entre eux tombèrent sous les balles de leurs camarades”, rapporte Aziz Binebine dans son livre. “Les soldats continuent de tirer au petit bonheur, sans aucune autre raison que le plaisir de tuer ; sur un homme épuisé qui abaisse les bras au lieu de les tenir levés, sur une chemise dont la couleur leur déplaît, sur une figure dont l’expression ne leur revient pas”, poursuit Méchin. Ahmed Marzouki rapporte l’anecdote suivante.

Non loin de la grande piscine du palais, un cadet se dirige vers une Européenne, “ébloui par l’éclat d’une fine chaînette en or qu’elle portait sur sa taille nue. Il l’arracha brutalement”. Un sous-lieutenant qui assistait à la scène intervient, et assène une mandale à l’élève, en guise de réprimande. “Celui-ci, d’un bon rapide, se retourna et braqua son arme sur son instructeur : si c’était un autre gradé que toi, je te jure mon lieutenant que je l’aurais abattu comme un chien. Ne refais jamais ça. Ici nous ne sommes pas à Ahermoumou…”...................................... ...a suivre..................

chegevara
06/04/2009, 13h28
14h40. “Les gens brisaient des vitres pour aller vers la mer, et moi-même j’ai donné des coups de pied en fermant les yeux pour briser une vitre et m’enfuir. On a essayé de se cacher derrière les bosquets, derrière les arbres, comme dans un film de guerre”, témoigne Eric Vo Toan, architecte du Mausolée Mohammed V, lui aussi de la partie ce jour-là. “Je revois toujours Allal El Fassi, pieds nus, turban défait, du sang recouvrant sa jellaba blanche. Il avait beaucoup de peine à marcher, je lui tendis la main pour l’aider.

Me fixant de ses yeux bleus hagards, il me dit : ‘Sauve-toi, tu es encore jeune mon fils’”, raconte cet autre témoin. Alors que Ababou effectue une ronde pour s’assurer du bon déroulement des opérations, Allal El Fassi, le leader de l’Istiqlal, blessé à la main, l’apostrophe : “Ababou s’excusa poliment et répondit : patientez un peu Si Allal ! ‘Je reviendrai vous voir plus tard’”, révèle Raïss. Anecdote cocasse rapportée par le même Raïss : “Mahjoubi Aherdane (fondateur de la Haraka et plusieurs fois ministre, ndlr) fut maltraité par nos élèves qui firent semblant de ne pas le reconnaître.

Ils lui ordonnèrent de se déchausser, ce qu’il fit aussitôt, ensuite d’enlever sa chemise et son gilet de corps, il s’exécuta docilement. Pour le pantalon, il hésita au début avant de l’abaisser, mais lorsqu’ils exigèrent d’enlever le caleçon, il devint furieux et refusa catégoriquement en disant : tout sauf le caleçon, je ne suis pas un singe quand même. L’intervention d’un sergent berbère de la même région qu’Aherdane mit fin à cet incident”. Alors qu’une vague d’invités, souhaitant échapper au massacre, se dirigent vers le rivage, les soldats encerclent le palais et attendent les fugitifs du côté de la plage. Les fuyardsrebroussent chemin, tentent de trouver refuge à l’intérieur du palais, s’agrippent aux baies vitrées, se coupent les mains, se font faucher par les balles. Mais “la cible” est toujours hors de portée.

15h00. Oufkir et Hassan II se dirigent vers la salle du trône… et s’engouffrent dans les toilettes. “Une petite pièce divisée en deux par une cloison, quatre WC et des lavabos d'un côté, une rangée de téléphones muraux de l'autre”, décrit Stephen Smith dans Oufkir, Un destin marocain (Ed. Hachette, 1999). C’est la grande foule dans les WC royaux, où s’agglutinent Hassan II, Oufkir et une quinzaine de personnes. Le roi et son ministre de l'Intérieur font brièvement le point. Oufkir surveille, par une lucarne ouverte, pendant que Hassan II s'aventure à regarder par le trou de la serrure.

16h10. La bande à Ababou commence à constituer les premiers prisonniers. “Les soldats nous ordonnaient une fois de nous coucher à plat ventre, les mains derrière le dos, une fois de nous mettre debout les mains sur la tête, et ainsi de suite”, se remémore un témoin. La famille royale n’est pas en reste : le prince Moulay Abdallah, blessé pendant l’assaut, est fait prisonnier par les cadets. “Revêtu d’une jellaba blanche tout imbibée de sang dont un pan lui couvre l’épaule comme une toge romaine, le prince avance à pas lents (…). Sa main droite soutient son coude gauche qui est désarticulé. Tout, dans son attitude, exprime un calme imperturbable.

Un sourire un peu hautain flotte sur ses lèvres”, décrit Benoist Méchin. L’épouse de Moulay Abdallah, Lalla Lamiaa Solh, alors enceinte de plusieurs mois, rejoint son mari bon gré mal gré. Une poignée de soldats la précèdent, et lui assène des coups de crosse dans les reins. Du haut de ses huit ans, le prince Sidi Mohammed, effrayé, se fait du mouron pour ses proches, en particulier pour son père. “Le prince Sidi Mohammed vient vers moi et me dit dans un français impeccable : ‘Qu’est-ce qu’ils vont faire Madame, ils vont tuer mon papa ?’”, raconte Solange Masseli, une des convives entendue par l’AFVES. “Il y avait aussi Moulay Rachid et sa gouvernante. Interrogée sur l'identité de l'enfant, elle a répondu que c'était son fils”, témoigne Abdelhamid Bennani, ancien ambassadeur.

16h30. Dans le jardin du palais, les généraux Bougrine, Hammou, Habibi et Amharrech sont en état d'arrestation. Les galonnés de l'armée marocaine, mis en joue par des cadets affolés… D'après les témoignages récoltés par Stephen Smith, le quatuor de galonnés reste de marbre quand M'hamed Ababou s'approche d'eux et leur demande de “soutenir le coup d'Etat armé”. Refusant de serrer la main au “colonel félon”, Hammou aurait allumé un cigare et qualifié la tentative de putsch de “khedmat drari sghar, un travail d'enfants”. Ababou patiente, revient à la charge, et leur propose d'intégrer le “Conseil de la révolution”, improvisé le jour même.

16h50. Le docteur Benaïch, médecin particulier de Hassan II, sort le premier pour assister les enfants du roi. Les cadets, qui avaient reçu l’ordre d’abattre toute personne qui tenterait de sortir des WC de l’aile royale, tirent sur le médecin. “Mais le général Medbouh, qui voulut au dernier moment empêcher cette exécution, tomba sous la même salve”, rapporte un médecin français.

17h10. Un hélicoptère décolle du palais de Skhirat. “Ababou lève les yeux et le voit se diriger vers Rabat”, nous apprend Abderrahim Irchidi, alias Foufou (feu en berbère), ancien d’Ahermoumou et proche de Ababou, comme il se définit lui même. “Il en conclut que Hassan II s’est fait la malle”. Les reclus des toilettes sortent et sont acheminés par les soldats, mains en l'air, vers les jardins. “Le roi, qui était à deux mètres de moi, était habillé en chemise courte et portait un chapeau de paille, les soldats ne l’avaient jamais vu comme ça, ils le connaissaient seulement sur la photo officielle”, explique une invitée. “A une époque où la télévision n'a pas encore pénétré tous les foyers, aucun des insurgés n'a reconnu le monarque, son Premier ministre ou son ministre de l'Intérieur”, renchérit Stephen Smith.

Tout s'enchaîne très vite et, comme par miracle, c’est le retournement de situation. La scène est narrée par Hassan II dans Paris Match : "Il (le sergent Kennouch Mahouch, ndlr) était tellement énervé, excité, que sa mitraillette tremblait dans ses bras. Soudain, coup de théâtre! Mon geôlier se met au garde-à-vous et me salue militairement. Je commande : “repos!” Je devine que quelque chose d'extraordinaire, d'insolite, se passe. Il faut y aller à fond. Je l'apostrophe : “Pourquoi ne me baises-tu pas la main? Etes-vous devenus tous fous, vous, les soldats de l'armée royale, mes enfants ?” Le cadet se montre angoissé, il me supplie?: “‘Notre Seigneur, ne parlez pas trop fort, il y a encore ici beaucoup de gens qui vous veulent du mal’. Il m'embrasse les pieds, le cou, les épaules.

Sur le chemin, l'ensemble des cadets m'entourent, m'embrassent les mains. Au même instant, j'entame la Fatiha, les premiers versets du Coran, repris par les cadets et par l'assistance”. Hassan II ordonne à Oufkir de se lever et le charge de prendre l'affaire en main. Il lui délègue tous ses pouvoirs civils et militaires. Les premiers blessés sont acheminés vers l’hôpital Avicenne de Rabat, vite débordé. “Nous sommes arrivés à Rabat après 5h de route, dans un car rempli de voyageurs. L'armée fouillait les passagers le long de la route entre Casablanca et la capitale. Rabat ressemblait à un champ de bataille, à part des soldats et des agents d'autorité en grand nombre, les rues étaient désertées par les civils”, décrit ce Rbati......................................a suivre..................

chegevara
06/04/2009, 13h29
17h45. La rue Brihi est encerclée. La radio tombe aux mains des mutins. Parmi les soixante-quinze prisonniers de la RTM, Abdelhalim Hafez. Ababou n'a qu'une seule priorité: rendre public le coup d’Etat. On ordonne à la légende égyptienne d'annoncer la prise de pouvoir par l’armée. Devant son refus, les militaires se rabattent sur le compositeur Abdessalam Amer, tout de même un peu plus marocain. “Aveugle, il doit apprendre par cœur les phrases qu'on lui dicte, avant de les réciter, debout devant un micro, dans le studio numéro 3”, raconte Smith. Teneur du commmuniqué : “L'armée vient de prendre le pouvoir. Le système monarchique a été balayé. L'armée du peuple a pris le pouvoir. Vigilance, vigilance. Le peuple avec son armée est au pouvoir. Une ère nouvelle vient de poindre”. A l’annonce de la nouvelle, et dans la pagaille générale, des Rbatis, encore dehors, manifestent leur joie place Pietri.

18h10. M'hamed Ababou et le gros des troupes forcent l'état-major des FAR. Une simple formalité : le siège de l'armée tombe en moins de cinq minutes. “Au sein des Forces armées royales, personne n'est prêt à mourir pour Hassan II”, écrit Stephen Smith. M'hamed Ababou s'attribue le poste de chef d'état-major. “On est passés ensuite à l’infirmerie pour soigner Ababou”, se remémore un sous-officier. Entre-temps, Oufkir a fait appel à ses unités spéciales et donne l’ordre au général Bachir Bouhali, commandant des FAR, de reprendre l'état-major. “En sortant, nous nous sommes trouvés nez à nez avec Bachir Bouhali et ses militaires. Il avait aussi fait encercler la ville par les blindés et les parachutistes”, poursuit-il. “Tu vas te rendre, espèce de chien ?”, lance Bouhali à Ababou. Akka, homme de main du colonel putschiste, baroudeur qui a fait ses armes en Indochine, arrose le camp adverse avec son AK47. Bouhali tombe sous les balles, tandis que Ababou est à nouveau blessé. Touché grièvement, il demande à Akka de l'achever.

18h20. C'est la panique chez les cadets, privés de leur tête pensante. Mohamed Ababou s'enfuit, il sera arrêté lundi 12 juillet.

19h00. La BLS (Brigade légère de sécurité) et les fantassins du camp de Benslimane “nettoient” le dernier foyer putschiste. Plus de cent cadets tombent sous les balles, certains après s’être rendus. Oufkir fait arrêter Bougrine, Hammou, Habibi et Amahrech.

22h45. L'annonce radiophonique du putsch, qui, jusque-là, était diffusée à intervalle régulier, cesse.

23h30. Le général Oufkir informe Hassan II que tout est rentré dans l'ordre. Chat échaudé craignant l’eau froide, le roi ne se réfugie dans aucun de ses palais. Il s’installe sous haute protection dans sa villa, allée des Princesses dans le quartier Souissi.

1h15. Les Marocains apprennent l’échec du putsch sur les ondes nationales.
.................................................. .................................................. .......

absente
06/04/2009, 13h37
alalaaa c'est trop long à lireeee:redface:

oudjda1933
06/04/2009, 14h31
anniversaire sanglant de hassan2 a skhirat.
c'est vieux tout ça mais c'est tres important de soulgner que le roi a venger sur le pauvre peuple, des familles et toutes des regions punis.
rif , oriental, atlas,. les femmes violé les hommes tuées o envoyé a tazmamart, les fillettes envoyé dans les harems et vendu aux arabes du moyen orient et le chah d'iran a preciser que oufkir etait charger d'accompagner les filles en avion pour le chah ou durant ces visites au maroc ou en france.
un coté appelé le maroc utile l'autre inutile.
l'atlas le pays des hommes brave et courageux devenue un ****** a ciel ouvert .
les pleurs de ces femmes hommes et fille a donner le resultat la fin du shah et tout le maroc utile devenue utile rien pour une chose la meque pour tout les malade du sex du monde

chegevara
06/04/2009, 17h12
Les lions de l'Atlas sont indomptables,y'aura toujours un Ababou,un genre de William wallas a la marocaine,qui fera sortir le peuple meurtri de l'esclavage..

Cell
06/04/2009, 18h49
Les lions de l'Atlas sont indomptables,y'aura toujours un Ababou,un genre de William wallas a la marocaine,qui fera sortir le peuple meurtri de l'esclavage..

excatement ....... faut juste arréter de nous les gonfler sévére avec les Polz et reconnaitre la marocanité du sahara , et on vous promet que la téte du roi , on vous l'envoie à ALGER .... en un temps record .

il n'aura pas la BARAKA que son pére avait eu, par contre entétez vous à créer un sixiéme état au maghreb , et vous renforcerez ceux que vous voulez faire chuter.

bien à toi

Celà étant , qui va libérer le peuple algérien de cette vermine qui le gouverne sans partage depuis 40 ans et qui l'a saignés à blanc

freesoda
06/04/2009, 18h54
Celà étant , qui va libérer le peuple algérien de cette vermine qui le gouverne sans partage depuis 40 ans et qui l'a saignés à blanc

Incha'Allah la chute de l'un entraînera la chute de l'autre. :lol:

Beidawi II
06/04/2009, 21h04
je sais pas mais le peuple marocain est très attaché à la monarchie et ça les événements 1930, 1936, 1944, 1947 et de 1953-1955(t'awrat al-malik wa a-ch"a3b) la marche verte, les enterrements des deux souverains l'ont montré de façon très claire.

Sinon Chegevara, Ababou c'était plus le genre Batista que william wallace si tu vois ce que je veux dire. Ce genre de sauvage à la saddam qui s'érige en maréchal ou petit père des peuples on en veut pas. et personne ne le veux.

Enfin OuDjda arrête de gober tout ce que le FLN t'a raconté. tu mélanges beaucoup de chose. Enfin pour ton info le lendemain de Skhirate seuls les militaires impliqués se sont fait arrêter et quelques dizaines jugés en cour martial et exécutes ou mis à Tazmamart où ils vécurent l'enfer.
Mais ça n'a jamais été le massacre que tu décris de façon si épique. Il n'ya eu ni attaque au RIF ni massacres dans l'Atlas sans parler de tes sempiternelles tergiversation névrotique sur les prostituées qui n'existent que dans tête.

diabolo005
06/04/2009, 21h10
excatement ....... faut juste arréter de nous les gonfler sévére avec les Polz et reconnaitre la marocanité du sahara , et on vous promet que la téte du roi , on vous l'envoie à ALGER .... en un temps record .

N'importe quoi si tu peut tuer une mouche ça sera déjà pas mal..faire le petit révolutionnaire du 21 ème siècle c'est caduc comme comportement.

hartman
06/04/2009, 21h38
bidawi je sais pas mais le peuple marocain est très attaché à la monarchie

C'est ton point de vue personnel , mon point de vue a moi c'est qu'il ya peu de gens qui sont attaché a la monarchie au maroc (les naifs et ceux qui ont des avantages),mais les gens ont peur de dire leurs opinions


et ça les événements 1930, 1936, 1944, 1947 et de 1953-1955(t'awrat al-malik wa a-ch"a3b)

Achman tawrat al malik, ??? De quel revolution du peuple et du roi dont tu parles ??? la monarchie n'a jamais apporté l'independance au maroc c'est el moujahidines marocains qui l'ont fait et que quelque uns d'entre eux ont été oublié voire meme emprisonné et masacré (années 70 et années 80) , le roi incapable face au francais a été exilé comme un pion

la marche verte, les enterrements des deux souverains l'ont montré de façon très claire.

Il ya toujours el monafikin et ceux qui beneficent des grimats et les avantages du palais

Karim28
06/04/2009, 21h40
N'importe quoi si tu peut tuer une mouche ça sera déjà pas mal..faire le petit révolutionnaire du 21 ème siècle c'est caduc comme comportement.

1- Faut deja savoir apprecier l'humour, mais faut deja le reconnaitre.
2- l'idee qu'il essaye de donner: le sahara va au dela du roi...chose a laquelle je ne crois pas du tout. C'est HII qui vous a dis que ce territoire appartient a son royaume...

hartman
06/04/2009, 21h45
C'est HII qui vous a dis que ce territoire appartient a son royaume...


On a pas besoin de h2 pour savoir que dans l'histoir les frontiéres du maroc touchaient le sénégal au sud et colomb bechar a l'est

freesoda
06/04/2009, 21h56
l'idee qu'il essaye de donner: le sahara va au dela du roi...chose a laquelle je ne crois pas du tout. C'est HII qui vous a dis que ce territoire appartient a son royaume...

la plupart des opposants à H2 sont très attachés au Sahara marocain, on n'a pas attendu que l'autre proxénète nous dise que ce territoire était marocain, la marche verte s'est faite et a eu le succès escompté car il y a eu une vrai adhésion du peuple marocain.

Karim28
06/04/2009, 22h06
Quand il l'a partage avec la Mauritanaie vous avez dis quoi?
Quand il a accepte le referundum (incluant independance) vous avez dit quoi?
La marche verte c'etait spontannee?
Pllleeeeaaaase

Aujourdhui vous vous dites on ne peut pas le perdre....on a pas souffert pour un mensonge......
Surprise: oui un gros mensonge.

Il fallait laisser le peuple Sahraoui se prononcer sur son sort comme tout les territoires decolonise du monde.

hartman
06/04/2009, 22h09
Bravo freesoda , jaime les revolutionnaires comme toi :)

houari16
06/04/2009, 22h09
la marche verte s'est faite et a eu le succès escompté car il y a eu une vrai adhésion du peuple marocain.

Cette adhésion , est ce qu elle est bénéfique actuellement pour le peuple marocain ? oui ou non .

Beidawi II
06/04/2009, 22h10
Bouabid, grand opposant marocain de l'usfp, ministre pendant les 10 ans de démocratie relatives du Maroc indépendant entre 1955 et 1965, a été emprisonné alors qu'il refusait le referundum, accusé d'avoir décrédibilisé le Roi.

Sinon Hartman: 3 millions de marocains avaient afflué sur Rabat le 25 Juillet 1999, ils attendaient tous des grimat.
Les gens sont sortis ce jour comme ils ont imaginé le Roi sur la Lune pour prendre leur revanche sur la France... Parce que le Roi est une figure très respecté, et prendre ça pour de l'hypocrisie c'est avoir une bien piètre opinion de l'intelligence de tes compatriotes.

freesoda
06/04/2009, 22h15
Quand il l'a partage avec la Mauritanaie vous avez dis quoi?

j'étais pas encore né, mais c'était seulement une ruse.

Quand il a accepte le referundum (incluant independance) vous avez dit quoi?

plusieurs leaders sont allés en prison pour s'etre opposés, ces leaders voulaient que si l'option d'indépendance était incluse alors tout le peuple marocain devait voter, je suis d'accord avec ce point de vue.

La marche verte c'etait spontannee?
Pllleeeeaaaase

ai-je dit spontanée, ce que j'ai dit n'a rien avoir avec la spontanéité, ne déforme pas mes propos

Aujourdhui vous vous dites on ne peut pas le perdre....on a pas souffert pour un mensonge......
Surprise: oui un gros mensonge.

Il fallait laisser le peuple Sahraoui se prononcer sur son sort comme tout les territoires decolonise du monde.

encore le blabla habituel, qui vivra verra, je n'ai aucun doute sur le fait que le maroc gardera son Sahara, mais nous ne devons pas relâcher nos efforts.

Lezard_01
06/04/2009, 22h16
Ces faites sont bien connus et publiés depuis longtemps !!

Cependant je me demande: qui a stoppé l'heure ?

Le déroulement des événements a la minute prés, il y a vraiment que Telquel qui en est capable.:D

diabolo005
06/04/2009, 22h17
C'est HII qui vous a dis que ce territoire appartient a son royaume...c'est le FLN qui vous a appris ça par cœur.
H II ne nous a rien dit, vous l'accablez trop. mais nos voisins des années 1965-1969 et qui étaient du Sagia alhamra nous ont dit que la Sahara est bel et bien marocain avant même la marche verte .ces mêmes voisins qui fêtaient l'Aid el mouloud en égorgeant un chameau

freesoda
06/04/2009, 22h21
Cette adhésion , est ce qu elle est bénéfique actuellement pour le peuple marocain ? oui ou non .

Elle le sera quand ce problème sera réglé, ça s'appelle de l'investissement.

diabolo005
06/04/2009, 22h22
Quand il a accepte le referundum (incluant independance) vous avez dit quoi?quand il a proposé cette connerie de référendum t'avais encore les couches culottes.
Figure toi que tout l'opposition socialiste en 1981 avaient fait bloque contre cette proposition et Abderrahim Bouabid le leader de l'USFP en a pris pour deux ans de prison pour avoir osé s'opposer publiquement au Roi sur le référendum

hartman
06/04/2009, 22h23
karim28 Quandil l'a partage avec la Mauritanaie vous avez dis quoi?
Quand il a accepte le referundum (incluant independance) vous avez dit quoi?
La marche verte c'etait spontannee?
Pllleeeeaaaase

Aujourdhui vous vous dites on ne peut pas le perdre....on a pas souffert pour un mensonge......
Surprise: oui un gros mensonge.

Il fallait laisser le peuple Sahraoui se prononcer sur son sort comme tout les territoires decolonise du monde.


H2 est etait un dictateur sanguniaire il ne damandait pas l'opinion du peuple encore moin son accord , alors ne nous parle meme pas de cette m...

IL est difficile voire impossible de separer le sahara du maroc , c'est comme si tu nous dit qu'il faudera separer la kabyle de l'algerie ou la moitié de l'algerie avec la bénédiction du peuple algerien ..... c'est impossible , alors ne dites pas n'importe quoi

soit vous revenez a la raison et on se serra la main et on fera l'accolade et on oublie tout , soit on restera toujours comme ça en guere jusuqu'a la fin du monde , les algeriens sont têtu mais les marocains sotn encore plus têtu qu'eux

hartman
06/04/2009, 22h31
Sinon Hartman: 3 millions de marocains avaient afflué sur Rabat le 25 Juillet 1999, ils attendaient tous des grimat.


version officielle : 3 millions

version réel : quelque milliers pas plus

quelque milliers : 10 000 ou 20 000 / 33 millions d'hab = 0,00000000016 :)

0,00000000016 = (pourcentage des pro monarchie au maroc)

galik 3 millions !! lawah 10 millions

riati
06/04/2009, 23h26
@hartman,

Y avait bien des millions de personnes .. 1, 2 ou 3 .. j'en sais rien mais y avait du monde,

En plus le transport était gratuit par train pour aller à Rabat ... :D un peu comme aller voter à au consulat algérien à Marseil .. et en plus c'était un jour ferié.

Sans evoqué des elements psycho-sociologiques .. comme la curiosité;

absent
06/04/2009, 23h39
IL est difficile voire impossible de separer le sahara du maroc , c'est comme si tu nous dit qu'il faudera separer la kabyle de l'algerie ou la moitié de l'algerie avec la bénédiction du peuple algerien ..... c'est impossible

avant 1975 le marocain de base n'avait jamais entendu parler du sahara occidental, il ne le considerait pas comme un bout de territoire marocain, c'est seulement apres l'operation "marche verte" que c'est devenu une cause nationale...

c'est artificiel tout ça, creer de main de maitre par H2 !

Cookies