PDA

Voir la version complète : Le Caire savait pour le raid aérien sur le Soudan


diablo-colorado
06/04/2009, 21h18
Le chef de la diplomatie égyptienne a déclaré que Le Caire était au courant du raid qui a frappé le Soudan en janvier, rapporte l’agence Mena. Ahmed Aboul Gheit a expliqué avoir gardé le silence pour ne pas "embarrasser" Khartoum.

L'Egypte a été informée sur le moment de raids aériens étrangers effectués en début d'année contre des convois sur le territoire soudanais, a déclaré le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Aboul Gheit, selon l'agence Mena. Khartoum a affirmé la semaine dernière enquêter sur une possible participation d'Israël à deux raids aériens contre des contrebandiers près de sa frontière avec l'Egypte.

Ne pas "embarrasser les frères du Soudan"

Le magazine américain Time a rapporté cette semaine qu'un de ces raids, en janvier, avait été mené par des chasseurs-bombardiers israéliens, et qu'il visait un convoi de camions acheminant des armes vers la bande de Gaza, théâtre d'une offensive israélienne de 22 jours en début d'année.
L'Egypte a eu vent de ces frappes "au moment où elles ont eu lieu", mais "n'a pas voulu embarrasser les frères du Soudan" en rendant publique cette violation de son espace aérien, a déclaré M. Aboul Gheit dans une interview à une chaîne de télévision égyptienne, dont le texte est cité par l'agence officielle Mena.

Deux raids différents

"Nous dénonçons l'action contre le Soudan et notre réponse doit être forte", a-t-dit, précisant que l'Egypte avait été informée de l'existence de deux raids différents. Des informations contradictoires ont circulé quant au nombre de raids, à leur bilan et à leur date.
Citant des sources de haut niveau au sein de la sécurité israélienne, Time a expliqué que l'attaque de janvier contre un convoi de 23 camions devait servir d'avertissement à l'Iran et à d'autres ennemis d'Israël, et démontrer la volonté de l'Etat hébreu de se servir des renseignements dont il dispose pour agir, y compris en-dehors de ses frontières.

Israël impliqué

Le convoi transportait des roquettes et des explosifs iraniens qu'il devait acheminer vers la frontière égyptienne puis vers la bande de Gaza pendant l'offensive israélienne, affirme le magazine.
Israël n'a ni confirmé ni démenti officiellement être derrière l'attaque au Soudan, mais le ministre de la Défense Ehud Barak a laissé entendre mardi que son pays avait été impliqué. "Dans les batailles que nous menons, nous n'avons pas le privilège de pouvoir beaucoup dire. On doit faire le nécessaire et garder le silence", a-t-il dit à la radio de l'armée

Source: AFP

djamal 2008
06/04/2009, 23h10
C'est le même gars qui avait menacé de briser les jambes des Gazaouites s'ils tentaient de franchir le passage frontalier de Rafah. Ha aksour regléhoum, c'est comme ça que je l'appelle.

absent
06/04/2009, 23h16
les services israeliens sont vraiment tres bien renseignés, ils savent tout ce qui se passe dans le monde arabe (et dans les principaux pays du monde).

l'egypte est par contre à plaindre, elle est plus israelienne qu'arabe, très très loin le nasserisme...

dolph
06/04/2009, 23h27
c'est la honte ,violation de l'espace aérien et attaque d'un pays voisin et ami et le caire ne réagit pas . la prochaine fois ils les attaqueraient sur le sol egyptien.

citoyen
06/04/2009, 23h28
Le régime égyptien vit sous la trouille permanente, il suffit que ses maîtres israéliens le regardent de travers pour qu'il se désolidarise de son froc.

S'agissant des déclarations de ce Abou El Ghait permettez moi de les qualifier de Sehanyet El Woudjeh et il aurait pu avouer que les avions Israéliens avaient pique-niqué sur le sol de son pays au mépris de souverainté de l'Egypte -ou de ce qu'il en reste devrai-je dire- !

absent
06/04/2009, 23h33
l'égypte et le soudan ne se sont pas toujour entendus, attention au language feutré de la diplomatie, on peut dire qu'il y avait jusque dans les années 1990 un conflit frontalier entre ces deux pays arabes, des mouvements de troupes étaient observés et des raids punitifs egyptiens enregistrés de temps à autre, pour dire que vraiment les deux pays sont amis mais tant que l'incertitude demeure sur la frontière, ça peut degenerer à tout moment. mais bon depuis les années 90, ça va un peu mieux...

Cookies