PDA

Voir la version complète : L’Egypte expulse une palestinienne de Gaza et ses deux enfants vers les Etats-Unis


DZone
11/04/2009, 16h35
Après avoir été retenue pendant 36 H à l’aéroport du Caire, avec ses enfants âgés de 1 et 5 ans, Leila Al Haddad, journaliste palestinienne de Gaza, qui arrivait des États-Unis avec l’intention d’entrer à Gaza via Rafah, a été renvoyée aux Etats-Unis par les autorités égyptiennes.


Les autorités égyptiennes lui ont dit qu’elles avaient reçu l’ordre de ne pas autoriser les Palestiniens résidant à l’étranger à entrer en Égypte.
Leila Al Haddad, qui possède un passeport américain et un palestinien, a été interrogée à maintes reprises et a reçu des informations contradictoires, avant d’être expulsée.

ISM relaie son message :

"Merci à tous pour votre soutien, je pensais que je pourrais entrer, j’ai épuisé toutes les options. Ils ont dit que j’avais besoin de sécurité (de rentrer chez moi).

Je ne pense pas avoir passé une aussi longue période sans sommeil. Je commence à halluciner. Je suis prête pour mon expulsion aux États-Unis, via Londres. Cela devrait être intéressant d’expliquer cela à l’immigration américaine. La saga continue.

Des hommes dans la cellule m’ont demandé ce que j’avais fait pour me retrouver là, je leur ai dit « Je suis née Palestinienne".

Une phrase favorite des contrôleurs égyptiens : "Honnêtement, nous n’avons pas pu dormir en pensant à vous, vraiment nous avons pensé à vous." Malheureusement, vous ne pouvez pas filmer ici. Donc puis-je le faire en me cachant. Oh d’accord.

J’ai dit à tout le monde dans la salle de détention que j’étais la seule à être ici à ne pas pouvoir rentrer chez moi : Vous allez tous être expulsés chez vous, on me refuse le droit de rentrer chez moi.

Ils ont pris mon ordinateur portable et mes caméras, tout le monde était appelé par le nom d’un pays : les 5 Asiatiques du Sud étaient appelés "Pakistan", un Guinéen était appelé "Kenya", un autre, c’était Indonésie.
Je suis restée pendant 3 heures dans une salle de détention avec 17 autres personnes puis j’ai été emmenée dans une pièce où l’on m’a demandé "si c’était ce que je voulais pour l’avenir proche".

ISM précise que cette journaliste avait l’intention de renouveler son visa à Beyrouth, où elle devait retrouver son mari, un citoyen américain et réfugié palestinien à qui Israël refuse son droit au retour en Palestine.
"Avant de se rendre à Beyrouth, Laila voulait aller voir sa maison à Gaza.

Étant donné que les autorités israéliennes ont fermé tous les points d’entrée sous son contrôle de la bande de Gaza, le seul passage restant pour Laila était le passage de Rafah, la frontière avec l’Egypte.

Laila était en possession d’une lettre signée par le consulat égyptien aux Etats-Unis, expliquant qu’elle venait pour renouveler son visa."

CAPJPO-EuroPalestine

Cookies