PDA

Voir la version complète : Tranferts des MRE : Forte baisse, particulièrement d’Espagne


jawzia
20/04/2009, 22h51
Tranferts des MRE : Forte baisse, particulièrement d’Espagne
Al Bayane - 20 Avril 2009


Les recettes provenant des transferts d’argent effectués par les MRE et qui représentent l’une de nos principales ressources en devises, 16% de notre balance des paiements, sont en baisse, comme l’indiquent les derniers chiffrent publiés par l’Office des changes. Selon nombre d’analystes et d’agences de notation financière, cette tendance à la baisse se poursuivra durant l’année 2009.

La France, l’Espagne et l’Italie, principaux pays émetteurs des transferts financiers effectués par les MRE, avec respectivement 42,2%, 15,3% et 12,4%, traversent, à un degré un peu plus prononcé pour l’Espagne, des moments particulièrement difficiles. En Espagne, la crise économique et la montée du chômage qu’elle a induit au sein de la population immigrée ont causé, en 2008, la «plus grande baisse des transferts d’argent» a déclaré I.Mori, directeur de «Remesas.org», à la 5e rencontre ibéro-américaine sur les transferts de fonds organisée par l’Organisation internationale pour les migrants (OIM) et «Remesas.org». «C’est la première fois dans l’histoire que les transferts de fonds émanant d’Espagne baissent» a-t-il dit, faisant observer que le Maroc, les pays de l’Est, l’Equateur et la Bolivie sont les plus affectés par ce déclin. Les transferts d’argent des immigrés ont chuté en Espagne de 7,1% en 2008 pour s’établir à 7,84 milliards d’euros. La situation devrait s’aggraver en 2009 conclut le directeur de Remsas. Est à noter que les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), dont 15,3% proviennent d’Espagne, ont enregistré, en 2008, une baisse de 2,4%, passant de 57 milliards de DH en 2007 à 53,65 milliards de DH à fin décembre 2008.

Aussi, dans une étude publiée il y a quelques jours, l’agence de notation financière Standard & Poor’s estime pour sa part la baisse des transferts des MRE entre 5 et 10% en 2009. Cette tendance à la baisse s’est confirmée, tout au moins pour le premier trimestre de l’année en cours, puisqu’a fin février 2009, une baisse de ces transferts de l’ordre de 14,8% a été enregistrée (7,011 milliards de DH en 2009 contre 8,227 milliards en février 2008).

L’agence, qui s’est particulièrement penchée sur les transferts effectués par les ressortissants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord vers leur pays d’origine, prédit «un possible ralentissement des transferts d’argent vers les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord en raison de l’impact négatif du ralentissement économique sur les revenus à travers le monde». Néanmoins, précise Standard & Poor’s, les balances extérieurs du Maroc, de Tunisie et d’Egypte seront «relativement moins exposées» que celles de pays comme le Liban et la Jordanie, plus susceptibles d’être affectés par un reflux des transferts de leurs ressortissants établis à l’étranger.
N’y a t-il pas lieu d’agir au niveau du coût des transferts des MRE pour rendre plus attractif le transfert par le circuit des banques ? La question est d’autant plus importante que cela influera certainement sur les chiffres…

Jamal Hafsi
20/4/2009

Cookies