PDA

Voir la version complète : Belgacem Khorchani: Un combat pour l’énergie bon marché


fox1
23/04/2009, 11h06
En 1988, Belgacem Khorchani débarque à Berlin avec 70 dinars et un diplôme de baccalauréat en poche. Vingt ans plus tard, l’enfant démuni du sud tunisien est à la tête de l’United Investment & Devloppment (UID), un groupe doté d’un capital d’un milliard d’euros.

Un diplôme d’ingénieur en génie énergétique en poche, il intègre, en 1984, l’entreprise allemande spécialisée dans la construction des centrales électriques Elbe Maschinbau, où il ne tarde pas à se distinguer par la conception d’une centrale électrique peu coûteuse. Après quelques années seulement, il est propulsé vice-président de l’entreprise. « Le labeur, la persévérance et l’abnégation finissent toujours par donner leurs fruits », indique-t-il.

Lors de son retour au bercail en 2007, il crée l’UID et envisage d’investir dans l’éducation et le tourisme écologique. Mais c’est en discutant avec des membres du gouvernement qu’il constate que la lourde facture de la compensation des prix des hydrocarbures freine les efforts de l’Etat en matière de développement économique et social. C’est alors que lui est venue l’idée de créer une usine marémotrice semblable à celle de la Rance, en France, pour produire de l’électricité bon marché. « Il s’agit de convertir de façon industrielle la force des marées en énergie électrique », explique-t-il. Le projet, en cours de réalisation, doit permettre à terme d’alimenter plusieurs régions dans le sud de la Tunisie en électricité et d’économiser ainsi près d’un million de tonnes de brut par an. L’ingénieur, aujourd’hui âgé de 38 ans, envisage aussi de lancer une autre unité de production d’électricité exploitant la puissance et le mouvement des vagues dans le nord du pays. « Ces deux projets de production d’énergie bon marché sont exportables vers plusieurs pays d’Afrique, où la hausse des prix du pétrole grève les budgets des Etats et fait bouger la rue », souligne-t-il fièrement

Cookies