PDA

Voir la version complète : Les Américains ont du Trouble avec l'Arabe Classique


demyati
01/05/2004, 06h32
Les responsables américains découvrent à leur défaveur que la langue arabe (MSA ou Modern Standard Arabic) enseignée dans les universités américaines (et dans les pays arabes) est plus une langue écrite qu'une langue de communication courante à utilisation généralisée parmis les peuples arabes. Il y a autant de "langues arabes" que de pays arabes. C'est des langues distinctes malgré la présence importante en leur sein de mots du lexique arabe.

Cela ne facilite pas la tâche de la NSA et des autres services d'écoute. C'est l'une des raisons principales de l'inefficacité de leurs organes de renseignement. Ils sont obligés de sous-traiter avec des pays comme l'Algérie et le Pakistan, lesquels sont devenus des postes avancés du renseignement américain dans le cadre de la lutte anti-terroriste.

Revenons à la préoccupation linguistique. L'identité d'une langue est plus déterminée par la grammaire que par lexique. Par exemple, la négation est exprimée différemment d'un pays arabe à un autre. Les règles du pluriel, telles que définies dans la langue arabe originelle, ne sont respectées dans aucun des parlers "arabes" actuels. C'est le même phénomène qui était à l'origine de l'affranchissement des langues latines (le français, l'espagnol, l'italien et le roumain principalement) du latin, langue morte à présent.

Le constat des américains va peut-être relancer le débat sur la place des langues "arabes" régionales, dont l'algerien, dans la sphère de communication du "monde arabe" et s'il faut ou non considérer que la langue arabe classique comme une langue morte, à l'instar du latin, maintenue en vie jusque là à coup de perfusions médiatiques et officielles par les régimes dictatoriaux arabes.

ibrary.cornell.edu

Cookies